fbpx

Comment définir la jouabilité d’une guitare ? Comment l’améliorer ?

jouablité guitare

Votre guitare est elle réellement jouable ? C’est une des premières questions qu’un guitariste doit se poser en asseyant l’instrument sur ses cuisses. La jouabilité d’une guitare va grandement influencer la fluidité du jeu du guitariste. De mauvais réglages ou un instrument mal entretenu vont résulter d’une baisse de motivation et même d’un délaissement de l’instrument. Comment savoir si votre guitare est jouable ?

Définir la jouabilité d’une guitare

Comment juger de la jouabilité d’une guitare ? C’est ce que nous allons tenter de définir ici. C’est un concept qui peut paraitre un peu abstrait car, en règle général, toute guitare est jouable. Malgré tout, certaines vont vous poser plus de problèmes que d’autres. Une guitare mal réglé par exemple va cumuler de nombreuses tares qui vont rendre le jeu difficile, fausser les sonorités et sur le long terme altérer la facture de l’instrument.

La jouabilité d’une guitare peut être jugé selon les critères suivants :

  • Poids de l’instrument : commencer la guitare électrique à 6 ans est une affaire qui peut se réveler compliqué lorsque l’on sait que le poids d’une guitare électrique est situé en moyenne à 2.5kg. Un poids adapté à sa carrure et surtout un équilibre des masses entre le corps et le manche est un facteur de jouabilité essentiel. Une guitare trop lourd ou mal équilibrée aura tendance à tomber d’un côté ou l’autre du guitariste, le forçant à tenir son instrument d’une certaine façon et s’épuiser.
  • Grosseur de la guitare (ratio épaisseur / largeur) : l’élément qui va de paire avec le poids, c’est la grosseur. Une guitare qui ne correspond pas à votre physique va avoir vite fait de vous déstabiliser dans votre jeu. Vous devrez peut être vous courber pour pouvoir jouer juste, et ça, ce n’est pas bon ni pour votre dos, ni pour vos poignets.
  • L’accès aux aigües : De la Gibson Les Paul à la Fender Stratocaster, l’accès aux aigües est une notion plutôt subjective qui dépend surtout du design de l’instrument. Malgré tout, nous devons noter qu’une guitare permettant aisément au guitariste de placer ses doigts sur les cases 18 à 24 est bien plus jouable qu’une autre.
  • La hauteur des cordes : Élément crucial, la hauteur des cordes par rapport au manche est un facteur de jouabilité immense. Plus les cordes sont rapprochés, plus il va être simple de jouer rapidement et avec précision. La contrepartie est le risque de frise. Plus une guitare va vous permettre de rapprocher les cordes du manche sans friser, le plus jouable elle deviendra.
  • Courbure du manche et frettes : c’est le réglage du Truss Rod qui est le plus délicat. Un manche courbé va vous donner du fil à retordre dans le placement des accords barrés. La courbure empêchant d’harmoniser le placement des doigts et forçant alors la main à se crisper.

L’influence de la jouabilité

Quand on est guitariste avancé, le poignet et les doigts n’auront que peu de mal à faire sonner une guitare difficilement jouable. Celà ne sera pas agréable, et il est fort probable que le guitariste ne soit pas à 100% de ses capacités en terme de technicité.. mais il pourra en jouer. Un guitariste débutant cependant va prendre énormément de risques. Se former la main sur un instrument injouable peut avoir des conséquences très négatives qui peuvent aller de la simple fatigue musculaire à la blessure. Inconsciemment, l’oreille en prend aussi un coup en s’adaptant à des sonorités peu précises. Le dos quant à lui peut souffrir à force de vouloir compenser la force nécessaire au maintien de l’équilibre d’un instrument trop lourd. Des notes difficiles à fretter et des accords impossibles.. tant de facteurs qui au long terme vont participer à la baisse de motivation, voir l’arrêt de la pratique pour le guitariste débutant.

jouabilité guitare
La jouabilité d’une guitare influe énormément sur le jeu du guitariste.

Où régler sa guitare

Nous avons déjà consacré un article très détaillé sur le sujet des réglages de la guitare. Outre le fait de garder son instrument en bon état, les choses à absolument régler pour que la jouabilité soit correcte sont : la courbure du manche et la hauteur des cordes. Que ces dernières ne frisent pas et que les accords puissent être plaqués sans soucis correspond à la base. On peut s’habituer à tout, mais jamais à un son désagréable.

Evertune Bridge : le chevalet qui permet à votre guitare de ne jamais se désaccorder

Evertune Bridge guitare

Nous avons déjà fait le tour des chevalets guitare classique dans un précédent article. On vous parlait alors de Floyd Rose, de Tune-O-Matic, et d’autres systèmes vastement utilisés. Cependant, nous n’avons pas encore fait le tour des nouvelles technologies et innovations autour de ce système. Réparons l’erreur aujourd’hui en faisant la lumière sur l’Evertune Bridge : le chevalet qui tiens l’accordage !

Evertune Bridge : un chevalet guitare innovant

Le projet datant de 2010 a été porté par l’élève ingénieur américain Cosmos Lyles. Aidé par Paul Dowd, ils ont développé un prototype de chevalet utilisant un système de ressorts et de bascules pour garder une corde en tension flottante. Grâce à cette idée, la corde de guitare ne se désaccorde jamais et l’instrument reste toujours accordé. Ce malgré les changements de températures, l’humidité ou la tension induise par le jeu (bends, vibrato, etc..).

evertune bridge mécanisme
Le mécanisme de maintiens d’accordage de l’Evertune Bridge.

Vendu directement sur des guitares double cut de type Washburn, VGS ou ESP, il est possible d’acheter des kits d’installations. Ce type de chevalet s’adapte très bien sur des Les Paul, des Telecaster ou sur des créations de luthier. Si vous êtes un amateur de guitares sur mesure, n’hésitez pas à la personne en charge de l’artisanat de votre instrument.

Ne plus jamais avoir à s’accorder

Avec l’Evertune Bridge, les clés d’accordages de votre guitare ne seront utiles qu’au verrouillage des cordes à la tête. Pour accorder votre guitare, il faudra passer directement par le chevalet. Un petit outil est mis à disposition du guitariste ayant investi dans ce système. L’avantage et qu’une fois accordé, votre instrument ne bougera plus, et ce même malgré l’usure continue de l’instrument.

evertune bridge chevalet guitare
Voici à quoi ressemble le chevalet guitare Evertune Bridge sortie de l’instrument.

Chez MyMusicTeacher, nous n’avons pas encore eu l’occasion de mettre la main et tester ce système, mais les retours semblent plutôt positif autour du globe. Certains guitaristes restent malgré tout perplexe et pensent que le système ” étouffe ” une partie du sustain de l’instrument. N’hésitez pas à témoigner si vous avez déjà eu affaire à ce type de chevalet, nous serions ravis de lire votre expérience !

Solid Body, Semi Hollow ou guitare Hollow Body : quelles différences au niveau du son ?

guitare hollow body

Dans le monde de la guitare électrique, plusieurs familles d’instruments se distinguent. Dans une optique plus englobante encore que les guitares à résonateur, archtop, lapsteel ou à portée étendue (Extended Range), il existe trois grandes catégories. Solid Body, Semi Hollow et guitare Hollow Body (ou plain hollow). Quelles sont les caractéristiques de ces trois familles de guitare et quelles sont les différences que l’on peut obtenir au niveau du son ?

La guitare Solid Body

Les guitare solidbodies sont celles que vous connaissez le mieux. Le terme ” Solid Body ” signifie corps plein, il s’agit d’une famille de guitare électrique sans caisse de résonance. Destinée à être amplifiés, leur corps se composent de plusieurs couches d’une à deux essences de bois aux capacités acoustiques complémentaires. Le son généré par les vibrations des cordes est intégralement capté par les micro afin que le signal résultant soit amplifié par le matériel du guitariste.

guitare solid body
Une Fender stratocaster, l’archétype de la guitare électrique solid body.

La guitare Hollow Body

A la frontière de la guitare acoustique, la guitare Hollow Body (signifiant Corps Creux) est une guitare électrique munie d’une caisse de résonance. Elle est caractérisé par deux ouïes situés de chaque côté des micros électromagnétiques. Amplifié, la vibration capté par les micros est pré-amplifié par la caisse de résonance. Le son est alors rond, chaleureux, et traversant. Débranché, le volume sonore est légèrement en deçà d’une guitare acoustique, et bien au dessus de celui de la guitare électrique solid body.

guitare hollow body
Une Gibson ES 335 hollow body.

La guitare Semi Hollow

La guitare Semi Hollow correspond au meilleur des deux mondes. La caisse de résonance est moins ample que celle de la guitare Hollow Body mais reste suffisante pour permettre aux vibrations des cordes d’être captés par le bois. Le son résultant est d’une grande richesse harmonique, chaud dans les basses et rond dans les aiguës. Le poids d’une telle guitare est légèrement inférieur à une Solid Body du fait de la soustraction de la masse. Non branché, elle produit moins de volume que la guitare hollow body et légèrement plus que sa version Solid Body.

PRS Custom semi hollow
Une PRS Custom Semi Hollow.

Feedback et bruits parasites

Les guitares semi hollow et hollow body sont connues pour parfois générer des effets parasites : le mauvais feedback. C’est un effet qui se produit lorsque la vibration des cordes génère un écho dans la caisse de résonance de l’instrument, qui le renvoie, en double vers le micro électromagnétique. Un problème très rependu dans les années 70 mais qui a été résolu par de nombreux fabricant de guitares (Gibson, Gretch, Duesenberg..). Aujourd’hui, avec les micros de types humbucker, la sensibilité aux parasites sonores a été bien réduite à néant. Malgré tout, peut être par habitude, de nombreux guitaristes utilisent en complément une pédale Noise Gate dans leur setup hollow / semi hollow.

True Temperament Fret : le manche de guitare à la justesse absolue

guitare true temperament fret

Si vous avez suivi notre petit cours sur les bases de l’harmonie à la guitare, la notion de tempérament ne vous est pas inconnue. Brièvement, il s’agit d’un procédé d’accordage des dégrées et intervalles d’une gamme musicale. En guitare, on joue ainsi selon la gamme tempérée, un système qui divise l’octave en douze intervalles chromatiques égaux. Après moult considérations mathématique est née le système de fret actuel, divisé selon la longueur du manche. Le système True Temperament Fret désigne un frettage particulier permettant d’améliorer la justesse des sons joués à la guitare. Décryptage.

True Temperament Fret : un système breveté

Si en théorie mathématique, la division des frettes de la guitare selon un ratio calculé avec la longueur du manche permet d’obtenir un fretboard d’une justesse absolue, il en devient plus compliqué en pratique. A cause du tirant des cordes et des variations d’accastillage, certaines notes sur le manche ne sont pas aussi justes qu’elles pourraient l’être en théorie. Le système True Temperament Fret permet d’ajuster ces dernières en prenant compte les écarts réelles entre les intervalles. Selon la hauteur des notes, les intervalles varient et ne sont pas forcément d’un bout à l’autre de la guitare.

true temperament fret guitare
Un manche de guitare avec le système True Temperament Fret.

Précisons le concept

Concrètement, lorsque vous accordez parfaite une guitare en accordage standard, vous allez remarquer que les accords ouverts ne le son pas forcément. En jouant un Sol devant l’accordeur, ce dernier ne va pas être totalement juste. Il faut alors ré-accorder la guitare en fonction du dit accord.. ce qui va avoir pour effet de désaccorder les autres, et ainsi de suite. Le système True Temperament Fret permet, avec le même accordage (standard) de jouer des accords à la tonalité parfaite à tout moment.

Enfin, il faut l’entendre pour le comprendre. Ci-dessous, vous pourrez retrouver une vidéo demo du système sur le banc d’essais.

Quelle différence entre une guitare de luthier et une grande marque ?

guitare de luthier

Les 5 dernières années ont vu l’explosion des ventes d’une nouvelle gamme de guitare mis en place par les grandes marques. Appelées Deluxe, Custom Shop, ou Vintage Special selon la marque, ces dernières se placent sur le créneaux de luxe sur lesquelles on retrouvait jusqu’alors la guitare de luthier. A tarif égal, quelle est la différence entre ce type de guitare réalisé industriellement d’une grande marque, et les créations artisanales des luthiers ?

La guitare de luthier : un instrument unique et sur-mesure

Fruit du savoir faire d’un artisan luthier, ce type de guitare est réalisé après une longue définition des besoins entre le guitariste et le luthier. S’en suit alors un processus de sélection des essences de bois, des vernis et de l’accastillage. Le temps de réalisation se calcule en mois et une guitare de luthier peut prendre jusqu’à un an pour être prête. Le bois devant travailler, et les méthodes de constructions variant selon les outils. Elles ont le mérite d’être unique. Chaque guitare étant la résultante de l’expérience de son artisan. En somme, selon la lutherie vers laquelle vous vous tournez, la guitare créé peut être drastiquement différente. Bien que contrôlé par des méthodes certifiés, le résultat garde toujours une part d’aléatoire rendant l’instrument unique, c’est d’ailleurs le propre de l’artisanat.

La guitare de grande marque

Comme nous le disions dans l’introduction, cette dernière est réalisé à grande échelle. Fruit de techniques d’industrialisations standardisées et avancés, il est possible d’avoir la même qualité de conception et de finition en très peu de temps. Ce sont des guitares assurément de grande factures et fruit d’années de brevets et d’innovations technologiques. Si le caractère unique de ces guitares est moindre comparé aux réalisations des luthiers, les séries en arrêt de production prennent beaucoup de valeur avec le temps. C’est le cas par exemple des Gibson Les Paul de la fin des années 60. Créé avec des essences de bois aujourd’hui interdites à l’exploitation, les sonorités uniques ne peuvent plus être reproduite.

Marketing et innovation

Il est indéniable qu’aujourd’hui le marketing a une place prépondérante dans la vente d’un instrument. La communication est basé, soit sur la caractère mythique d’un nom de marque. Soit sur l’aspect artisanal de l’instrument. Ce qui compte, plus encore que la mythologie entourant l’instrument, c’est sa qualité de conception. Renseignez-vous sur les matériaux utilisés et sur les qualités acoustiques des essences de bois. Renseignez vous sur la méthode de construction, ou le procédé d’usinage et d’assemblage. Dans le cas de la guitare de luthier, le guitariste participe au processus de création. Plus fort que les arguments qui visent le cœur du collectionneur, interrogez vous le degré d’innovation et la marche de manœuvre qu’a un créateur dans la conception de votre futur instrument.

gibson auto tune
Une Gibson Les Paul équipé de la technologie G Fort auto tune.

Pour finir, il est a noté que le degré d’innovation varie en fonction de l’instrumentiste. Les grandes marques par exemple innovent sur les fonctionnalité tandis que les luthiers sur les formes et matériaux utilisés. Par exemple, Gibson a lancé une série de guitares qui s’accordent automatiquement et Yamaha des guitares silencieuses. MeloDuendo, une lutherie française, elle, s’est spécialisé dans les guitares en aluminium.

meloduende b bones
La B Bones en aluminium par la lutherie française Meloduende

Où acheter sa guitare, chez un luthier, sur internet ou en magasin ?

où acheter guitare internet ou en magasin de musique

Magasin de musique, brocante, luthier, e-shop, grand distributeur d’instrument.. acheter un instrument de nos joueurs est devenu à la fois très simple et cruellement compliqué. Pourquoi acheter sa guitare plutôt chez l’un que chez l’autre ? Le prix devrait-il vraiment être l’argument central ? Quid des modalités d’essais, les renvois, les conseils, les réparations ? Est-ce mieux d’acheter sa guitare sur internet ou en magasin ?

Acheter sa guitare sur internet ou en magasin : généralité ?

Les arguments sont nombreux de chaque côtés mais difficile d’y voir clair dans la partialité de chacun des acteurs. Les magasins vous diront qu’internet tue le marché, vend des instruments de masse sans âmes, ne vous permet pas de vous faire une réelle idée du toucher de l’instrument.Qu’un formulaire de contact opaque de vaut pas le conseil d’un magasin de musique de proximité.

A celà, internet vous propose des retours gratuits, des délais de livraison court, et des prix parfois pouvant défier toutes concurrences. Pas facile de choisir pour sûr dans ces conditions.

Qu’en est-il des méthodes tierces ? L’achat de guitare d’occasion ? La création sur mesure ou l’obtention d’un modèle signature de luthier ? Quid des jeunes marques de guitare tentant de s’imposer avec des modèles atypiques, abordable mais uniquement disponible sur internet pour des raisons logistiques ? On constate très bien que les implications dépassent le simple cadre du débat ” sur internet ou en magasin “.
 

magasin de musique
Achetez sa guitare en magasin de musique c’est aussi en avoir plein la vue !

 

Détail et implications de chaque mode de vente

  • Magasin de Musique : Souvent de proximité, ce sont les interlocuteurs privilégiés des musiciens. En partenariat avec des écoles de musique ou professeurs particulier locaux, ils sont les premier sollicité en cas d’événement pour fournir du matériel. N”ayez pas peur de demander conseil et rencontrer ces professionnels qui sont là pour vous aiguiller et vous faire essayer des instruments. La théorie malheureusement s’arrête là et l’expérience peut être drastiquement différente d’un établissement à l’autre. Tantôt ouvert tantôt élitiste, les musiciens débutants ont très vite de ne pas se sentir à leur place dans ces établissements. Les magasins de musique lient malheureusement une relation difficile avec les distributeurs qui peuvent infliger des pressions sur le choix du catalogue. Des pressions qui se ressentent ensuite au travers du conseil et qui influencent l’acte d’achat. Acheter sa guitare en magasin c’est la garantie d’être dans de bonnes conditions de tests, mais aussi d’être soumis à la pression de la vente.
  • L’atelier de Lutherie : le spécialiste incontesté de l’acoustique. Le luthier est un artisan expert qui façonne à la main ou via des machines spécialisé ses créations. Que vous vous rendiez dans un atelier pour quelques réglages, une modification ou la création d’un instrument, vous allez devoir accepter d’en payer le prix. La lutherie est un travail exigent et les guitares façonnés sont des pièces uniques qui, contrairement aux guitares industrielles, prennent des mois à être assembler. Respecter le travail des luthiers c’est accepter des temps d’attentes qui contrastent avec l’ère du tout-instantané.
  • Gros distributeur sur Internet : principal concurrent des magasins de musique, les gros distributeurs sur internet sont disruptifs car proposant des prix souvent en deçà de ce que l’on trouve en magasin. Les délais de livraison sont raisonnables et le choix d’instrument colossal. Impossible cependant de tester sa guitare avant le l’acheté. On est alors livré au marketing de la marque, et des vidéos youtube de test à l’édition très subjective.
  • Marques de guitare dématérialisées : de nombreuses marques françaises essaient de se lancer dans le marché en proposant des instruments au design novateur et un prix abordable. Plutôt que d’investir dans un magasin physique, la marque distribue alors d’elle même les instruments via leur site e-commerce. Bien que les problèmes que cela représentent soient les mêmes que pour les gros distributeur, ici la démarche est plus celle de l’artisan luthier voulant s’exporter hors de l’atelier. Quitte à se laisser séduire par le bouche à oreille, au moins vous aurez un instrument assez unique.
  • L’achat d’occasion : en brocante ou par le biais d’un particulier, l’achat d’occasion est une pratique très répandu dans le marché des instruments de musique. Certaines guitares datant des années 1950 (on pense aux premières stratocaster américaines de Fender) sont toujours en circulation. Certaines ayant pris énormément de valeur. Une guitare à la lutherie exemplaire ne peut que se bonifier avec le temps. Un simple changement de mécanique peut parfois faire des merveilles. Il n’est donc pas insensé d’acheter des instruments ayant déjà vécu plutôt que de se lancer sur du neuf.

Les petites adresses de MMT

Avec les informations que vous avez à présent, libre à vous de faire le choix qui vous conduira vers votre futur instrument. Sur MyMusicTeacher, nous travaillons avec une petite liste de magasin de musique, certifié en accord avec nos valeurs. A consulter ici.

Qu’est ce qu’une pédale à la guitare et leurs différences ?

Un assemblage de différentes pédales de guitare pour vous expliquer de qu'est la différence entre toutes ces pédales

Vous avez sûrement déjà entendu parler des pédales d’effet à la guitare, soit dans un magasin de musique, soit auprès d’un guitariste un peu plus expérimenté que vous. Le mot pédale de distortion, overdrive, réverbération et loop ne vous dit rien ? Ne vous inquiétez pas, nous allons détailler ensemble toutes les différentes pédales de guitare qui sont indispensable ou non à votre jeu de guitariste, pour améliorer votre son et rajoute des effets.

Qu’est ce qu’une pédale de guitare ?

Une pédale de guitare et un petit dispositif électronique que vous pouvez contrôler avec votre pied et qui permet, selon ses caractéristiques, d’appliquer un effet à votre son. Vous pouvez brancher une guitare électrique, une basse et même une électro-acoustique afin de changer votre son. Elle peut être branchée sur secteur ou alimentée avec une pile 9V. Je vous conseille d’acheter rapidement une alimentation ! Les pédales sont très gourmandes en piles et vous risquerez de passer votre temps à aller acheter des piles.

La pédale vous permettra donc d’avoir un autre type de son, voici quelques exemples :

  • une saturation donnant un son plus agressif avec la distortion ou l’overdrive.
  • de la réverbération vous donnant l’impression de jouer dans une grande église.
  • un écho, amené par une pédale de delay.
  • ou des effets particuliers comme la wah-wah.

En appuyant avec votre pied, vous allez activer l’effet que contient la pédale. En appuyant une deuxième fois, vous allez enlever l’effet, on dit qu’on le “bypass”. D’ordre général, le prix moyen d’une pédale est compris entre 40 et 180€ en fonction de la gamme et de l’effet attendu.

La différence entre une analogique et une pédale numérique

Vous allez découvrir ici un conflit de puristes. À la base, la pédale d’effet possède un circuit électronique composé de transistor. C’est d’ailleurs en 1962 que la première pédale a été crée. Pour les curieux, c’est une pédale de fuzz, je vous explique tout dans la suite de l’article. Ainsi, un signal analogique traite un signal électrique en entrée avec ses composants, avant de l’injecter en sortie jusqu’à votre amplificateur.

La pédale numérique commence à pointer le bout de son nez en 1980. Le but est d’échantillonner (découper) les signaux audio en un flux numérique. Ensuite, les différents composants à l’intérieur comme des processeurs vont traiter numériquement ce signal. Pour finir, ce signal numérique est reconverti vers un signal audio.

Le grand conflit des guitaristes réside là : les puristes préfèrent les analogiques tandis que les nouveaux guitaristes apprécient les numériques. C’est qu’une simple question de point de vue.

Avantages et inconvénient de la pédale analogique :

  • Son authentique et côté vintage.
  • Ne détériore pas la qualité du signal numériquement.

Avantages et inconvénient de la pédale numérique :

  • Prix inférieur pour des fonctionnalités plus avancées.
  • Permet de coupler plusieurs effets dans une seule unique pédale.
  • Possibilité de mémoriser plusieurs réglages.

Personnellement, j’adore l’aspect vintage de la bonne vieille pédale analogique. Il est même possible de trouver des pédales à lampe, pour donner encore plus de couleur à votre son. Certaines sont devenues incontournables et mythique comme la pédale whammy de wah-wah, le zoom g2 ou la série “me” de boss comme la “me-25” ou la “me-70″Mais niveau pratique et accès à des sons aussi riches que variés, la pédale numérique notamment sous sa forme de multi-effet est incroyable et vraiment amusante !

Les multi-effets, une pédale contenant pleins d’effets

Grâce au numérique, il est devenu possible de mélanger plusieurs effets dans une pédale. Imaginez, une pédale un peu plus large avec un écran, permettant d’obtenir une centaine d’effets différents, avec la possibilité de les mélanger comme vous le désirez et contenant déjà une banque de données pré-configurées (presets) permettant d’avoir en un clin d’oeil le son de vos artistes préférés ? Le tout, avec la commodité du bord : un accordeur intégré, un métronome et même une boite à rythme simulant une batterie. Avec ce type de pédale, vous allez vous amuser des mois entiers.

Personnellement, j’aime beaucoup la palette de configurations possibles avec les multi-effets. J’ai un GT8 de boss qui me sert lors des cours en direct pour mettre de la réverbération, de la saturation et d’autres effets pour le plaisir des oreilles. Le tout, contrôlable uniquement avec mes pieds. Vous pouvez passer d’un son saturé à un son clean en un simple mouvement du pied, plutôt pratique en live ou en concert !

Comment brancher une pédale dans ma chaîne du son ?

De base, une pédale d’effet se branche entre la guitare et l’amplificateur. Néanmoins, il est possible de paramétrer des boucles d’effets et de brancher ainsi ces pédales après le pré-amplificateur. Vous pouvez aussi constituer ce qu’on nomme “un rack” de pédales. C’est un assemblement en chaîne, permettant d’obtenir des sons différents grâce à plusieurs pédales assemblées. Si vous avez de nombreuses pédales, vous pourrez les placer dans un pedalboard, une malette vous permettant de placer vos chéries comme bon vous semble et de les transporter facilement. Pour ceux qui aiment varier, vous pouvez aussi essayer le branchement de la méthode des 4 câbles.

Un pédalboard contenant une pédale de distortion, compression et reverbération.
Un magnifique pédalboard bien rangé, c’est un excellent cadeau pour un guitariste. L’ordre d’assemblage est logique mais rien ne vous empêche à faire des expérimentations.

Les différents sons et effets des pédales

Vous vous en doutez, les ingénieurs et électroniciens se sont amusés à créer des pédales permettant d’obtenir des sons et des effets de dingue ! Sachez qu’il est possible pour vous d’assembler une pédale à la maison en achetant un kit neuf ou d’occasion pour créer et faire sa pédale soi-même.

La saturation : distortion, fuzz et overdrive

Vous aimez les sons saturés ou désirez créer un beau crunch sur votre son ? Ces pédales sont faites pour vous !

  • l’overdrive vous permettra d’atteindre une saturation propre et puissance, ou de donner un crunch à votre son.
  • la distortion est faite pour les fans de metal, elle permet de saturer votre son et d’apporter une couleur particulière.
  • La pédale fuzz est particulière, imaginez une distortion très baveuse et poussée à l’extrême ? La pédale Big Muff en est une référence, à tester absolument !

L’écho : réverbération et delay

Vous avez envie de faire de jolis solos de guitare ? Ne cherchez pas plus loin, ces effets sont faits pour vous :

  • la réverbération vous donnera la sensation de jouer dans une église par exemple. Vous pouvez régler l’intensité de cet effet avec le mix, la durée ou la profondeur par exemple.
  • Le delay donnera une sensation d’écho. En jouant, le son va se répéter plusieurs fois et de moins en moins fort.

Ces deux effets se mélangent parfaitement, je vous recommande d’en mettre peu, c’est cela qui vous permettra d’obtenir un joli son. “less is better” comme dirait l’autre.

Pour configurer le son : compresseur et égaliseur

Vous trouvez que votre son est trop chargé en basse ou en son aigus ? Avec une pédale EQ ou “equalizer”, vous allez pouvoir agir sur les différentes fréquences du spectre du signal de votre son en boostant les basses, creusant les médium et coupant les aigus par exemple. Il existe sous deux formes :

  • L’égaliseur à bandes qui vous permet de régler précisément chaque plage de fréquences.
  • L’EQ paramétrique qui vous permet de creuser grâce à l’amplitude (Q) sur des plages de fréquences déterminées.

Le compresseur, lui, permettra de compresser votre son et lui donner plus d’impacte et de présence.

Pour improviser, la pédale loop

Jouez 4 accords de guitare, appuyez sur votre pédale et laissez là jouer à votre place pour pouvoir jouer de la guitare par dessus ce que vous venez d’enregistrer. C’est ce que propose la pédale loop. Si vous adorez improviser en solo et en live, cette pédale vous permettra de bien vous amuser. Le principe est simple :

  1. Activez votre pédale et jouez 4 accords ou plus.
  2. Appuyez à nouveau dessus.
  3. La pédale a enregistré le son et va le faire boucler.
  4. Amusez vous en improvisant par dessus !

Les effets incontournables : flanger, chorus, vibrato et phaser

Des effets particuliers hors saturation est écho on fait leur apparition et permettent d’effectuer des expérimentations assez particulières dans vos compositions, j’ai nommé :

  • Le flanger, souvent surnommé “l’aspirateur”. La pédale écoute votre son et ajoute des perturbations de temps et de fréquences. Vous avez l’impression que le son se tort dans tous les sens et que votre guitare et doublée (non pas comme dans un octaver qui reprend votre son en rajoutant une octave au dessus ou en dessous).
  • Le chorus vous donne une sensation similaire au flanger. C’est un des effets les plus connus, mais plus harmonieux que le flanger.
  • Le phaser va faire varier votre signal en le mélangeant avec un autre signal retardé selon plusieurs fréquences, vous donnant l’impression que votre son comporte plusieurs phases, une futur et une passée par rapport à ce que vous venez de jouer.
  • Le vibrato : un effet assez original qui va faire onduler votre son à la manière d’un vibrato que vous réalisez normalement à la main

Les pédales d’expression : wah-wah et pitch shifter

Certaines pédales vont faire varier leur son en fonction de votre action sur l’inclinaison de la pédale via la pédale d’expression. C’est le cas de ces deux pédales :

  • La pitch schifter va “pitcher” votre son en l’envoyant dans la stratosphère des aigus. Elle permet d’augmenter ou de diminuer de plusieurs octave votre son à la guitare d’un simple mouvement de pied.
  • La wah-wah est sûrement l’effet le plus populaire, notamment utilisé par Hendrix ou Dimebag Darrel ! La fameuse Crybabyy de Dunlop est la référence à avoir. C’est un filtre passe-bande que vous pouvez contrôler avec votre pied. Si la pédale est baisée, les aigus sont mis en avant. Si elle est basse, ce seront les graves, créant un son “wah-wah”

Les pédales outils : accordeur ou noise gate

D’autres pédales vous aideront dans votre confort de jeu :

  • La pédale tuner ou accordeur vous permet d’accorder votre guitare.
  • La noise gate est très intéressante, elle va supprimer tous les bruits qui ne dépassent pas un certain volume. Du coup, vous allez pouvoir jouer sans vous inquiéter des bruits parasites.
  • Une pédale de volume permet de contrôler le volume (logique)
  • Une pédale boite à rythme permet d’utiliser des rythmes de batterie qui sont pré-enregistrés

Conclusion : est-on obligé d’avoir une pédale ?

Absolument pas, vous pouvez très bien jouer avec les sons de votre amplificateur sans avoir à acheter une guitare. J’ai acheté à mes débuts une pédale de distortion et je l’ai regretté. Ensuite, j’ai acheté un multi-effets et je l’ai regretté. C’était simplement parce que je n’avais pas assez d’expérience pour comprendre leur utilité. Aujourd’hui, je ré-utilise ces pédales pour travailler mon son. Cela ne m’a jamais freiné dans mon apprentissage ou dans ma pratique de l’instrument durant toutes ces années. Tout dépend si vous en éprouvez l’intérêt pour vous amuser à créer votre son où pour le simple plaisir de s’éclater.

Quel médiator choisir pour débuter la guitare ?

Plusieurs médiators de couleurs différentes pour les débutants.

Qu’est ce que le médiator ?

Par définition, le médiator qui aussi appelé sous les synonymes de plectre ou plectrum, est un petit bout de plastique, metal, bois ou même os de forme triangulaire permettant de gratter ou d’attaquer les cordes d’un instrument à cordes comme la guitare. Il est très utilisé à la guitare électrique mais aussi à la guitare acoustique. Son prix peut varier de 20 centimes à plusieurs centaines d’euros.

Quelle est l’utilité d’un médiator ?

En attaquant les cordes de votre guitare, vous avez le choix entre l’attaque aux doigts ou au médiator. Les doigts permettent d’apporter plus de douceur au jeu tandis que le plectre apporte une attaque plus présente avec un jeu plus “brillant”. Comme il est utilisé dans les instruments à cordes, vous pouvez jouer les cordes d’une guitare mais aussi d’un banjo ou d’un mandoline, apportant ainsi une plus grande vibration des cordes et l’apparition de certaines techniques comme les harmoniques artificielles.

Bien entendu, vous pouvez jouer de la guitare sans médiator. Pourtant, vous rencontrerez un jour un morceau qui vous donne envie et qui doit se jouer avec un plectre. Je vous conseille donc de jouer au doigt et de travailler aussi le jeu au médiator. Nous vous expliquons comment le tenir et attaquer les cordes dans nos cours.

Quelle épaisseur et matière pour un plectre ?

L’épaisseur d’un médiator est comprise entre 0,2 mm à 2 cm. Sa dureté va définir aussi sa souplesse et son impacte sur le son. Ainsi, un médiator fin sera bien plus souple qu’un médiator épais. La matière principalement utilisée est le plastique. Néanmoins, d’excellents artisans réalisent des médiators de qualité dans d’autres matières comme la corne, l’os, les écaille ou le métal.

  • Plastique : le médiator de base, avec du plastique de type Delrin, ou celluloïd. Ce sont les plus abordables et polyvalent. Plutôt fragiles, ils ont tendance à glisser entre les doigts avec la transpiration. Ils sont achetables à l’unité ou par boîte.
  • Bois : le bois permet une attaque plus ronde des cordes. Délivrant des sonorités chaudes et veloutées idéales pour le Jazz et les mélodies proches. De par la diversité des bois utilisables, les sons produits par ces médiators peuvent grandement varier.
  • Métal : très résistants, ils provoquent des sonorités très claires et brillantes. On peut en trouver en inox, laiton, bronze, argent, et même en or. Idéal pour le heavy métal, ils usent cependant plus facilement les cordes de votre guitare.
  • Corne : offrant des sonorités moelleuses et un bon compromis entre rigidité et résistance, les médiators en corne sont idéals pour le jeu rapide funk et bluesy. Ils permettent une attaque dynamique et un grand confort d’utilisation.
  • Os : résistant, rigide et générant de belles tonalités, les médiators en corne sont la meilleure alternative à ce jour aux plectres en écaille de tortue. Ces médiators sont parfaits pour jouer du Rock et ses variantes plus ou moins hard.
  • Ecaille de Tortue : leur fabrication a été interdite vers le milieu des années 70. Les médiators en écaille de tortue de mer étaient connus pour leur très grande rigidité, leur durabilité (on pouvait le garder des années!) et leur tonalité très riche et complexe.

Les pointes peuvent elles aussi êtres différentes comme avec du diamant. Ils peuvent aussi être recouvert d’un antidérapant, d’un anti glisse ou même êtres personnalisés avec des médiators à graver ou à personnaliser à l’unité.

Quel médiator pour quelle guitare ?

Voici quelques indications en fonction de votre utilisation et de votre guitare. Que ce soit pour des solos ou de la rythmique, certains médiators sont plus intéressants ! Le feeling reste néanmoins le meilleur critère qui vous permettra de choisir le bon médiator. Le fait de le tenir en sentant un maintient confortable, sa réaction aux cordes et le rendu sonore vous permettra de faire le bon choix. Il n’est pas rare d’en tester une bonne trentaine avant de trouver le bon.

Quel médiator pour guitare électrique ?

Personnellement, j’utilise des médiators Jazz III. Ce sont d’excellents plectres de 1 mm. Je les utilises pour avoir un son tranchant et faire ressortir mes solos. Puis, quand l’occasion se présente, j’utilise ceux de mon ami Riki le plectrier qui fait un travail formidable. D’ordre général, on utilisera un médiator épais pour faire un solo et un médiator souple pour jouer des rythmiques pop-rock par exemple.

Un guitariste tenant un médiator de guitare qu'il vient de choisir pour jouer avec sa guitare acoustique.
Choisir le bon médiator vous permettra d’améliorer votre qualité de jeu et votre attaque des cordes.

Le meilleurs médiator pour une guitare acoustique ?

Il est rare de faire un solo de guitare sur une acoustique folk. Par contre, en guitare manouche qui s’apparente en partie à la guitare classique, le médiator est très utilisé. Sur une guitare folk, préférez un plectre fin et donc souple. Si vous jouez des solos sur une classique, utilisez un médiator plus épais.

Si vous cherchez à acheter un beau médiator personnalisé ou originale, je ne peux que vous conseiller de visiter cette très belle boutique. Vous obtiendrez un son bien plus particulier ! N’oubliez pas d’acheter un porte médiator si vous vous déplacez souvent, cela vous évitera de les perdre sur la route ou dans votre guitare et de passer des heures à essayer de le ressortir.

Nos conseils pour tester et faire son choix sur le bon médiator

Tout comme une guitare, l’esthétique est un point important. En effet, avoir un beau médiator vous donnera sûrement l’envie de jouer plus souvent, surtout si ce dernier est confortable et facile à utiliser. Pour tester ce petit bout triangulaire de plastique (ou d’une autre matière). Si vous débutez totalement, prenez un lot de 10 médiators avec des souplesses différentes pour tester selon le conseil du vendeur dans le magasin de musique.

  1. Prenez le médiator que vous voulez acheter, ainsi que votre ancien, un plus dur et un plus souple.
  2. Jouez de la rythmique puis du solo.
  3. En fonction de votre test, choisissez plus dur ou plus souple.
  4. Posez vous aussi les questions suivantes : “Est-il trop petit ? Trop grand ? Ne glisse t-il pas ?”

Prenez le temps aussi d’écouter les modifications que cela crée sur le son. Pour tenir votre médiator, soyez toujours détendu et ne vous crispez pas ! Après cela vous pouvez venir tester nos exercices pour gagner de la vitesse au médiator.

 

Trou derrière clés d’accordages guitare : les mécaniques bain d’huile

mécaniques bain d'huile guitare

Lorsque l’on s’intéresse aux caractéristiques d’une guitare électrique, certains éléments reviennent souvent. Gage de qualité, on parle volontiers d’un accastillage premium, d’un sillet en Os, et des mécaniques bain d’huile. Qu’est-ce que cela signifie réellement ? Lorsque l’on parle de mécanique en guitare, c’est souvent pour évoquer les clefs d’accordages. Que représente le trou situé derrière celles-ci ? On vous explique tout sans plus attendre.

Les mécaniques bain d’huile : un standard sur les guitares électrique

Devenu un standard depuis la seconde moitié du vingtième siècle, les mécaniques bain d’huile sont réputés pour leur fiabilité et le peu d’entretien qu’elles demandent. Pour remettre les choses dans leur contexte, la mécanique d’une clé d’accordage est ce petit enchainement d’engrenages situé sur la tête de la guitare permettant de faire tourner un pignon sur lequel la corde est enroulé en effectuant une rotation sur une tige. Autrefois à l’air libre, l’engrenage se grippait souvent avec l’usure naturelle ou le manque d’utilisation. Pour résoudre ce problème, la conception de nouvelles mécaniques plongeant l’engrenage dans un bain d’huile est apparu. A l’abri de l’oxydation, les clefs d’accordages garantissent maintenant une plus grande longévité.

mécaniques bain d'huile guitare
Des mécaniques bain d’huile pour guitare électrique.

Les autres types de mécaniques et leur spécificité

  • Les mécaniques classiques : On les trouves surtout sur les guitares acoustiques. Ce sont les engrenages apparents à l’arrière de la tête. Si vos proches ont une vielle guitare trainant dans le grenier, vous pourrez reconnaitre les mécaniques classiques à la rouille qui les paralyses.
  • Les mécaniques autos bloquantes : innovation des années 70, ce nouveau système d’accordage fonctionne en bloquant la corde de la guitare dans le pignon de la mécanique au lieu de l’enrouler. Plus facile à utiliser et extrêmement fiable, c’est une solution de choix pour les amateurs de bends et du vibrato. La tenue étant plus solide, la fréquence d’accordage se retrouve réduite.
mécaniques auto bloquantes
Des mécaniques auto bloquantes sur la tête d’une guitare électrique.

Réparer une mécanique bain d’huile

À l’arrière des clefs d’accordage de ce type de mécanique, vous trouverez souvent de petits trous. Ces derniers servent en fait à ajouter de l’huile pour lubrifier les engrenages. Ce simple geste permettra de dégripper un mécanisme trop vieux. Si c’est un changement de mécanique que vous souhaitez entreprendre, prenez bien soin à noter les références de votre accastillage. Faire appel à un luthier reste la solution la plus sage pour ne pas abîmer la tête de sa guitare.

L’histoire de la Fender Stratocaster : légende, spécificités, sonnorités

guitare fender stratocaster

L’histoire de la guitare a été marquée à plusieurs reprises par des innovations. Des harmoniques multipliés, une intensité sonore plus grande et une lutherie plus compacte on permis sa démocratisation. Le véritable séisme cependant s’est produit avec l’arrivé de la guitare électrique. La première solid-body a prétention commerciale fut la Télécaster, mais c’est bel et bien la Fender Stratocaster qui marquera les esprits dès 1954. Rétrospective !

La Fender Stratocaster : l’évolution légendaire de la Télécaster

Fruit du retour des nombreux utilisateurs de la Télécaster, la Stratocaster se veut être une guitare moins avant-gardiste mais plus installée. Une guitare pour le long terme, riche de ses sonorités, agréable à jouer et extrêmement polyvalente. Alors que la Telecaster tirait ses inspirations de la télévision comme technologie futuriste, la Stratocaster, elle, vise les étoiles. À l’époque où la conquête spatial commençait à prendre de l’ampleur, Léo Fender et ses équipes ont conçu la forme aujourd’hui bien connu des guitaristes. Ses évolutions n’étaient pas uniquement esthétiques.
Trois micros single coil avec sélecteur de position pouvant se bloquer en intermédiaire et un bloc vibrato révolutionnaire tenant l’accordage. Plus légère que sa concurrente principale : la Gibson Les Paul, elle a aussi un accès aux aigües facilité.

Un succès entretenu par les plus grands

Dès sa sortie sur le marché, la Fender Stratocaster a été adoptée par de nombreux guitaristes. Surfant sur la popularité de sa grande sœur, la Télécaster, le nouvel instrument va très vite devenir le nouveau standard. De nombreux Guitar Heroes de renom, comme Eric Clapton, Stevie Ray Vaughan ou encore Jimi Hendrix vont apporter à l’instrument ses lettres de noblesse.

Des guitaristes virtuoses qui ont su pousser l’instrument jusque dans ses retranchements. Profitant d’une clarté et de sonorités cristallines encore inégalé, la Stratocaster se comporte agréablement bien en son crunch et overdrive. La rendant idéale pour le blues et le rock. Des styles qui vont exploser dans les années 60 à 80. Ce n’est pas pour rien que l’image de la stratocaster soit associé au Rock’n’Roll. Avec la Gibson Les Paul, ce sont des guitares qui ont mis en forme la culture musicale de ces décennies.

Les modèles de Stratocaster

Modèles originaux, signature, ré-issu, nouvelle ère… On peut dire que la Stratocaster est un instrument qui a su se décliner à l’infini. Encore aujourd’hui, sous d’autres noms, on retrouve des modèles se ventant de raviver les sonorités d’origine.

D’avril à juillet 1954, les premiers modèles sortaient de l’usine. Une centaine de guitares à peine qui valent aujourd’hui entre 80 000€ et 1 million d’euros selon l’état. Une originalité extrêmement rare, car ce sont des guitares ayant été conçu pour faciliter l’assemblage et le changement de pièces. Il n’est pas rare de trouver une guitare datant de 1960 avec un manche des années 2000. L’usure pouvant être fatal pour le confort de jeu.

À la base construite aux états-unis, les modèles les plus récents proviennent du Japon, du Mexique, et même de Corée du Sud. Ces derniers ont été ré-édité sous la marque Squier by Fender.

On vous laisse avec cette vidéo test d’un des tout premiers modèle de Fender Stratocaster datant de 1954 !