Accueil » Degrés musique guitare : harmonisation, improvisations et intervalles

Degrés musique guitare : harmonisation, improvisations et intervalles

Degrés musique - Importance de cette théorie musicale
0
(0)

Lorsque l’on pense à la théorie musicale en guitare, on en revient toujours à l’hypothèse solfège vs tablature. La théorie est pourtant bien plus profonde, complexe et utile pour le guitariste. Elle ne se résume pas à la simple lecture, c’est une véritable science pour comprendre le son et la mélodie. Que signifie degrés musique ? Qu’est-ce que l’harmonie, les intervalles et l’improvisation ? C’est ce que nous allons voir ensemble dans cet article.

L’harmonisation, premier pas vers la compréhension des degrés

Harmoniser une gamme, c’est construire des accords avec ses notes. Pour illustrer, partons sur la gamme heptatonique de Do majeur. Il s’agit de la gamme que même les non-musiciens connaissent : Do, Re, Mi, Fa, Sol, La, Si, Do. Pour construire un accord en partant de cette gamme, nous allons procéder comme historiquement : en empilant des tierces.

Si vous n’êtes pas familier avec les termes « tierces », sixtes, quintes, assurez-vous, cela fait partie de la leçon !

Degrés musique guitare : harmonisation, improvisations et intervalles

Le premier accord que l’on va créer part de la première note de la gamme : Do. Une tierce au-dessus, Mi, et une tierce au-dessus, Sol. Cet accord comporte donc une tierce majeure (Do->Mi) puis une tierce mineure (Mi->Sol). C’est donc un accord majeur, un Do majeur pour être précis. Si on fait de même pour les 6 autres notes de la gamme, on obtient 6 autres accords dans cet ordre. Du second au septième degré : Ré mineur, Mi mineur, Fa, Sol, La mineur et Si diminué. Tous ces accords font partie de la gamme de Do majeur.

Par conséquent, lorsqu’on veut jouer une mélodie en Do majeur, les accords précédemment cités trouveront leur place pour constituer une harmonie !

Les intervalles, espaçons les degrés

Degrés musique - Harmonisation et Improvisation
Degrés musique – Harmonisation et Improvisation

Tout d’abord, il existe deux types d’intervalles :

  • Intervalles mélodiques : la distance entre 2 notes d’une mélodie jouée l’une après l’autre ;
  • Intervalles harmoniques : il s’agit de la distance entre les deux notes d’un accord joué en même temps.

Les intervalles sont nommés selon le nombre de notes qui les compose :

  • L’unisson : une note ;
  • La seconde : deux notes ;
  • La tierce : trois notes ;
  • La quarte : quatre notes ;
  • La quinte : cinq notes ;
  • La sixte : six notes ;
  • La septième : sept notes.

Par exemple, l’intervalle DO – SOL est composé des notes suivantes : do ré mi fa et sol, c’est-à-dire 5 noms de notes, c’est donc une quinte.

Degrés musique guitare : La garantie de séquences mélodiques réussies

Dans une séquence d’accords d’un morceau, il y a toujours une fondamentale. Dans notre première partie sur l’harmonisation, nous avons découvert la suite suivante pour un morceau en Do majeur : C, Dm, Em, F, G, Lm, Bdim. Ce qu’il faut savoir, c’est qu’un accord dans un morceau n’a pas seulement une couleur, mais aussi un rôle. C’est ce rôle que nous appelons Degré.

Le degré s’exprime en chiffre romain de I, à VII. La tonalité d’un morceau représente un cadre harmonique bien défini. Tous les accords au sein de ce cadre harmonique ont un rôle pouvant être codifié par les degrés.

Pour résumer :

  • Le premier degré (I) d’une gamme : on appelle 1er degré d’une gamme l’accord qui donne la note principale correspondante à la gamme.
  • Le degré 2 d’une gamme : dans le même ordre d’idée que la précédente, le degré 2 correspond à l’accord lié à la 2ème note principale de la gamme.
  • Le degré 3 d’une gamme : on désigne par troisième degré l’accord qui se base sur la 3ème note principale de la gamme concernée.

L’intérêt des degrés réside dans leur capacité à aider la transposition d’accords. Il existe 12 tonalités dans lesquelles un morceau peut être transposé. Une grille qui contient un chiffrage en degré peut être jouée dans n’importe quelle tonalité. Imaginons un morceau composé des accords Re (D), Si mineur (Bm), Sol (G) et La (A).

En degré, cela se traduit comme : I, VI, IV, V.

Degré musique : Pourquoi dit-on que c’est plus pratique ?

Faut-il privilégier les accords ou les degrés musiques ?

Chaque tonalité qui accompagne une chanson est bien ancrée dans un registre harmonique précis. Chacun des accords est codifié dans le registre harmonique. Il existe plusieurs systèmes de codification, dont les degrés. Ainsi, les degrés aussi peuvent servir de système de codification pour les accords dans un cadre d’harmonie. Par exemple, pour une chanson composée en Do majeur, l’accord Dm devra jouer un rôle spécifique. Il en est de même pour une chanson en Ré majeur. Dans ce cas, c’est l’accord Em qui s’occupera du rôle principal. Egalement, pour le Mi majeur, l’accord Fm jouera le même rôle. On peut donc en avoir plusieurs qui vont dans le même sens. Le nom donné pour coder ce type de fonction est « Degré II ». C’est donc le Degré II qui codifie l’accord de chaque tonalité.

L’utilité de degrés musique

Degrés musique - La mise en pratique
Degrés musique – La mise en pratique

Les degrés en musique jouent un rôle important. Leur utilité n’est plus à démontrer. En effet, la musique moderne a enregistré jusqu’à ce jour, douze (12) tonalités. De ce fait, chaque composition musicale ne peut que s’enregistrer dans les douze tonalités. Prenons l’exemple d’une grille chiffrée exclusivement en degrés. Du fait qu’elle est en degrés musique, cette grille pourra être exécutée dans les douze tonalités disponibles. Il suffira au guitariste de savoir repérer les accords qu’il doit jouer en partant des degrés musique disponibles.

Par contre, si vous désirez faire une transposition de la grille des accords, vous devez prendre le temps de faire des calculs qui vont vous permettre de repérer les nouveaux accords. Ce calcul se fait à base des degrés de musique. Par ailleurs, il faut noter que ce processus n’est pas aussi aisé que cela en a l’air. C’est un calcul plus ou moins difficile. Vous pouvez voir en exemple la grille suivante.

Si nous partons du principe que vous désirez chanter sur ce morceau, votre première difficulté sera la mélodie. En effet, cette mélodie est très aiguë. Alors, pour vous faciliter la tâche, vous devez faire une transposition de cette grille. Pour ce faire, vous aurez à transposer les accords de manière à ce que votre voix s’y accorde avec la plus grande aisance possible. Vous pouvez par exemple descendre d’une quinte au cas où la chanson serait assez aiguë pour vous.

Une transposition de cette grille peut être la suivante :

I VIIVV

Cette nouvelle grille aussi s’adapte très bien à toutes les différentes tonalités existantes. Vous pouvez par exemple la jouer en faisant de C, votre premier accord. Dans ce cas, votre grille sera :

C AmFG

 Par contre, si vous décidez de commencer par l’accord de G, votre grille sera la suivante :

[bzkshopping count="6" template="grid" merchants="amazon"]
G EmCD

Cela paraît assez simple à faire. En effet, il faut juste maîtriser les accords en fonction des degrés. C’est à cette seule condition que cela sera facile.

Degrés musique guitare : harmonisation, improvisations et intervalles

Degrés musique : Quelle relation entre accord et gamme ?

En musique, chaque fonction harmonique est nécessairement associée à un accord spécifique. Comme exemple, le deuxième degré d’une gamme majeure est systématiquement associé à un accord mineur7. Cet accord présente un ton plus élevé que le ton de la gamme. En revanche, ce principe ne se vérifie plus lorsqu’on se retrouve dans une situation contraire à celle définie précédemment. Ce qui veut dire que chaque accord n’est pas associé à une seule fonction harmonique. En effet, un accord peut s’associer à plusieurs fonctions harmoniques. Toutefois, le choix de se lier à l’une ou l’autre des fonctions ne se fait pas au hasard. Cela dépend du degré d’harmonisation des accords qualifiés de diatoniques dans les gammes majeures, les harmonies mineures et les mélodies mineures. Ce sont eux qui déterminent la liaison d’un accord aux fonctions harmoniques.

Nous pouvons prendre un accord de septième en exemple. Partons du principe que cet accord a été fait à base des trois gammes énumérées précédemment. Après plusieurs configurations, on pourra obtenir :

  • G7 9 11 13  est le résultat de  G7 5ème degré (V7) de C Majeur ;
  • G7  5ème  degré (V7) de C mineur harmonique est G7 b9 11 b13 ;
  • 4ème degré G7 (IV7) de D mineur mélodique est G7 9 #11 13 ;
  • G7 5ème degré (V7) de C mineur mélodique est G7 9 11 b13 ;

Dans ce système, le positionnement de chaque accord intérieur est important, car il permet d’identifier la gamme utilisée et aussi les notes qu’on peut jouer.  

Historique des degrés en musique

Les prémices du degré avec le système tonal

Les degrés en musiques sont apparus avec le système tonal. Le système tonal quant à lui a été un processus. Il s’est déroulé sur plusieurs siècles avant de connaître un aboutissement. Près de six siècles pour y arriver. Cela a duré de la période carolingienne au moyen-âge. Le système tonal venait donc d’évincer le système modal en apportant deux modifications essentielles. La première est l’enrichissement des harmonies. Avec ce système, les harmonies sont plus enrichies et plus intéressantes. Toutefois, le nouveau système n’apporte pas seulement des progrès. Il réduit ou appauvrit certains acquis de l’ancien système. On parle d’un appauvrissement des mélodies. En effet, grâce au nouveau système, les modalités d’harmonisation se sont réduites de façon considérable.  On a quitté 8 modalités d’harmonisation pour se retrouver avec deux modalités. Ces dernières tendent à rendre uniformes les lignes de mélodie.

Par ailleurs, il est important de noter que les deux systèmes ont essayé de coexister lors de la période indiquée ci-dessus. Cette coexistence s’est faite au sein d’une note non tempérée. Lors de cette collaboration, la note sensible essaie d’influer sur les modes, et introduisait ce qu’on appelle maintenant gamme tonale.

Enfin, il faut aussi noter que malgré la naissance du système tonal, le système modal a encore existé dans le temps (jusqu’au XVIIIe) avant de disparaître. Toutefois, aujourd’hui au XXIe siècle, certains musiciens continuent de l’utiliser.

Les degrés avec le système tonal

Degrés musique - Les accords
Degrés musique – Histoire de cette théorie musicale

Le système tonal est celui qui a vraiment initié les degrés en musique. Il se base sur les degrés musique. Les degrés musique sont un ensemble de 7 notes organisé sur l’échelle diatonique, car c’est la tonique qui constitue la note principale et la note qui domine. La note dominante est celle qui se trouve au 5ème degré de la gamme. La note tonique et la note dominante forment une sorte de pair. En effet, la note dominante crée une tension que la tonique atténue en proposant la bonne mélodie.

Les sept degrés de musique se présentent comme suit :

Degré musiqueNom
ITonique
IISus-tonique
IIIMédiante
IVSous-dominante
VDominante
VISus-dominante
VIISensible

 Ces sept degrés musiques sont classés selon leurs apports. Nous avons la classe des ‘’très bons degrés’’ qui est occupée par les notes I, IV et V. Elles sont qualifiées ainsi parce qu’elles jouent intégralement les trois différentes fonctions tonales. Il s’agit des fonctions toniques, sous-dominante et dominante.

Le 4ème degré a pour rôle d’élargir le 1er dans le but de créer une très bonne cadence. Quant au 2ème degré, il s’apparente parfois à la sous-dominante avec un avantage certain. Il oriente assez aisément vers la dissonance. Le 6ème degré ouvre un mode majeur de tonalité relative tout en créant une ambiguïté. Enfin, le 7ème degré en musique encore connu sous le nom de note sensible joue un rôle capital dans la mélodie. On l’utilise souvent comme un 5ème degré et on lui ajoute le mineur du 7ème tout en prenant le soin de retirer la note fondamentale.

Conclusion : La relation entre l’harmonie et les degrés

Si vous désirez chanter un morceau, mais que vous n’y arrivez pas, car votre tessiture ne convient pas à la tonalité du morceau, alors il vous faut le transposer. En gardant les degrés similaires, mais en jouant un Do, plutôt qu’un Re en degré I, vous obtiendrez la série d’accords suivante : Do (C), La mineur (Am), Fa (F) et Sol (G).

La difficulté réside donc dans la connaissance du rôle et la qualité des accords en fonction des degrés ; par exemple, savoir que le degré VI est mineur.

Avez-vous aimé ?

Cliquez ici pour noter

Note moyenne 0 / 5. Nombre de votes 0

Votez pour la première fois

Degrés musique guitare : harmonisation, improvisations et intervalles

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.