fbpx

Passer de la guitare acoustique à la guitare électrique

Passer de la guitare électrique à la guitare acoustique ou inversement ne sera pas si difficile que ça !

En tant que guitariste débutant, vous désirez sûrement passer de la guitare sèche à la version électrique ou inversement ! Vous êtes en droit de vous demander si cela est facile ou compliqué !

De la guitare acoustique vers la guitare électrique

Vous avez commencé avec la guitare classique et la guitare folk ? Ce n’est absolument pas un problème. Les guitare électro-acoustiques, les acoustiques et les électriques se ressemblent énormément sur leur composition, leur utilisation sera par contre bien différente.

  • La guitare classique a un corps de taille moyenne avec des cordes en nylon, plutôt jouée aux doigts, avec une dominante sur un jeu en arpèges.
  • La guitare folk a un corps un peu plus grand avec des cordes en metal, jouée aux doigts ou au médiator, tant bien pour la rythmique que des arpèges.
  • La guitare électrique qui est la petite dernière de cette grande famille avec l’arrivée de l’électricité, des amplificateurs et du numérique vous permettra de faire de la rythmique et des solos.

Bien entendu, rien ne vous empêche de travailler des arpèges sur une guitare électrique et des solos au médiator sur une classique. Cette comparaison permet simplement de mettre en évidence les traits de ces instruments de musique à cordes. Ainsi, si vous passez d’une guitare acoustique vers l’électrique, vous allez vous étonner :

  • Vous allez avoir un peu mal au bout des doigts de votre main si vous passez des cordes douces aux cordes métalliques.
  • Vous devrez brancher votre guitare sur un amplificateur pour avoir un véritable son.
  • Vous apprendrez à vous servir des effets comme de la distortion, de l’overdrive et de nombreuses autres machines comme des pédales, des compresseurs ou des noise gates.

La transition vous prendra peu de temps si la passion est là ! Il n’y a aucune raison pour que vous ne puissiez pas faire cette transition. Il faudra simplement s’habituer aux cordes et au réglage des effets, mais on vous apprend tout dans notre école de musique en ligne.

Passer de la guitare électrique à la guitare acoustique ou inversement ne sera pas si difficile que ça !
Passer de la guitare électrique à la guitare acoustique ou inversement ne sera pas si difficile que ça !

Débuter à l’électrique puis passer à l’acoustique

Nous voici dans le schéma inverse, vous désirez passer d’un instrument amplifié électroniquement vers un qui ne l’est pas. Attention aux grands fans de vitesse, passer de l’électrique à la folk vous donnera du fil à retordre si vous n’avez pas travaillé proprement. C’est à dire, si vous avez travaillé en jouant des solos à toute vitesse avec énormément de gain sur votre distortion et de la réverbération pour cacher les fausses notes.

Dans le cas là, vous allez trouver la guitare acoustique classique très facile mais avec un manche très grand ! Pour ce qui est de l’acoustique folk, vous risquez d’avoir aussi un peu mal aux doigts. En effet, vous sentirez rapidement que vous aurez besoin de plus de force pour sortir les notes de votre guitare folk que de votre électrique. Habitué au jeu du médiator, il vous faudra pratiquer la technique du jeu aux doigts avec le pouce, le majeur, l’annulaire et l’auriculaire.

Quel est le meilleur choix pour débuter la guitare ?

Le top du top, c’est decommencer à apprendre la guitare avec une guitare… que vous aimez ! Débuter avec une guitare classique est une aberration entretenue majoritairement par des écoles de musiques trop rigides dans leur enseignement. La seule raison pour laquelle il est intéressant de commencer par la guitare classique est que les cordes sont agréables à jouer et peu coupantes. Cela ne vous posera pas de problème ou très peu de problèmes de passer de l’une vers l’autre.

Il est important de choisir un instrument que vous aimez pour jouer les morceaux que vous aimez. Sans amour, la musique n’est rien. Vous êtes la pour apprendre un instrument de musique qui va vous apporter énormément de bonheur mais aussi vous confronter face à des difficultés lors de votre apprentissage. Ainsi, une guitare qui est jolie et qui a un son qui vous plaît aura encore plus de chance d’être jouée et de vous faire progresser !

Idée cadeau pour guitariste

idées de cadeau pour savoir quel cadeau ou quoi offrir à un guitariste.

Un cadeau d’anniversaire ou de Noël pour la guitare

Bien cerner le matériel du guitariste

Pour trouver le meilleur cadeau pour un ami ou un membre de la famille qui fait de la guitare, il faut absolument comprendre quel type de guitariste il est.

Voici un petite exemple : si votre ami est fan de voitures, il n’est certainement pas un adorateur de toutes les voitures du monde. Offrir une kangoo à quelqu’un qui adore les formule 1, c’est offrir le bon objet mais ne pas répondre à ses attentes. C’est la même chose lorsqu’on offre un instrument ou un accessoire de musique à petit prix ou avec un budget plus conséquent. Il faut donc vous renseigner à ce sujet… Sachez que les amis de l’heureux élu qui obtiendra votre cadeau seront les meilleurs conseillers pour vous aider à trouver le présent qu’il vous faudra mettre à côté du gâteau ou sous le sapin !

  • Un guitariste débutant aura sûrement besoin de cours de guitare comme  cette méthode plébiscitée comme la plus efficace.
  • Un guitariste qui a déjà quelques années de jeu aura sûrement besoin d’accessoires ou de renouveller son matériel comme un nouvel amplificateur de guitare.
  • Un gratteur de cordes expérimenté aura besoin de matériel d’élite ! Attention au porte monnaie, il vaut mieux choisir ce cadeau en avance avec lui/elle pour ne pas se tromper.

Heureusement, nous vous avons sélectionné quelques idées de cadeaux qui plairont à tous les niveaux !

idées de cadeau pour savoir quel cadeau ou quoi offrir à un guitariste.
Quel cadeau offrir à un musicien ou à un guitariste ?

Quelques idées de cadeau et accessoires

  • Un médiator de guitare stylé comme ceux produits par Riki le plectrier.
  • Du fast fret pour  entretenir et prolonger la durée de vie des cordes.
  • Un rendez-vous chez un luthier pour modifier sa guitare et l’améliorer ou lui offrir un réglage.
  • Un couteau suisse pour guitare afin de pouvoir la régler et la réparer n’importe quand !
  • Un nettoyeur de cordes pour guitare et basse.
  • 2500 heures de cours de guitare interactifs pour tous les niveaux sans bouger de la maison, c’est ici !
  • Une guitare en kit à fabriquer.
  • Un casque de monitoring pour écouter de la musique et s’enregistrer.
  • Des protections auditives pour répéter ou aller à des concerts et bien protéger ses oreilles.

Voila quelques idées de cadeaux parfaits pour vos amis guitaristes, à la fois originales et surprenantes autour de la guitare.

Offrir un cadeau pour un musicien

Sachez qu’il existe de nombreux cadeaux pour les musiciens. Vous pouvez les ravir avec un instrument de musique, des accessoires ou même avec du matériel d’écoute de musique ! Les musiciens sont des grands curieux et la musique est présente dans des centaines de domaines différents. Vous rendrez parfaitement heureux un musicien en offrant par exemple une place de concert, un lecteur de vinyles ou un tee shirt de son groupe de rock préféré !

Les musiciens ont tendances à essayer d’enregistrer leur propre musique à la maison. Ainsi, avoir un bon écran d’ordinateur, de bonnes enceintes ou une souris confortable sont aussi des cadeaux incontournables.

Bien configurer ses effets : la méthode des 4 câbles

Pas facile de jouer de la guitare électrique lorsque l’on se perd dans la jungle du matériel. Amplis à lampes, modélisation, pédales analogiques, multi-effets, rack.. tout un tas de termes se mélangent et à mesure que le matos s’accumule, on en arrive à ne plus savoir quoi brancher entre son instrument et son ampli pour garder un son intact. C’est là qu’entre en scène la méthode des 4 câbles !

4 câbles, c’est tout ce qu’il faut pour marier un multi-effet à son ampli à lampe !

Le problème des multi-effets, c’est aussi leur plus gros avantage : la polyvalence. Ce type de pédale propose une vaste gamme de propriétés agissants directement sur le signal de la guitare. Des effets d’enveloppes aux simulations de pré-amplis en passant par les filtres et modélisations. On vous propose un guide complet sur les effets sur cette page.

lineup_concert

Le problème, en effet (sans mauvais jeu de mot) c’est que la plus part des simulations de pré-amplis et modélisations (disto, overdrive) doivent se situer entre la guitare et l’étage de puissance de l’ampli guitare, et les effets d’enveloppes (chorus, delay, flanger) après ce dernier. Si votre schéma de branchement se résume à : Guitare -> Pédale -> Ampli, vous allez très vite saisir le problème.

Autre élément perturbateur : l’ampli lui-même ! L’étage de pré-amplification, notamment dans un ampli à lampe, est ce qui donne la couleur et la personnalité même du son qui passe au travers. De nombreux guitaristes aimeraient profiter des capacités de leurs pédales multi-effet, sans pour autant substituer la candeur du préamp de leur ampli à une simulation. Pour justement lier le meilleur de ces deux mondes, il existe une solution : la méthode des 4 câbles.

Fonctionnement et mise en place de la méthode des 4 câbles avec un pédalier multi-effet

Quelques pré-requis pour réaliser cette configuration. Il vous faudra bien évidemment une guitare, un ampli (combo / tête + baffles) avec une boucle d’effet, un pédalier multi-effet et bien sûr : 4 câbles. La boucle d’effet (FX LOOP) est en proie de devenir un standard sur la plupart du matériel milieu de gamme. Elle est caractérisée par les entrées/sorties : SENDRETURN.

  • 1. Branchez votre guitare dans l’entrée Guitar In de votre pédalier multi-effets.
  • 2. Reliez la sortie de la boucle d’effet (SEND) de votre pédalier à l’entrée guitare de votre ampli.
  • 3. Reliez la sortie de la boucle d’effet (SEND) de votre ampli à l’entrée de la boucle d’effet (RETURN) de votre pédalier.
  • 4. Enfin, reliez la sortie habituelle (Mono Output) de votre pédalier à l’entrée de la boucle d’effet (RETURN) de votre ampli.

4_cable_1

Fonctionnement et mise en place de la méthode des 4 câbles avec deux ensembles de pédales

Pour cette configuration, les pré-requis sont différents. La guitare et l’ampli avec boucle d’effet restent inchangés. Les quatre câbles aussi. Cependant, on y distinguera ici deux groupes de pédales branchés en série. La série 1 : les pédales de modélisation (overdrive/disto, etc..) et la série 2 : les pédales d’enveloppe (Chorus, Delay, Reverb).

  • 1. Branchez votre guitare dans l’entrée (la première pédale) de la SERIE 1.
  • 2. Reliez la sortie de la SERIE 1 (la dernière pédale) à l’entrée guitare de votre ampli.
  • 3. Reliez la sortie de la boucle d’effet (SEND) de votre ampli à l’entrée de la SERIE 2 (la première pédale).
  • 4. Enfin, reliez la sortie de la SERIE 2 (la dernière pédale) à l’entrée de la boucle d’effet (RETURN) de votre ampli.

4_cables_2

Les branchements entre pédales des différents groupe sont en séries.

Des résultats étonnants mais une installation fastidieuse

La méthode des 4 câbles est connue pour fournir les meilleurs résultats en matière de traitement du signal. Elle ne va cependant pas sans son lot d’inconvénients. Il est facile de confondre les ports SEND & RETURN de la boucle d’effet (FX Loop). Aussi, vérifiez toujours à deux fois votre câblage avant de vous lancer dans les balances sonores.

Selon le matériel dont vous disposez, il faudra peut-être ajouter des pédales ” temporisatrices ” entre deux effets pouvant entrer en conflit. On pense notamment aux NoiseGates et Compresseurs.

Le dernier point qu’il est bon de garder à l’esprit est le temps d’installation. Une fois la méthode des 4 câbles mise en œuvre, nous vous conseillons de créer des patchs (ou presets) propres à ce réglage. Dans le futur, si vous devez vous installer rapidement et n’avez pas le temps d’effectuer tous les branchements, une deuxième série de patchs réglés sur un branchement plus conventionnel peut vous sauvez la vie. Régler ses effets à l’avance, c’est la clé pour avoir une guitare qui sonne bien en toute circonstance.

Enfin bon, si vous possédez un bon pédalier multi-effet, peut-être que l’idéal serait de vous tourner vers un Ampli FRFR ? 🙂

Le méconnu ‘ Ampli FRFR ‘ serait-il l’avenir du guitariste ?

Quand on s’imagine la config ultime du guitariste, on pense très souvent à toutes ces Rockstars et leur mur d’ampli Marshall à lampe. Quelques pédales d’effets analogiques collectés au cours d’une longue carrière et judicieusement agencées sur un pedalboard artisanal. Ainsi bien sûr qu’une guitare faite de bois prestigieux à une époque où on n’allait pas couper des sapins en Chine.

Sauf que voilà, 1970 c’est bien beau, mais le guitariste de 2016 n’a rien à envier à ses légendes tant il assiste, bien au chaud devant son ordinateur, à la démocratisation naissante des technologies de pointe dans son domaine de prédilection : la quête du son ultime !

Le mal nommé Ampli FRFR et le flou autour du matériel à disposition du guitariste

Vous-même guitariste électrique, avez peut-être déjà essayé de brancher votre instrument directement sur un haut-parleur, une enceinte, une chaîne Hi-Fi ? L’expérience se révélant toujours peu concluante : un son pas très élevé, et manquant cruellement de personnalité. C’est parce qu’il manque un élément essentiel à votre chaîne : l’étage de pré-amplification (ou préamp).

Sans entrer dans trop de considérations techniques : le signal produit par une guitare électrique est trop faible et doit être élevé pour pouvoir sortir correctement dans un haut parleur. Quand on parle trivialement d’Ampli Guitare, on fait souvent référence au mélange Preamp + Haut-parleur + caisson que représentent les COMBO guitares (on explique tout ça en détail dans cet article).

node_85_thumbnail_r17541

L’ampli FRFR est mal nommé, car ce n’est pas un amplificateur, mais une enceinte (ensemble de haut-parleur dans un caisson) qui à la particularité de faire sortir le son exacte produit par le signal, sans aucune altération. FRFR est un acronyme pour Full Range Flat Response. Le but de l’enceinte FRFR est de faire ressortir le son le plus neutre et proche du signal original possible. Sympa hein ? .. mais, en quoi serait-ce l’avenir du guitariste ? Personne ne veut d’un son sans caractère, si ?

Tirer le meilleur de ses effets : les progrès dans la modélisation sonore

Le piège dans lequel tombe beaucoup de guitaristes, est d’acheter une pédale multi-effet paraissant TOP sur le papier, mais sonnant terriblement avec l’ampli guitare de la maison. Ce dernier peut alors aisément faire l’amalgame entre la qualité du matériel le mauvais son. Alors qu’en fait, le problème vient surtout de la configuration opérée.

Tout d’abord, il faut savoir que les pédales multi-effet offrent des simulations de pré-amplis connus (grain d’un ampli Fender, Vox, Marshall, etc..). Si un guitariste branche sa pédale multi-effet directement dans l’entrée ligne de son COMBO GUITARE, le schéma suivant va s’appliquer : Guitare – Simulation de préamp – Préamp de l’ampli – amplificateur de puissance – haut parleur.

fractal

Le préamplificateur étant un ingrédient majeur dans l’élaboration du son, en coller deux à la suite ne peut que créer des conflits et un résultat raté. Afin de profiter au mieux de sa pédale multi-effet avec un combo ou une tête d’ampli guitare, je vous invite à découvrir notre article sur la méthode des 4 câbles.

Ampli FRFR & processeur multi-effets ? Le combo gagnant !

Le but n’est pas de rentrer dans l’éternel conflit entre les Guitaristes vintages pro analogique et les Guitaristes modernes pro numérique. Les premiers prônent un son organique, créé par la mécanique acoustique et électronique des amplis à lampes. Les seconds, quant à eux, pensent qu’aujourd’hui, les processeurs numériques sont assez avancés pour parfaitement simuler l’essence des amplis à lampes et permettre en plus une versatilité jamais vue auparavant.

Nous partons du principe que grâce à l’ingéniosité des chercheurs du domaine électro-acoustique et à la croissance effrénée des technologies numérique, il sera possible dans un futur proche de rendre indissociable à l’oreille humaine les sons et émotions produit par les processeurs multi-effet numérique par rapport aux machines analogiques.

atomic_clr
L’association d’une pédale multi-effet à un ampli FRFR permet d’obtenir un rendu sonore optimal et de libérer toute la complexité d’un signal numérique sans regard sur son volume de sortie. La garantie de disposer du même son et de sa richesse harmonique depuis sa chambre ou sur une scène de concert.

Les avantages du duo Enceinte FRFR & processeur multi-effet

A la maison ou en concert, il suffit de brancher sa guitare sur son pédalier multi-effet et ce dernier sur son enceinte FRFR. En passant par une table de mixage ou le système de PA d’une salle de concert, ce système permet d’avoir la certitude d’avoir un son amplifié fidèle à ce qui a été paramétré. Les avantages du multi-effets sont … multiples. Des mélanges de sons infinis (pitch shifter, wah wah, overdrive, distorsion, chorus, delay, etc…) et les outils essentiels du musicien solo : boite à rythme & loop. Si vous aimeriez en savoir plus sur les effets, on vous a concocté un article à cette adresse. Outre le niveau sonore, ce set up est aussi parfait pour les guitaristes mobiles.

amplifi

Comment régler la distance corde microphone pour un résultat optimal

Régler le microphone et la hauteur des cordes de la guitare

Les vis de réglage sur un microphone

Vous voyez, ces petites vis de réglage présentes sur le cache de votre microphone de guitare électrique ? Ceux présents sur chaque extrémité ? Parfois, ils sont encastré dans le cache, parfois dans le microphone et sa bobine elle même. Ce sont des vis ou des poteaux/piliers de réglage qui permettent de régler la hauteur du microphone.

La petite histoire du microphone et du guitariste

Vous savez, quand on reçoit une guitare dans les mains, on a qu’une seule envie, c’est de la jouer ! Mais on fait bien trop peu attention au réglage de sa guitare. Certes, on vérifie qu’elle est bien accordée, mais on ne porte jamais assez le regard sur les microphone de la guitare et la hauteur ou la distance par rapport aux cordes.

En résumé, vos microphones ont des aimants, ce qui créé un champ magnétique. Vos cordes sont métalliques. En vibrant, vos cordes vont créer un courant induit en perturbant ce champ magnétique. Cette fréquence sera ensuite retransmise dans le câble jack de la guitare puis dans l’amplificateur qui permettra d’amplifier le son. C’est pour cela que vos microphones ne captent pas votre voix. Essayez d’hurler dedans en bloquant vos cordes, rien n’en sortira. Il faut donc régler la bonne distance entre ces aimants et les cordes de la guitare pour permettre un rendu optimale au niveau du son !

vis permettant de régler la hauteur des microphones de guitare par rapport à la corde
vis permettant de régler la hauteur des microphones de guitare par rapport à la corde

Régler la hauteur des microphones et des cordes

Le microphone coté manche de la guitare captera bien plus de basses que le microphone du côté du chevalet. Ce dernier captera bien plus d’aigus que le micro côté manche. Ainsi, il existe plusieurs écoles :

  • Vous pouvez laisser une hauteur similaire en visant à avoir des microphones parallèles au corps de votre guitare pour obtenir des nuances.
  • Vous pouvez descendre un peu votre microphone côté manche dans le coin des cordes graves pour alléger en basse.
  • Et faire l’inverse pour le microphone côté chevalet pour booster les basses.

Si vous avez un micro au milieu, vous pouvez le laisser à la hauteur standarde, c’est à dire parallèle au corps de la guitare. Essayez de ne jamais créer un écart de plus de 7milimètres ou de moins de 3mm entre les microphones et vos cordes.

Comment entretenir ses cordes et ses microphones ?

Voici quelques règles pour entretenir vos cordes :

  • Utilisez un produit comme le fast-fret pour nettoyer vos cordes et prolonger leur durée de vie.
  • Nettoyez vous les mains avant de jouer et vérifiez bien qu’elles soient sèches avant de jouer.
  • Passer un chiffon doux sur vos cordes pour enlever l’oxyde en dessous et votre transpiration des doigts au dessus.

Une primordiale pour vos microphones, vos cordes et votre guitare :

  • Ne laissez pas votre instrument dans une salle qui change souvent de température, par exemple comme dans une chambre si vous aérez souvent cet espace.
  • Évitez les projections de liquides. Un microphone est composé d’une bobine de cuivre très fragile à l’humidité !
  • N’essayez pas de brancher votre guitare sur n’importe quoi avec votre jack 🙂

Prenez bien soin de votre instrument, c’est un peu comme un deuxième amour, ou un premier !

Câble jack de guitare, lequel choisir ?

Quel jack de guitare ou de basse dois-je prendre ? Est-ce de qualité ? Quel budget et investissement pour un son correcte et sans craquements ?

Le câble jack de guitare électrique, électro-acoustique, de basse, pour brancher un amplificateur et une tête… Il y en a tellement qu’on risquerait presque de choisir le mauvais ! Saviez-vous qu’il existe différentes tailles, la possibilité d’exister en mono ou stéréo ou que la longueur a une influence ? Nous allons voir ensemble toutes ces différences pour découvrir le bon câble jack qu’il vous faut, allons y Jacques !

Le câble jack pour guitare, une affaire de famille

Qu’est ce qu’un câble jack ?

Le câble jack est une connectique électrique coaxiale avec deux éléments mâles à chaque extrémités. Le câble jack sera branché dans une entrée jack. En tant que guitariste, vous  connaissez le câble jack 6,35 mm qui permet de relier votre guitare électrique ou électroacoustique à votre amplificateur ou à votre matériel d’enregistrement. En tant qu’audiophile, vous avez sûrement croisé le jack 3.5 mm qui est utilisé pour brancher un câble, des écouteurs ou relier une enceinte. C’est la norme communément utilisée pour brancher du matériel audio sur un ordinateur ou une tablette par exemple. Il a été inventé en 1877 et est communément utilisé dès que nous abordons le domaine de l’audio et de la musique. Bien que standardisé, de nombreuses caractéristiques vont influencer sa qualité.

Le câble jack des guitaristes est le 6.5mm, reliant la guitare à l'amplificateur !
Le câble jack des guitaristes est le 6.5mm, reliant la guitare à l’amplificateur !

Le câble pour brancher une guitare

Ses différentes formes

Le câble jack peut être droit ou coudé. Cela n’a aucune influence sur votre son mais permet d’améliorer votre confort. Prenons un exemple : jouez de la guitare en étant assis. Si vous utilisez un câble jack droit des deux côtés, il se peut que ce jack vous rentre dans la jambe ou sorte de la guitare de façon peu esthétique. Si vous utilisez un câble jack coudé d’un côté et droit de l’autre, vous pouvez utiliser la partie coudée sur votre guitare pour améliorer votre confort et sauver votre pauvre jambe ! La partie droite ira dans l’entrée de l’amplificateur ou de votre table de mixage.

Le câble jack mono se distingue par un seul "trait noir" sur la partie connectée.
Le câble jack mono se distingue par un seul “trait noir” sur la partie connectée.

Autres caractéristiques importantes

Le câble jack peut être mono ou stéréo. Dans le premier cas, le signal est dit “monophonique“, c’est à dire que vous ne pouvez pas distinguer un son à gauche et à droite. Le second est stéréo, il permet d’entendre la différence entre un son à droite et à gauche ce qui permet une spatialisation du son. C’est le cas de nos casques et écouteurs 🙂 La guitare émet un son mono, vous n’avez donc pas besoin d’utiliser un jack stéréo.

Le câble jack stéréo possède deux "bandes noires" à son extrémité.
Le câble jack stéréo possède deux “bandes noires” à son extrémité.

Il peut être blindé, avec un câble ondulé, avec une connectique en or. Tout cela a son importance. Vous imaginez bien qu’il y a une différence considérable et justifiée entre un câble à 5€ et un autre à 80€ 🙂

  • Si le câble est blindé, il sera bien moins sensible aux ondes diverses et variées. Essayez d’allumer une lampe à proximité de votre câble jack, vous entendrez une perturbation du signal comme un bourdonnement. Il se peut aussi que vous avez déjà entendu la radio avec votre câble jack, signe d’une conception très approximative.
  • Avoir un câble classique ou ondulé vous permettra d’avoir plus de confort et de flexibilité. J’apprécie beaucoup les câbles ondulés pour leur côté pratique. Le câble au format classique peut être encombrant à trimbaler de concert en concert.
  • une connectique or permet une meilleure transmission des fréquences extrêmes. Si vous branchez une guitare 8 cordes avec un câble jack de guitare avec des connectiques en or, il est fort possible que vous ayez une meilleure réponse dans les basses qu’avec un câble traditionnel. Attention, c’est un budget assez important qui sera réservé surtout à tous ceux qui désirent s’enregistrer et optimiser au maximum leur son.
  • Plus votre câble sera long, plus il y aura de chances de l’abîmer et de détériorer le signal. Prenez la longueur qui vous correspond (4 mètres pour répéter ou jouer dans sa chambre est largement suffisant).

Un cordon pour relier n’importe quoi

Le câble jack n’est pas réservé qu’à la guitare ou à la basse. Si vous décidez d’apprendre à vous enregistrer avec des cours de MAO (musique assistée par ordinateur) que vous pouvez suivre sur MyMusicTeacher, vous apprendrez à utiliser une carte son en USB/firewire, une table de mixage, des pré-ampli, des enceintes de monitoring… Il faudra relier ces différents éléments entre eux grâce à des câbles jacks qu’on nomme “des patchs“. Ainsi, votre guitare sera branchée sur votre pré amplificateur ou simulateur d’ampli avec un jack, ce dernier aura une sortie jack ou XLR qu’il faudra brancher sur la carte son externe qui elle même sera connectée à des enceintes de monitoring ou à un casque de studio monitoring par jack.

Dans son format 3,5mm, il permettra de relier une petite enceinte à votre ordinateur, de brancher votre smartphone à des écouteurs et ainsi de suite.

Quelles sont les autres connectiques ?

Le câble XLR

Le câble XLR est un connecteur composé de deux fiches. Une mâle et une femelle et ont une forme circulaire. Il peut contenir jusqu’à 7 broches ! Néanmoins, celui à 3 broches est le plus utilisé pour sonoriser ou brancher du matériel audio. On parle ici de liaison symétrique parce qu’il contient 3 fils pour capter un signal audio dit monophonique. Il y a donc un point froid, un point chaud et une masse. Il permet de brancher des microphones et certaines guitares qui disposent d’une sortie XLR.

Le câble XLR Neutrik, un gage de qualité marqué sur le XLR !
Le câble XLR Neutrik, un gage de qualité marqué sur le XLR !

Il dispose d’avantages importants comme :

  • Sa robustesse si ce dernier est aux normes neutrik. Préférez toujours un neutrik, vous achetez un câble qui vous suivra longtemps. C’est un investissement très intéressant face aux XLR standards qui vous lâcheront bien trop rapidement.
  • Il dispose d’un clip ou d’un cran permettant ainsi d‘éviter des déconnexions maladroites.
  • Il permet de transmettre un signal symétrique, bien plus propre et qui annule une partie du bruit de fond.

Concrètement, utilisez un XLR quand vous le pouvez. Néanmoins, brancher un câble jack d’une guitare vers un amplificateur n’est absolument pas un drame 🙂 De plus, le câble jack avec sortie XLR n’améliorera pas votre son, il faut que ce soit 1 entrée et 1 sortie XLR mâle et femelle de chaque côté pour que ce dernier soit efficace.

La connexion sans fil

Petite anecdote de grammaire, on dit bien connexion en Français avec un X et non pas connection qui est utilisé en anglais.

Vous pouvez connecter votre guitare avec un branchement sans fil. Devinez, le câble à insérer dans votre guitare et votre amplificateur sera quand même un jack ! La seule différence c’est que le premier jack sera inséré dans la prise jack de votre guitare et relié ensuite à un émetteur sans fil radio hi-fi (hf hautes fréquences) que vous porterez accroché à votre pantalon. Le même système sera reproduit pour votre amplificateur. C’est très pratique pour jouer en concert mais ce système est très onéreux si vous désirez avoir un son de qualité. Voici quelques éléments à prendre en compte lors de votre achat :

  • Comptez 600/800 euros pour un émetteur correct.
  • Il n’y a plus de temps de latence ou de délai entre ce que vous jouez et ce que vous entendez.
  • Si vous désirez jouer chez vous ou enregistrer, préférez un véritable câble qui transmettra l’intégralité de votre signal sans perturber votre matériel électronique.
  • Les bonnes scènes de concert fournissent généralement ce type de matériel.
  • Attention à avoir des batteries bien chargées pour éviter une panne en plein live !

Quel connectique jack me conviendrait ?

  • Si vous êtes débutant et que vous ne savez pas encore si vous allez jouer très souvent et avec un petit budget, prenez un câble jack entre 10 et 20€ en mono pour brancher votre guitare à votre amplificateur. Cela suffira largement ! Attention à bien en prendre soin, les câbles jacks ne sont pas très robustes.
  • Si vous êtes un guitariste depuis de nombreuses années et que vous en avez marre de courir au magasin pour acheter des câbles jack, investissez dans un bon câble vers les 50€. Vous ne serez pas déçu de cette gamme de prix et économiserez de nombreux allez-retours.
  • Si vous êtes un fan de son et désirez vous enregistrer, mettez y le budget ! Blindage, connectique or pour relier votre guitare à votre amplificateur, ainsi que de bons câbles bien robustes et les plus courts possibles pour une meilleure transmission du signal.

Personnellement, j’ai acheté un câble de la marque monstercable. Je l’ai depuis plusieurs années et je suis vraiment heureux de cet investissement (je précise, je n’ai aucun partenariat avec ces marques :-)). Les câbles Fender sont très intéressants au niveau du rapport qualité prix. En qualité moindre, yellow câble fait un travail tout à faire honorable.

Bonne musique à tous !

Lexique de la guitare

am elite feature  desktop

Ce lexique de la guitare / dictionnaire / glossaire de la guitare a pour objectif de vous permettre une compréhension facile du jargon et termes guitaristiques que vous retrouverez dans les pages de ce site.

Ce lexique est composé des mots, expressions et abréviations propres à la guitare ainsi que des définitions claires et précises!

A

Accastillage : Désigne l’ensemble des accessoires et composants (à l’exception des micros) fixés sur le corps d’une guitare.

Accord : Désigne une combinaison d’au minimum 3 notes jouées simultanément dans la musique d’accompagnement. On peut pareillement décrire l’accord comme étant l’adjonction d’au moins deux intervalles harmoniques. L’accord peut se présenter sous la configuration de majeur, mineur ou dissonant.

Accordeur : Appareil électronique qui indique, pour chaque corde jouée à vide, si sa note est trop basse, trop élevée ou juste; cela permettant d’accorder correctement sa guitare.

Action : Indique l’élévation des cordes par rapport à la touche du manche.

Acoustique (guitare) : Type de guitare qui possède une caisse de résonance et non équipée d’éléments électroniques servant à amplifier les vibrations des cordes. On l’appelle aussi guitare sèche.

Aimant : Joue un rôle déterminant dans le rôle d’un micro de guitare. Entouré d’une bobine de cuivre, chaque aimant engendre un champ magnétique produisant le son de la guitare.

Altération : Symbole placé ou au début d’une partition de musique pour en indiquer la tonalité, ou à côté d’une note pour changer sa hauteur initiale. Les trois types d’altération sont : le dièse (#), le bémol (b) et le bécarre ( ).

Ampli de puissance : Dispositif se présentant en « rack » ou incorporé à un combo servant à amplifier un signal électrique sans en modifier la sonorité.

Amplificateur : Appareil électrique servant à amplifier les sons de la guitare électrique qui y est branchée. Il existe essentiellement deux types d’amplis pour guitare, c’est-à-dire à lampe (porte aussi le nom d’« à tubes ») et à modélisation.

Arch-top : Un type de guitare inspiré des méthodes de fabrication des instruments à cordes classiques (violon, violoncelle). La guitare « arch-top », qui tire son nom de l’anglais « arched » (« bombé »), possède une table d’harmonie sculptée de la même façon qu’un violoncelle et une table percée en « f ». Le manche est également incliné par rapport au plan de la table et du chevalet.

Armature : Désigne un ensemble d’altérations donnant la tonalité générale d’une pièce musicale. Elle est constituée soit uniquement de dièses ou de bémols et est toujours placée précédant la clé.

Arpège : Technique de main droite à la guitare où l’on joue les notes d’un accord une à une avec les doigts. Par exemple, un arpège de Bm (Si mineur) comprend les notes Cb, D et Gb.

 


 

B

Barré : Une forme d’accord consistant à barrer, avec un seul doigt – généralement l’index -, plusieurs cordes en même temps sur toute la largeur du manche. Il peut aussi s’agir d’un petit barré, réalisé à l’aide de l’annulaire ou de l’auriculaire.

Barre de réglage (de tension ou encore « truss rod » en anglais) : Tige métallique présente à l’intérieur du manche des guitares et de la plupart des instruments à cordes. Elle sert à stabiliser l’angle du manche soumis à de fortes tensions – à cause des cordes – et à en modifier l’incurvation du manche.

Barrette (barres de ton, frettes ou ligatures) : Partie intégrante de la touche du manche, une barrette correspond à une partie surélevée de la touche délimitant les cases. Elle permet de choisir la longueur de corde qui entrera en vibration entre le chevalet et elle (et, donc, de faire varier les notes jouées). Les barrettes, sous la forme de petites tiges métalliques, sont placées à des intervalles déterminés tout le long du manche. Ces intervalles sont calculés pour reproduire le schéma d’un tempérament.

Basses alternées : En « finger-picking », cette technique consiste à jouer la mélodie d’une pièce tout à percutant alternativement les cordes graves, le plus souvent avec le pouce, en guise de rythmique.

Bend (ou « tiré ») : Technique qui consiste à tirer ou pousser une ou plus d’une corde perpendiculairement au manche de l’instrument pour faire varier – à la hausse généralement – la hauteur de la note jouée entre un demi-ton et un ton et demi.

Bécarre : Symbole d’altération qui ramène à sa tonalité initiale une note antérieurement modifiée par un bémol ou un dièse.

Bémol : Symbole d’altération, représenté par « b », qui indique sur une partition de musique une diminution d’un demi-ton à la hauteur naturelle des notes désignées.

Bloc-corde : Système mécanique habituellement placé sur le sillet de tête ou sur le chevalet et bloquant les cordes – il empêche, ainsi, la guitare de se désaccorder tout le temps.

BOUZOUKI : Instrument à cordes très répandu en Grèce. Il a aussi été introduit par erreur en Irlande dans les années 1960. C’est un luth à manche long et étroit de 67 à 72 cm produisant un son métallique. Celui-ci est muni de 27 frettes fixes et d’une caisse piriforme.

Bottleneck (goulot de bouteille) : Accessoire de verre, de plastique ou de métal poli que l’on insère à l’auriculaire de la main gauche et que l’on fait littéralement glisser sur les cordes en guise de frette pour changer la hauteur de la note. On parle aussi de la technique de jeu de la « slide guitar » (très utilisée dans la musique blues et « country »).

 


 

C

Caisse de résonnance : Partie de la guitare ou d’un autre instrument à cordes qui a pour rôle d’amplifier la vibration engendrée par la ou les corde(s). La caisse de résonance est composée d’une table d’harmonie et d’un fond relié par des éclisses.

Capodastre (ou capo) : Accessoire que l’on utilise pour transposer le manche de la guitare sans modifier l’accordage, en bloquant simultanément toutes les cordes. La pression est habituellement exercée par un ressort.

Chevalet : Petite pièce en bois ou en métal, où reposent les cordes et transmet leur vibration à la table qui va amplifier le son produit. Ce composant essentiel de la guitare est placé entre les cordes et la table d’harmonie.

Cheville : Petite pièce de plastique retenant les cordes au chevalet des guitares acoustiques « folk ».

Chorus : Effet ajoutant au son original de la guitare de légères perturbations en temps et en fréquence, et donnant ainsi de l’épaisseur au son produit.

Circuit actif : Type de circuit détenant un dispositif affecté à amplifier le « sustain » ou qui conduit le son dans une direction unique.

Circuit passif : Type de circuit électronique (potentiomètres et boutons de tonalité) dont le courant continu (DC) ne passe que dans les circuits qui sont entièrement indépendants du système d’amplification.

CLASSIQUE (guitare) : Type de guitare d’origine espagnole légère et à cordes de nylon. Faite d’une table d’harmonie en bois tendre, la guitare classique est constituée d’une caisse de résonance servant à amplifier le son, d’éclisses et d’un fond en bois dur (palissandre, acajou, érable, etc.) et d’un manche avec une touche (en palissandre ou ébène) frettée.

Clef : Signe du solfège se situant nécessairement au début de chaque portée (parfois plus loin lorsqu’il y a un changement de clef). Il indique la hauteur des notes associées à chaque ligne. Les trois figures de clefs sont : clé de sol, clé de do et clé de fa.

Coda : Partie musicale qui finit une chanson ou une partie de chanson.

Combo (ampli) : Boîtier où l’on retrouve à la fois un haut-parleur (ou plus) et un amplificateur pour guitare électrique réuni à son préamplificateur. L’ampli combo permet ainsi au musicien de détenir d’un système « tout-en-un », ce qui réduit ainsi la quantité de matériel nécessaire pour jouer de la guitare électrique.

Compression/Compresseur : Effet permettant de diminuer la variation d’amplitude du signal électrique de la guitare, soit la différence entre les niveaux les plus faibles et les niveaux les plus élevés. Cet effet véhicule de la présence et de la densité au son de l’instrument. Il uniformise les fréquences du signal en affaiblissant la dynamique.

Corde à vide : Désigne une corde jouée seule, sans qu’aucun doigt de la main gauche n’appuie sur la corde.

Cordes : En nylon (pour les guitares classiques), en bronze (pour les guitares « folk ») ou en acier (pour les guitares électriques). On en trouve habituellement 6 sur une guitare. Une corde de guitare vibre lorsqu’elle est pincée, produisant ainsi le son de l’instrument. Les cordes sont toujours fixées à la tête et au chevalet, dans l’ordre croissant des notes qu’elles engendrent « à vide », soit l’accordage standard de E-A-D-G-B-E (mi, la, ré, sol, si, mi). Plus le diamètre de la corde de guitare est faible, plus le son produit est aigu. Les cordes renferment des caractéristiques de souplesse et de résonance différentes selon leur diamètre et la matière dont elles sont utilisées.

Cordier d’arrêt : Petite pièce métallique où sont fixées les cordes, disposée juste derrière le chevalet.

Corps : Partie essentielle de la guitare en ce qui concerne l’émission des sons et qui, par conséquent, détermine en grande partie la qualité de l’instrument.

Corps massif : Désigne une guitare électrique à corps plein.

 


 

D

Da Capo (ou D.C.) : Terme musical (italien) signifiant que le morceau doit être repris depuis le début.

Degré : Précise la position d’une note dans une échelle musicale particulière. Il existe sept degrés représentant les sept notes d’une tonalité : ces degrés numérotent les notes par rapport à la tonique. Ils sont habituellement numérotés avec des chiffres romains.

Délai (ou « delay ») : Effet qui retarde de quelques millisecondes le son de la guitare. Ce décalage dans le temps est paramétré par la durée entre chaque répétition et la variation du volume de ces répétitions en fonction du temps (exemple : « Another Brick In The Wall » du groupe britannique Pink Floyd)

Diapason : Petit outil constitué de deux lames métalliques en parallèle donnant la hauteur (fréquence) d’une note repère, en général le « la » (fréquence de 440 Hz), lorsqu’on le frappe sur une surface solide. Il permet ainsi l’accordage correct de la guitare.

Dièse (#) : Symbole appartenant à la famille des altérations, destiné à indiquer que la hauteur naturelle de la note associée doit être d’un demi-ton plus haut.

Diminué : Abaissé d’un demi-ton.

Distorsion : Effet de transformation du son d’une guitare électrique par la saturation d’un des éléments du système, qui peut être produit soit avec une pédale agencée entre la guitare et l’ampli, ou encore directement avec l’ampli. La distorsion est un effet régulièrement utilisé par les guitaristes de musique « rock » et « metal ». Elle permet également d’obtenir plus de présence et de « sustain » lors des solos.

Dobro : Guitare entièrement en métal ou en bois/métal comportant un résonateur métallique fournissant énormément de puissance à l’instrument. Celle-ci est souvent utilisée dans la musique de style blues et « country ».

Double bobinage (ou « humbucker ») : Type de micros crées pour atténuer les sons parasites (par exemple, le bruit du médiator sur les cordes) et s’avère être beaucoup plus efficient que le micro à simple bobinage. Le micro à double bobinage est constitué de deux bobines simples placées en parallèle et se définit par un son plus chaud et gonflé.

Double corps : Ensemble d’amplification comprenant une tête réunissant préampli, un ampli et une enceinte séparée (contrairement au combo).

Dominante : Correspond au cinquième degré d’une gamme.

Doigté (« fingering ») : Choix des doigts de la main gauche à utiliser pour jouer chaque note d’un morceau de musique. Le doigté est représenté par les chiffres 1 (l’index), 2 (le majeur), 3 (l’annulaire) et 4 (l’auriculaire).

D-drop tuning : Type d’accordage qui consiste à diminuer d’un ton la corde de mi grave, de façon à obtenir un accordage D (ré), A (la), D (ré), G (sol), B (si) et E (mi).

 


 

E

Éclisse : Partie constituant les côtés de la caisse. Comprend une planche de bois incurvée qui sépare la table du dos sur les guitares acoustiques et jazz.

Électronique : Ensemble des pièces et de tous les contrôles électroniques servant à amplifier une guitare (micros, volume, préamplificateurs, tonalité, câblages et connecteurs, etc.).

Électro-acoustique : Guitare acoustique à laquelle on a implanté un ou plusieurs micros lui permettant d’être « amplifiée ». Habituellement, la guitare électro-acoustique est soumise aux mêmes contraintes acoustiques qu’une guitare électrique.

 


 

F

Feedback (ou rétroaction) : L’action en retour d’un effet sur le dispositif qui lui a donné naissance. Cet effet se produit lorsque le son de votre guitare provenant de l’ampli est récupéré par les micros et réintroduit dans l’amplification.

Fender (Leo) : Luthier et fondateur de la prestigieuse société Fender, spécialisée dans la fabrication de guitares électriques (Stratocaster et Telecaster), de basses (Jazz bass) et d’amplificateurs.

Filet : Bordure décorative située entre les éclisses et la table (ainsi que le fond) de la guitare. Le filet ne change rien à la sonorité de la guitare.

Flamenca : Guitare espagnole souvent utilisée par les guitaristes de musique flamenco.

Flanger : Effet sonore obtenu en ajoutant au signal d’origine ce même signal, mais légèrement désaccordé en fréquence, ce désaccord variant périodiquement à une fréquence très faible (quelques hertz).

Flat top (table plate) : Type de guitare dont la table d’harmonie est plane. Les guitares classiques et « folk » sont des « flat top », par exemple.

Flight Case : Caisse robuste pouvant résister à de violents chocs et secousses, destinées à transporter une guitare ou un autre instrument dans une soute d’avion.

Floyd Rose : Type de chevalet qui résout le problème d’un désaccordage rapide dû à l’usage répété du vibrato.

Folk (guitare) : La guitare « folk » est également une guitare de type acoustique, mais plus épaisse qu’à l’habitude, dotée six cordes d’acier (les 4 plus grosses cordes sont entourées d’un second fil de bronze). La touche du manche est légèrement bombée et présente généralement quatorze cases hors table. Les guitares « folk » sont créées selon le système de fabrication de barrages en X

Fond : Désigne le dos de la caisse d’une guitare.

Fondamentale : Note réelle sur laquelle est fondée la « superposition de tierces » d’un accord ou au ton.

Footswitch : Bouton que l’on contrôle du pied, soit une pédale, permettant de passer d’un canal de l’ampli à l’autre ou bien de contrôler (on/off) un effet incorporé à l’ampli.

Fretless (ou sans frette) : Qualificatif employé lorsqu’une guitare (ou autre instrument à cordes) ne contient aucune frette (ou barrettes), tout comme le violon ou la contrebasse. Cela donne à l’instrument un son unique, doux et lyrique. La connaissance approfondie du manche est essentielle, pour jouer des notes justes sur un instrument « fretless ».

Frette : Composants métalliques qui forment la touche du manche à des intervalles déterminés. Une frette correspond à une petite barrette de métal surélevée de la touche qui permet de choisir la distance de corde qui vibrera entre le chevalet et elle-même, donc de changer la hauteur du son émis.

Fuzz : Première des pédales d’effet de saturation (ancêtre de la distorsion) ayant notamment été popularisé par Jimi Hendrix et The Rolling Stones dans les années 60. Plus l’écrêtage est important, et plus le son obtenu par saturation des aigues est altéré.

 


 

G

Gain : Désigne le rapport entre le signal d’entrée de la guitare et le signal de sortie; correspond à la capacité d’augmenter la puissance ou l’amplitude du volume final. Le gain se calcule généralement en décibels (dB).

Gamme : Suite de notes ascendantes ou descendantes, placées à intervalles convenus, la dernière répétant la première à l’octave supérieure ou inférieure. Dans le cas de la tonalité, la gamme est la succession agencée des sept degrés adjoints à un mode proposé de façon montante à partir de la tonique.

Gauge (calibre) : Mesure en pouce pour calculer le diamètre d’une corde de guitare.

Gibson : Légendaire fabricant de guitares acoustiques et électriques établi depuis 1902 aux États-Unis, dans l’état de New-York. Le fondateur : Orville H. Gibson.

Glissé (« slide ») : Technique de la main gauche, qui consiste à faire glisser relativement rapidement un doigt le long d’une corde sur le manche de la guitare, dans le but de lier deux notes par un effet de « glissé » montant ou descendant.

Gold Top : Terme qui désigne une finition dorée. Particulièrement utilisée chez Gibson.

Guitare baroque : Petite guitare décorée très utilisée lors de la période de la musique baroque (XVIIe et XVIIIe siècles). Il était surtout employé comme instrument soliste, mais aussi comme guitare d’accompagnement. Le corps de la guitare baroque ressemble beaucoup à la guitare classique moderne, mais avec une forme étrécie et généralement moins épaisse.

Guitare rythmique : Guitare d’accompagnement qui a le rôle de supporter un instrument soliste ou une voix au sein d’un groupe de musique. En pratique, le guitariste rythmique joue le plus souvent des accords et aménage l’harmonie d’une pièce musicale.

 


 

H

Hammer-on (marteler sur) : Technique de jeu de la main gauche opposée au « pull-off » qui consiste à frapper verticalement une corde sur la touche du manche de guitare, après l’avoir jouée et fait entrer en vibration, afin de lier deux notes. La note ainsi obtenue par martèlement est une note plus aiguë que la précédente.

Harmonique : Sonorité aiguë obtenue en effleurant légèrement les cordes de la guitare sur le manche à des endroits bien précis. On les obtient le plus souvent sur les six cordes au niveau des 5e, 7e et 12e frettes et au centre de la rosace sur une guitare classique.

Housse : Étui souple pour protéger et transporter une guitare (à ne pas confondre avec les « flight cases », faits de matériaux résistants).

Humbucker : Type de micro pour guitare électrique inventé par le fabricant Gibson dans les années 50 pour diminuer les sons parasites et bruits de fond. Voir « double bobinage ».

 


 

I

Intervalle : Désigne l’écart entre deux hauteurs de son émis simultanément ou successivement (seconde, tierce, quarte, quinte, sixte, septième, etc.).

 


 

J

Jack : Prise électrique qui permet de connecter une guitare à son ampli.

 


 

L

Lampe (ou tube) : Composants électroniques utilisés pour amplifier un signal et apportant de la couleur au son d’un ampli.

Lead guitar (ou soliste) : Instrument fondamental au sein de la plupart des formations musicales actuelles, par opposition aux guitaristes rythmiques. La « lead guitar » permet au guitariste de jouer des solos. Aussi, dans la plupart des cas, le soliste a le rôle de porter la mélodie du morceau.

Legato : Consiste à lier les notes successives avec la main gauche en un seul mouvement continu.

Levier (de vibrato) : Barre métallique permettant d’étendre promptement les cordes de la guitare pour rendre un effet de montée ou de descente.

Les Paul (Gibson) : Guitariste et luthier américain qui a joué un rôle déterminant dans l’évolution des guitares électriques à corps plein (« solid body »), des techniques d’enregistrement et de différents systèmes d’effets de guitare tels que les chambres d’écho et de réverbération.

Luth : Instrument à cordes très ancien en forme de poire. Le terme désigne également de façon habituelle tout instrument possédant des cordes parallèles à un manche. Bien qu’il soit le petit cousin de la guitare, le luth a eu, lors de son évolution, un parcours bien différent.

 


 

M

Majeur (mode ou gamme) : Mode standard du système tonal dans lequel les demi-tons sont posés entre les 3e et 4e degrés et entre les 7e et 8e degrés. Il possède des sonorités joyeuses et s’oppose complètement au mode mineur, qui est plus obscur et plus triste.

Mécaniques (ou clefs) : Petits dispositifs fixés à la tête du manche d’une guitare permettant d’accorder l’instrument en réglant la tension des cordes, donc en diminuant ou augmentant la hauteur des notes.

Médiator (ou plectre) : Petit morceau, le plus souvent en de plastique, que l’on tient entre le pouce et l’index, servant frapper et faire entrer en vibration les cordes sans user des doigts.

Mesure : Division du temps en unités équivalentes, symbolisée sur la portée de musique par des barres verticales, aussi appelées barre de mesure.

Métronome : Instrument mécanique ou électronique permettant d’indiquer le tempo pour maintenir le rythme.

Mineur (mode ou gamme) : Mode dans lequel 3 demi-tons sont placés entre les 2e et 3e degrés, entre les 5e et 6e degrés et, enfin, entre les 7e et 8e degrés.

Mode (d’une gamme) : Représentation d’une gamme en fonction de son axe tonal. Un mode comprend exactement les mêmes notes que la gamme dont il est issu, mais possède une sonorité qui lui est propre, définie par une tonique et par les intervalles entre cette tonique et les autres notes.
Modélisation : Type d’ampli simulant la coloration sonore de l’ampli à lampe.

Multieffets : Pédalier ou boitier unissant plusieurs effets au sein d’une seule et même pédale ou module. Permet ainsi d’échapper à l’accumulation de plusieurs pédales à effet unique.

MyMusicTeacher : Nom d’une super école de musique en ligne qui donne des cours de guitare en ligne, disponible ici

 


 

N

Neuvième : Intervalle qui divise deux notes écartées de neuf degrés, soit un intervalle composé de quatre tierces.

Note de musique : Représente soit un symbole permettant de désigner la hauteur et la durée relative d’un son, soit la hauteur elle-même d’un son. On attribue à la note de musique quatre caractéristiques essentielles : durée, hauteur, intensité et timbre.

Noise gate : Effet de filtre sonore dont le but est d’éliminer les sons parasites ou d’éviter d’amplifier les petits bruits de fond sur scène ou en studio (respiration, chocs, mouvements, etc.) du signal entrant qui passe à travers le circuit audio, dans le but d’obtenir un son en sortie le plus propre et clair que possible.

 


 

O

Octave : Intervalle séparant deux sons dont la fréquence fondamentale de l’un vaut le double de la fréquence de l’autre. Divisée en plusieurs sous-intervalles, elle permet de définir les gammes. En musique, jouer à l’octave consiste ainsi à reproduire la même note, mais plus aigue (octave supérieure) ou plus grave (octave inférieure).

Octaver : Effet de guitare (ou audio) permettant de transposer à une ou deux octaves en dessous ou au-dessus la tonalité du signal entrant, doublant ainsi la note jouée à l’octave (supérieure ou inférieure).

Omnidirectionnel (micro) : Micro servant à capter le son d’un environnement de façon uniforme sur 360°, utile, par exemple, pour l’enregistrement de son ambiant.

Onglet : petite pièce en plastique ou métallique (une sorte de médiator) fixée au bout des doigts de la main droite et sur le pouce afin d’accentuer l’attaque des cordes. L’utilisation de l’onglet présente comme principal avantage de pouvoir libérer les autres doigts de la main et de les utiliser pour jouer, contrairement au médiator qui requiert tous les doigts de la main.

Open tuning (ou accord ouvert) : Manière d’accorder une guitare afin que les cordes de l’instrument, lorsque jouées à vide, résonnent de façon différente de l’accordage standard en produisant littéralement le son d’un accord parfait. Il s’agit également d’une technique employée et popularisée par Keith Richards (The Rolling Stones) et Jimmy Page (Led Zeppellin) dans les années 60.

Ouïes : Désigne le trou taillé dans la table d’harmonie de la guitare (et des autres instruments à cordes) permettant le passage de l’air et, donc, au son de sortir de la caisse de résonance.

Overdrive : Effet de guitare électrique cousin de la distorsion et du « fuzz » ayant pour but de saturer le son émis par l’ampli. Il est utilisé par de nombreux guitaristes provenant de tous styles de musique : « rock », « grunge », « metal », etc.

 


 

P

Palm mute : Technique de jeu aussi connue sous le nom de « pizzicato » consistant à appuyer la main droite sur les cordes juste un peu au dessus du chevalet, de manière à étouffer plus ou moins légèrement les cordes. Elle se note PM dans une tablature de guitare ou une partition musicale.

Pentatonique (gamme) : En musique, un système pentatonique est une échelle musicale composée de cinq hauteurs de son distinctes. Habituellement, l’expression est utilisée pour désigner un certain type d’échelle ne comportant aucun intervalle de demi-ton et se différencie de la diatonique par l’absence de deux notes, la quarte et la septième.

Pickguard : Plaque de protection collée ou visée sur l’instrument, généralement en plastique, destinée à protéger le bois des caisses des guitares électrique ou acoustique.

Picking (ou pincé) : Technique de jeu avec la main droite qui consiste à faire résonner une corde, tandis que les autres doigts jouent la ligne mélodique sur les petites cordes. À ne pas confondre avec le « finger picking » – celui-ci consiste à jouer avec le pouce les notes basses alternées.

Pitch shifter : Effet audio numérique permettant de modifier la hauteur d’un ou plusieurs tons sans changer sa durée.

Pizzicato : Technique de la main droite qui consiste à étouffer légèrement les cordes de la guitare afin d’obtenir un son plus percussif. Il faut distinguer deux techniques différentes : le pizzicato étouffé (main droite légèrement appuyée sur les cordes près du chevalet) et le pizzicato ouvert (main droite sur le chevalet).

Plectre : voir « médiator ».

Portée : Ensemble de cinq lignes horizontales utilisé pour représenter la musique dans le solfège et destiné à réunir les figures de notes et de silences, les clés, les altérations et quelques autres symboles annexes.

Préampli : Système électronique qui a le rôle de recevoir et d’adapter un signal de faible intensité avant de le transmettre à l’ampli principal, afin qu’il soit traité et amplifié.

Potentiomètre : Système électronique qui permet d’élever ou d’affaiblir un courant électrique.

Pull-off (relâchement ou encore « tirer ») : Technique de jeu de la main gauche qui consiste à enlever rapidement un doigt sur une corde en vibration, afin d’obtenir un effet de « descente ». Il s’agit de la technique inversée du « hammer-on ».

 


 

Q

Quarte : Intervalle séparant deux notes éloignées de quatre degrés; en d’autres mots, l’intervalle complémentaire de la quinte par rapport à l’octave.

 


 

R

Rack : Boîtier métallique de 19 pouces en largeur que l’on peut assembler à la verticale. Il contient, le plus souvent, du matériel électronique professionnel (préampli, multi-effet, accordeur, ampli, enregistreurs, etc.). Sa hauteur se définit par unité (1U, 2U, etc.).

Rca : Type de d’entrée/sortie correspondant au standard de la « Hi-Fi », mais que l’on trouve aussi sur plusieurs appareils de musique (enregistreurs notamment).

Réducteur de bruit : Voir « noise gate ».

Repère : Gravures de nacre, de bois ou de plastique placées à des positions déterminées sur la touche du manche de la guitare (généralement à hauteur des frettes 3, 5, 7, 9, 12, 15, 17, 19 et 21) pour servir de repère visuel.

Réverbe (ou réverbération) : Effet sonore visant à recréer l’ambiance d’une pièce vide (ou l’intérieur d’une cathédrale déserte) et à donner une certaine épaisseur et présence au son d’une guitare.

Renversement : En solfège, le renversement désigne un second intervalle formant le complément du premier dans l’octave. Et en harmonie tonale, un accord est dit « à l’état de renversement », ou encore « renversé », lorsque cet accord n’est pas à l’état fondamental, c’est-à-dire lorsque sa note de basse n’est pas la fondamentale.

Riff : Désigne un thème principal ou une courte phrase jouée plusieurs fois de suite dans une pièce musicale.

Rosace : Ouverture circulaire, généralement de forme ronde, située le plus souvent au centre de la table d’harmonie d’une guitare.

 


 

S

Sangles (ou courroie) : Lanière en nylon, coton ou cuir permettant de jouer de la guitare en position debout.

Saturation : Effet sonore, aussi appelé distorsion, très utilisé sur les guitares électriques. C’est un phénomène provoqué par la saturation des étages de pré-amplification lors de la surcharge d’appareils électroniques tels que les amplis ou les égaliseurs.

Saz : instrument turc à manche long ou court de la famille des luths. D’origine persane, on le voit et l’entend également en Turquie, en Grèce, en Arménie et en Azerbaïdjan.

Sélecteur : Bouton à positions multiples permettant de sélectionner les micros de la guitare.

Septième : Intervalle qui sépare deux notes éloignées de sept degrés. En pratique, elles se fondent à l’aide d’une quinte juste à laquelle on additionne une tierce de même nature que la septième obtenue.

Séquenceur : Appareil électronique permettant d’enregistrer, de contrôler et de faire jouer automatiquement en boucle une piste musicale.

Silence : Expressions de silence représentées par des signes conventionnels; ces signes correspondent à une pause dans l’exécution d’une pièce.

Sillet : Pièce de lutherie, généralement faite de plastique rigide, située au bout du manche des guitares sur laquelle reposent les cordes. Les sillets permettent de guider les cordes jusqu’aux chevilles de la tête, et de donner leur écartement le long du manche.

Slide : Voir « bottleneck ».

Solid Body (ou corps plein) : Désigne une guitare à caisse pleine (comme le sont la plupart des guitares électriques).

Split : Désigne un micro à double bobinage (« humbucker ») pouvant être divisé à l’aide d’un simple bouton ou grâce à un sélecteur entraînant l’autonomie de chacune des deux bobines le constituant.

Strap : Voir « sangle ».

Straplock : Petit dispositif permettant de bloquer l’attache de la sangle, afin d’éviter que celle-ci ne se décroche de la guitare en concert!

String bender : Dispositif fixé sur certaines guitares électriques permettant deux accordages distinctifs d’une même corde.

Sunburst (dégradé) : Désigne une couleur dégradée du vernis, en général du jaune au brun.

Sustain (ou maintien) : Désigne la capacité qu’a une guitare de faire résonner naturellement le son d’une note, sans que celle-ci ne soit rejouée. Bien que le « sustain » soit l’un des éléments servant à définir la qualité d’une guitare, l’effet peut être rendu artificiellement grâce à diverses méthodes telles que la distorsion ou encore l’utilisation de pédales de « sustain ».

 


 

T

Tablature : Notation musicale destinée à représenter les cordes de la guitare et la position des doigts sur le manche. La tablature est une sorte de partition musicale simplifiée.

Table d’harmonie : Pièce de bois se trouvant sur le dessus des guitares et recevant instantanément, par le chevalet, la vibration des cordes à amplifier.

Talon : Partie inférieure du manche l’unissant la caisse. Fait de bois.

Tapping (ou « two-handed tapping ») : Technique popularisée par Eddie Van Halen consistant à jouer un legato en usant ses deux mains. Autrement dit, pour exécuter un « tapping », il faut taper une corde plutôt que la gratter ou la pincer.

Tempo : Désigne la vitesse d’exécution d’une pièce musicale et s’exprime en fonction d’une unité de temps de mesure.

Temps : Unité de mesure de la durée musicale. La durée réelle des temps peut varier d’un morceau de musique à l’autre, et c’est le tempo qui va l’établir.

Tête (ou cheviller) : Partie située à l’extrémité du manche de la guitare (ou d’un autre instrument à cordes) où sont fixées les mécaniques.

Thumbpick : Voir « onglet ».

Tige vibrato : Voir « vibrato ».

Tierce : Intervalle entre deux notes séparées par trois degrés. La tierce peut être majeure ou mineure.

Timbre : Caractéristique sonore propre à chaque instrument.

Ton : Désigne le plus grand des intervalles conjoints de l’échelle diatonique naturelle. Le ton est lui-même constitué de deux intervalles égaux nommés demi-tons.

Tonalité : Ensemble des relations entrent les degrés hiérarchiques d’une échelle de sons ou d’une gamme par rapport à la tonique. Désigne l’ensemble du système tonal et un ton appartenant au mode majeur ou au mode mineur, comme une gamme de sept notes. Par exemple, la « tonalité de do majeur ».

Tonique : Premier degré d’une tonalité d’un morceau, et, par conséquent, des gammes majeures et mineures.

Touche : Fine planche de bois rigide – souvent en ébène, en palissandre ou en érable – fixée sur le manche et sur laquelle reposent les doigts de la main gauche du guitariste pour changer la hauteur des sons émis par les cordes.

Transistor : Composant électronique actif fondamental remplaçant notamment les lampes et utilisé essentiellement comme interrupteur, mais aussi pour stabiliser la tension et moduler le signal de l’amplificateur.

Transposition : Consiste à reproduire la tonalité d’une pièce sans en changer la perception par l’auditeur — la transposition musicale peut être effectuée à l’aide d’un capodastre.

Trille : Alternance rapide de deux notes conjointes.

Trémolo : Effet qui consiste à faire vibrer rapidement une note autour d’une valeur moyenne en ne modifiant pas la hauteur de départ.

Triolet : Division inhabituelle du temps, formée d’un groupe de trois figures égales dont la somme équivaut à deux figures identiques dans un temps normalement binaire.

Truss-rod (barre de réglages) : Voir « barre de tension ».

 


 

V

Vibrato : Accessoire permettant de réaliser un effet de vibré. Il s’agit d’une tige métallique fixée au niveau du chevalet permettant de varier la hauteur des cordes en modifiant leur tension.

Vintage : Nom que l’on donne aux instruments rares et recherchés.

 


W

Wah-wah : Effet de modulation activé par une pédale d’expression. Cette pédale permet d’altérer le son de la guitare en faisant sonner les notes comme une voix humaine disant « oua » (ainsi, on imite des pleurs ou des ricanements).

Whammy : Effet de « wah-wah » automatique/vibrato au pied.

Whammy-bar : Voir « vibrato ».

 


 

X

XLR : Désigne un type de connecteur utilisé pour relier différents appareils audio professionnels (micros, « racks », etc.). Le XLR est plus fiable et de meilleure qualité que la prise « jack » standard.

 

N’hésitez pas à nous dire si vous avez d’autres termes à rajouter dans notre lexique de la guitare !

Qu’est ce qu’une guitare électrique ?

Anatomie d'une guitare électrique

Composition d’une guitare

Toutes les guitares, qu’elles soient électriques ou acoustiques, partagent certaines caractéristiques physiques faisant en sorte qu’elles se comportent comme des instruments à cordes et pas des percussions. Connaître l’anatomie d’une guitare électrique est important afin de comprendre la façon de bien jouer de cet instrument, mais aussi pour s’en occuper convenablement.

Du point de vue des composants qui constituent les guitares électriques, ces dernières en possèdent plus que les guitares acoustiques. Cependant, les luthiers s’entendent généralement sur le fait que fabriquer une guitare acoustique est plus difficile que de concevoir une guitare électrique. C’est pourquoi, à poids égal, les guitares acoustiques coûtent aussi cher – ou plus – que leurs homologues électriques. Les deux types de guitares suivent les mêmes « approche » et « principe de base », malgré une différence parfois radicale dans la production du son.

Les différentes parties de la guitare électrique et leurs fonctions

Anatomie d'une guitare électrique
Anatomie d’une guitare électrique


La partie manche

Tête du manche : C’est la pièce qui soutient les mécaniques (ou clés) et sur laquelle on peut lire le logo et le nom de la compagnie qui a fabriqué la guitare.

Mécaniques (clés) : Ces 6 petites pièces situées à la tête du manche de l’instrument vous permettent d’accorder individuellement chacune des cordes. Elles consistent en un mécanisme à engrenage qui renforce ou affaiblit la tension des cordes, variant ainsi la tonalité de celles-ci.

Sillet : Habituellement conçue d’une matière synthétique telle du nylon très tenace, cette pièce empêche les cordes de vibrer au-delà du manche. Le sillet sert aussi de guide pour les cordes qui passent à l’intérieur de ses rainures cavées pour se rendre de la tête au manche.

Touche (case) : La touche, planche de bois plate souvent d’ébène est l’élément contre lequel le guitariste presse les cordes avec ses doigts pour en faire varier la hauteur des notes. Les différentes notes y sont déterminées par des barrettes (appelées « frettes ») qui délimitent les cases. Sur une guitare électrique, le nombre de cases sur la touche varie généralement de 21 à 24.

Frettes (barrettes) : Ces pièces faites en métal servent à raccourcir la longueur de vibration effective d’une corde. C’est grâce à ces barrettes que vous obtenez des tonalités différentes.

Manche : Le manche est la partie allongée entre le corps et la tête qui reçoit les cordes et la touche.

Le corps de la guitare

Caisse : C’est la pièce sur laquelle on retrouve le chevalet et sur laquelle est fixé le manche. Elle permet au guitariste d’avoir une surface de jeu pour la main droite. Sur la guitare électrique, on y installe tous les composants électroniques tels que les micros, les boutons de contrôle de volume ou de tonalité. Il se compose de quatre parties principales : la table d’harmonie, la caisse de résonance, le fond, et les éclisses (flancs).

Caisse de résonance : Sur la guitare acoustique et semi-électrique, la caisse de résonance sert à amplifier la vibration des cordes.

Bouton de courroie : Cette pièce de métal est placée à l’arrière de la guitare et permet au guitariste d’y attacher une courroie lorsqu’il joue debout. Parfois, ce bouton est assorti d’une entrée (prise « jack »). Vous pouvez donc y brancher un câble pour le raccorder au micro interne de la guitare.

Table d’harmonie : La table d’harmonie est faite de deux parties de bois symétriques. La vibration émise par les cordes est transmise à la table par l’intermédiaire du chevalet, petite pièce sur laquelle sont fixées les cordes. La vibration produite est amplifiée par la caisse de résonance et sort de l’instrument par le trou appelé rosace.

Chevalet : C’est la plaque de bois (guitare acoustique) ou de métal (guitare électrique) sur laquelle vous fixez vos cordes à la caisse. Ces cordes sont métalliques et peuvent être entretenues avec un produit adéquat comme le fast fret. Vous pouvez décider de changer vos cordes régulièrement ou non si vous désirez un son brillant.

Plaque de protection : Cette pièce de plastique sert de protection contre les allers et retours de médiators sur le bois. Sans elle, vous risqueriez d’abîmer le bois de la caisse.

Barre de trémolo : Le vibrato est une tige métallique fixée au chevalet de certaines guitares électriques qui permet de modifier la tension des cordes par un mouvement créant un effet de vibrato (son vibrant), variation rapide de la hauteur du son autour de sa tonalité. On peut appeler cette barre tige de trémolo ou levier. La barre trémolo est parfois fournie à l’achat de la guitare, mais, la plupart du temps, elle est vendue séparément. Il existe plusieurs modèles, alors, avant d’acheter, informez-vous auprès de votre marchand pour savoir laquelle convient le mieux à votre guitare.

L’électronique de la guitare

On se demande toujours comment fonctionne l’électronique d’une guitare électrique mais c’est un simple principe de base de physique ! Je vous rassure, il n’est pas possible de s’électrocuter avec une guitare électrique. L’anatomie est particulière face à la structure d’une guitare acoustique par l’ajout de composants.

Entrée / Prise « jack » : C’est la prise qui raccorde la guitare à un amplificateur ou à d’autres dispositifs électriques tels que les pédales à effets ou votre accordeur électronique, par exemple.

Sélecteur de microphones : Bouton de contrôle qui offre la possibilité de permuter le son d’un micro à un autre (ou un mélange des deux).

Micros : Aussi appelés « pickups », on les trouve généralement au nombre de deux ou trois. Ils sont placés sous les cordes et captent (analogique) le son des cordes pour les transmettre aux boutons de contrôle.

Boutons de contrôle du volume et de la tonalité : Ce sont des boutons de réglage permettant de choisir l’intensité du son de tel ou tel micro ainsi que la tonalité attendue.

{Expérience} Brancher 100 pédales d’effets guitare en série !

pedals

Qu’elles soient numériques ou analogiques, il arrive un moment dans la vie du guitariste électrique où se dernier achète sa première pédale d’effet. De l’overdrive baveux à une wah-wah éloquente, les possibilités peuvent très vite se multiplier jusqu’à créer une infinité de son jouable ! Au milieu de ce grand terrain de jeu, le guitariste peut souvent s’y perdre, et va être amené à optimiser son matériel pour trouver la meilleure configuration possible. Enfin, voilà pour le commun des mortels. Pour d’autres, comme les guitaristes Juan Alderete de la Peña et Nick Reinhart de la chaîne YouTube Pedals&Effects, une idée contradictoire a émergé : brancher un total de 100 pédales en série entre la guitare et l’ampli.

Brancher 100 pédales d’effets guitare en série, une folie ?

Techniquement, il n’y a rien écrit dans la petite notice fournie avec votre pédale sur la limite d’effets à brancher en série. Le seul frein concerne l’alimentation… 100 pédales, c’est un mélange de 200 à 400 piles et branchement sur le secteur. Brancher 100 pédales, ça fait aussi un sacré nombre de câbles jack.. Ces limites logistiques n’ont pourtant pas arrêté les gars de Pedals&Effects. Au contraire, c’est avec ferveur qu’ils se lancent dans la méticuleuse connexion des overdrives, distorsions, chorus, reverb, delay, harmonizer, pitch-shifter, auto-wha, phaser et autre transformateur de signal. Une par une, jusqu’à la 100ème, Nick et Juan vont profiter de petits check-points pour tester le son à chaque grosse étape.

Le résultat est … Troublant !

 

Et vous, avez-vous déjà réalisé une expérience hors norme à la guitare ? 🙂

La guitare Archtop et ses spécificités

eastman arce front close

La guitare Archtop est au croisement des guitares acoustiques Folk et classiques. De l’anglais Arched, qui signifie bombé, et Top, qui dans le cas de la guitare définit la table d’harmonie, la guitare archtop est une pièce de lutherie singulière, peu comprise des guitaristes.

Spécifications techniques d’une guitare Archtop

Sa conception

Conçu en 1905 par le très célèbre Orville Gibson, fondateur de la marque de guitare mythique, la guitare Archtop est inspirée des instruments du quatuor comme les violons et violoncelles. Taillé à même le bois à l’instar des mandolines, le fond est les éclisses sont sculptées en un bloc. La table est ensuite percée de deux ouïes en f, et est surplombée d’un chevalet flottant, maintenant en place uniquement par la tension des cordes. Ces dernières sont bien souvent en acier, et il arrive qu’un micro électromagnétique soit apposé sur la table d’harmonie. Si l’Archtop est devenu une sorte d’égérie en lutherie classique, cette dernière est aussi très réputée dans ses versions électriques. On pense notamment à la Gibson Les Paul qui en est sa descendance direct, ou les modèles ES.

Une magnifique guitare archtop
D’un rouge cerise, cette guitare archtop jazzy est d’une élégance rare.

Quelle est la différence avec une guitare standard ?

Une guitare est composée d’un corps. Ce dernier est majoritairement plein pour les guitares modernes comme les séries RG produites par la marque Ibanez, puis, elles peuvent être semi ou hollow body. Équipées d’une électronique plus importante, la grande différence entre une guitare normale et une archtop réside dans son aspect visuel et les composants qui s’y trouvent. Tout comme une guitare électrique, l’archtop peut être équipée d’un microphone. Tout est possible, mais vous en retrouvez généralement qu’un seul et très bien caché ! À l’inverse de la guitare électrique normale qui comporte plusieurs microphones ainsi que des potards. La sonorité sera aussi différentes, plus Jazzy ! Rien ne vous empêche de jouer un riff de metal sur ce type de guitare mais vous vous rendrez très vite compte qu’elle n’est pas destinée à ce style de musique.

Un son très prisé des amateurs de Jazz

Un peu d’histoire de la guitare

Très tôt ; les guitares Archtop ont su séduire les guitaristes de Jazz des années 40 et 50 grâce à leur impressionnant niveau sonore, leur permettant de facilement s’immiscer dans les orchestres types de l’époque. Mieux encore, de jeunes talents comme Django Reinhardt ou Wes Montgomery ont su repousser les limites de l’instrument en réalisant des solos qui ont redéfini le genre ! Le son d’une guitare archtop reste encore aujourd’hui très typique, et peu sont les guitaristes folk s’essayant à sa lutherie si particulière.

Quand utiliser une guitare archtop ?

Le corps, plus bombé rend l’instrument plus imposant et ses cordes en acier couplées une forte tension dispense un son caractéristique que beaucoup qualifient d’inadapté aux domaines du rock et blues. Là où certaines techniques de jeux peuvent paraitre anecdotiques sur une guitare électrique, elles peuvent changer le son d’une guitare archtop du tout au tout. Cette dernière étant plus enclin à être affecté par le matériel utilisé pour le médiator et la position d’où l’on gratte les cordes.

Pour se faire une idée du son chaud et moelleux des archtops, rien de tel qu’une vidéo :