fbpx

L’importance de bien régler sa guitare : L’Action des Cordes

action cordes

Dans ce deuxième article sur le thème du réglage de la guitare, nous allons nous intéresser à quelque chose de plus simple et moins délicat à manier que le Truss Rod : l’action des Codes.

L’action des cordes, qu’est-ce que c’est ?

L’action des cordes, c’est la distance entre ces dernières et le manche de la guitare. Si votre manche est bien réglé comme décrit dans notre précédent article, alors le réglage de l’action des cordes est la prochaine étape vers une guitare confortable et opérationnelle.

Une action trop haute (soit une grande distance entre le manche et les cordes) rendra votre jeu inconfortable car demandera plus d’effort pour fretter. Le passage d’un accord barré à un autre, par exemple, serait un véritable supplice. Une action trop basse en revanche (soit une faible distance entre le manche et les cordes) va faire friser les cordes en vibrant sur les frettes. Chaque guitariste à ses préférences en terme d’action, mais les données idéales sont les suivantes :

  • A la douzième case, la distance entre le mi grave et le manche ne dépasse pas 2 mm.
  • A la douzième case, la distance entre le mi aigüe et le manche ne dépasse pas les 1.5 mm.

En fonction de la courbure du manche et du tirant des cordes utilisées, les valeurs peuvent varier.

action_cordes

Ajuster la hauteur des cordes

Pour ajuster la hauteur des cordes, les réglages se passent au niveau du chevalet. Selon le type de votre chevalet, le mode de réglage peut varier. Pour ce qui est du Tune-O-Matic, très rependu sur les guitares de type Les Paul, il suffit de simultanément serrer ou desserrer deux vis présentes de chaque côté du chevalet. Une opération à mener progressivement pour veiller à respecter la courbure de la touche (le RADIUS). Pour ce qui est des chevalets du type Fender ou Floyd, les réglages se font corde par corde en agissant sur les six pontets individuels. Encore une fois, il est bon d’effectuer le réglage progressivement pour respecter le radius.

L’action des cordes est à présent réglée et le confort de jeu va tout de suite s’en ressentir ! Il reste malgré tout un détail d’une importance capitale à vérifier et qui découle de ces réglages : la justesse des harmoniques. Nous en parlerons la semaine prochaine dans notre troisième article sur la question des réglages de la guitare !

Les différents types de guitares basses !

Guitare basse et amplificateur

L’histoire de la guitare basse a commencé à peu près à la même époque que celle des premières guitares électriques. L’instrument, pensé cette fois dès l’origine pour être amplifié, était censé pallier aux contraintes qu’une contrebasse pouvaient engendrer. Même si de nombreux prototypes ont été proposés dès les années 30 par l’inventeur Paul Turmac, il a fallu attendre 1951 que Léo Fender sorte le premier modèle à susciter un vif intérêt : la Precision bass. Dans cet article, nous allons nous pencher sur les différents modèles de guitares basses existants à l’heure actuelle en décrivant leurs spécificités.

La ” Précision Bass ” ou ” P-Bass “

C’est le modèle de basse le plus répandu au monde. L’icône emblématique de l’instrument. Le premier modèle jamais est sortie des usines Fender en 1951. L’instrument est appelé ” précision bass “car, contrairement aux contrebasses, le manche est ici fretté. On y compte une vingtaine de frettes au total sur les modèles standard. Autre originalité, un micro dit ” split coil pickup “. Il s’agit d’un micro double à simple bobinage qui a été séparé en deux parties. Une couvrant les cordes de Mi grave et de La, et l’autre couvrant le Ré et le Sol (sur un accordage standard EADG). Placés à proximité du chevalet sur le ” sweet spot “, l’endroit idéal, ils délivrent un son lourd, puissant et polyvalent.

dirnt_bass

La ” Jazz Bass “

Léo Fender ne s’arrêta pas au succès grandissant de la P-Bass. Son idée était de convertir les musiciens de Jazz à son concept et pour se faire, il a élaboré un cahier des charges très précis qui donna naissance en 1960 à la Jazz Bass ! Le Split Coil Pickup a été remplacé par deux micros simples bobinages uniforme et le manche a été affiné, ce qui permet un espacement plus rapproché des cordes et permet des lignes de basse plus rapides avec un plus grand confort de jeu. Ses micros lui permettent une versatilité sonore avec un boost des médiums et un son très précis et dur au niveau du chevalet, et un son bien lourd en se rapprochant du manche. La Jazz Bass s’est épanouie sous le joug de virtuoses tel que Jaco Pastorius, Tina Weymouth ou encore Marcus Miller.

jazz_bass

Les basses Fretless

L’absence de frettes peut être vue par les puristes comme un retour aux sources et aux origines en rapprochant l’instrument de sa grande sœur : la Contrebasse. Plus difficile à jouer qu’une précision basse, elle en garde pourtant les caractéristiques de base. Le contact direct des cordes sur le bois du manche permet un son beaucoup plus continu et chaleureux qu’une basse fretté. Les slides (ou glissendo), par exemple, sont libérés des imperfections sonores provoqués par les frettes. Le plus important pourtant se situe dans l’infini des possibilités tonales de l’instrument. Il est possible de réaliser bien plus de notes et variations.

fretless_bass

Les basses à tessiture étendue, ou ” ERB “

Les ERB ou ” Extended-Range Basses ” en anglais sont de loin les guitares basses les plus impressionnantes. Elles sont dîtes ” à tessiture étendue ” car elles comportent plus de 4 cordes, ce qui augmente le nombre de notes jouable à la portée de l’instrument. Les ERB les plus répandues ont 5 à 6 cordes mais il existe des modèles défiant l’entendement avec une douzaine de cordes et un manche très large !

erb_james_groodall

Et vous, connaissez-vous d’autres types de guitares basses ?

L’importance de bien régler sa guitare : Le Truss ROD

truss rod inside

Lorsque l’on achète sa guitare dans un bon magasin de musique, chez un bon luthier voir sur internet, nous la recevons en général réglée. Dans le cas échéant, celle-ci pourra se montrer très inconfortable à jouer et voir même, ne pas sonner comme espéré ! Le réglage de la guitare a une influence incroyable sur le jeu et les sensations du guitariste. Ainsi, une Gibson Les Paul vintage mal réglé peut sembler bien moins intéressante à jouer qu’une Ibanez d’entrée de gamme parfaitement adapté à son guitariste.

Dans ce premier article d’une longue série, nous allons nous pencher sur une mécanique en particulière : le Truss Rod.

truss-rod

Bien régler sa guitare n°1 : La tige de renfort du manche : le Truss Rod !

Commençons notre tour de table des mécaniques de réglages par une des plus mystérieuse et terrifiante pour tous les guitaristes : la tige de renfort du manche, ou TRUSS ROD; Cette tige contenu dans le manche des guitares électriques et folks est très méconnue des guitaristes, si ce n’est qu’elle a la réputation de pouvoir détruire l’intégrité de l’instrument si on la malmenait.

En effet, le réglage du Truss Rod est extrêmement délicat. La tige de métal est présente dans le manche telle une courbe. Elle permet de contrebalancer la force exercée par les cordes en métal et empêcher le manche de bois de se recroqueviller sur lui-même sous la tension. Serrer la vis du Truss Rod va avoir pour effet de tendre la tige de metal et donc bomber le manche. C’est un réglage délicat qui fait souvent peur aux guitaristes, car une modification trop brutale risque de faire craquer le bois et détruire le manche. C’est un réglage à réaliser pas à pas en laissant reposer le bois entre chaque modification.

Idéalement, le manche est légèrement courbe pour que les frettes du manche ne touchent pas les cordes. Le réglage du Truss Rod permet donc d’ajuster le manche à la tension des cordes et au jeu du guitariste.

Pour le régler, il faut tout d’abord porter ses yeux a hauteur du manche et de vérifier que ce dernier est plat, ou bien légèrement creux. Ce léger creux est appelé ” Relief ” et dépend beaucoup du tirant de cordes utilisé. Sur une guitare électrique, il peut aller de 0 à 4 dixième de millimètre.

S’il n’est pas très dangereux de desserrer le Truss Rod, le serrer peut devenir très délicat et il est impératif de prendre son temps et d’aller de 8ème de tour en 8ème de tour sans ne jamais dépasser deux tours de vis !

Malgré tout, le Truss Rod n’a rien de si effrayant, et le manche reste une partie assez solide pour toute guitare électrique. Pour les plus aventureux d’entre vous, il n’y a aucun mal à vouloir tester plusieurs réglages différents jusqu’à trouver le juste-milieu ; si par contre, vous tenez beaucoup trop à votre guitare pour risquer quoi que ce soit, alors peut être que les conseils experts d’un luthier pourront vous être utiles !

La semaine prochaine, nous verrons ensemble le réglage de l’action et la hauteur des cordes !

 

Focus sur les types de micros pour la guitare éléctrique

jag lipstick

Le son d’une guitare électrique est le fruit de l’amplification de la vibration des cordes captées par les micros électromagnétiques qui lui sont attachées. La vibration, affecté par la lutherie de la guitare et des matériaux utilisés va alors être transformer en signal prêt à être utilisé. Le rôle du micro est donc majeur dans la retransmission du son. Selon les matériaux qui le compose et sa conception les sonorités vont drastiquement varier. Nous allons essayer de vous présenter différents types de micros électromagnétiques et ce qui fait leur particularité !

Les matériaux utilisés dans les micros pour la guitare

En règle général, un micro électromagnétique est composé d’un aimant permanent, enroulé dans un fil de cuivre que l’on nomme le bobinage. L’aimant est en général décrit comme céramique et font état d’une conception à base de fer magnétique et de matériaux rares du type barym et strontium; ou alors issu d’un aliage du type Alnico (aluminium, niquel et cobalt). Ces derniers sont souvent juxtaposé d’un indice numérique indiquant la teneur en cobalt de l’alliage. Par exemple, un alnico 5 aura plus de cobalt qu’un alnico 2. Les micros à aiment céramique génère un son froid et puissant, tandis que l’alnico produit des sonorités plutôt chaudes.

Les micros simples et doubles

Ce sont les micros les plus répandues. Le simple bobinage est le micro standard utilisé dans les guitares de type stratocaster. Ils produisent un son clair et cristallins mais sont très sensibles aux parasites liés aux champs magnétiques environnants.

single_coil

Les micros doubles bobinages, ou ” humbucker ” sont apparus dans les années 50 sous l’impulsion de Gibson, ils sont caractérisé par un son chaud et un niveau de sortie plus élevé, adéquate pour des effets comme la distorsion.

Le micro double bobinage, ou " humbucker "
Le micro double bobinage, ou ” humbucker “

Les micros passif/actifs

En règle générale, tous les micros sont passif. Un micro est définit comme actif lorsqu’il dispose d’un étage de pré-amplification, généralement requérant une alimentation éléctrique. Les guitares équipées de micros actifs vont avoir la présence d’une pile interchangeable logée en leurs dos. Le son de ces micros est extrêmement précis, net, et froid et la pré-amplification permet la diminution de la sensibilité aux bruits. L’idéal pour le métal et le jeu en schred.

active pickup

Les rails

Les micros du type rails proviennent de la volonté de bénéficier des avantages d’un micro double bobinage tout en se logeant dans un emplacement de guitare simple bobinage. Ce format plus compact ne va cependant pas permettre un niveau de sortie aussi élevé que les humbuckers les plus puissants.

GOLDRAIL

Le P90

Le P90 est un micro d’anthologie. Sorti avant le premier humbucker de Gibson, le P90 propose les caractéristiques d’un micro simple bobinage en prenant la place d’un micro double bobinage. A l’inverse donc des micros à rails. Le P90 va permettre de booster les médiums au possible, véritable apanage des guitaristes de rock progressifs.

P90_soapbar

Les micros Piezo

Les micros Piezo sont des micro de contact. Prenant la forme d’une pastille, on les loges en général sur la table d’harmonie sous le chevalet. Ils sont amovibles et sont principalement utilisés pour amplifier les guitares acoustiques; sur une guitare électrique le signal de sortie acquiert une certaine chaleur.

piezo

Les micros LipStick

Le dernier type de micro que nous allons vous présenter prend la forme d’un tube de rouge à lèvre… en métal. Mis en avant par Danelectro, ces micros étaient présent sur la majorité des modèles de la marque est permet un son caractéristique trouvable nul part ailleurs. Un son très typé Beach Boys et rockabilly des années 50. Ils valent l’écoute !

jag-lipstick Le sujet vous intéresse ? Venez donc en parler avec nous, sur MyMusicTeacher !

Tour d’horizon des chevalets pour guitare !

chevalet strat roller

C’est bien souvent la pièce que les guitaristes connaissent le moins sur une guitare. On se dit ” oh lala les cordes viennent de là, je ne vais pas y toucher pour rien dérégler “. Effectivement, chevalets et cordiers font partie des mécaniques qui se doivent d’être stables et inchangées contrairement aux clés d’accordages sur lesquelles nous agissons très souvent pour accorder notre guitare.

Nous allons d’abord commencer par décrire les paramètres sur lesquels agissent les chevalets puis nous étudierons ensemble les différents types de chevalets pour guitare électrique.

L’action, la justesse et la transmission

Le chevalet est une pièce placée entre les cordes et la table d’harmonie de l’instrument : son rôle est de transmettre les vibrations des cordes à la table qui va amplifier le son produit. Le chevalet sert aussi à maintenir l’espacement entre les cordes, et à les maintenir à la bonne hauteur par rapport au manche. Cette hauteur s’appelle l’action. Sur la guitare électrique, chaque corde est bien souvent située sur des pontets. Ce sont de petits sillets réglables, servant à régler la justesse de l’instrument (le diapason de chaque corde).

Les chevalets télécaster & stratocaster

Léo Fender savait y faire, il avait conçu dans les années 50 un chevalet révolutionnaire permettant de régler les cordes deux à deux. Notamment utilisé sur les Télécaster, ce n’est qu’en 1954 qu’il améliora son concept avec un chevalet à 6 pontets pour son modèle Stratocaster. La mécanique au design iconique participe maintenant à l’image de la marque. fender_1970_telecaster_blonde_tele_70_vintage_original_guitare_chalon_71_bourgogne_france_bridge

gl38-stratocaster-nas-chevalet-big

Le tune-o-matic

C’est le type de chevalet que l’on retrouvera le plus souvent sur les guitares du type Les Paul. Originaire de Gibson, ce chevalet a été crée afin de s’adapter aux guitares à table plate (flat top) comme celles à table bombée (arch top). Le but était d’obtenir un chevalet qui puisse prendre en compte les différent ajustements en longueur d’une corde afin d’en parfaire l’intonation.
solo-6-custom-e28093-bridge
Le chevalet trapèze pour Les Paul

Il constituait la référence sur les guitares Les Paul avant l’apparition du Tune-o-matic en 1954. Ce chevalet est très caractéristique et peu pratique, car les cordes passe sous le chevalet empêchant de les étouffer, et est également exempt de pontets, ce qui empêche de régler la justesse de la guitare.

gibson-Les-Paul-1952-Gold-Top-big

 

La guitare d’entrée de gamme : un laboratoire sonore !

BB  FB

Les guitaristes électriques la connaissent bien, cette fameuse guitare reçue pour leur anniversaire, ou achetée à 60€ dans un super pack TOUT COMPRIS avec sangle, housse, jack et amplificateur ! Les guitares bas de gamme, et entrée de gamme sont un véritable rite initiatique pour tous les débutants rêvant de mélodies enivrantes et riffs électrisants ! C’est peut-être avec une certaine nostalgie que certains d’entre vous repenseront à cette vielle pelle qu’ils ont depuis longtemps mis au placard, surfant depuis sur de magnifiques pièces de lutherie fine, se rapprochant un peu plus de l’idée qu’ils se faisaient de leur guitare idéale. On va vous aider à remonter dans le temps, aujourd’hui, nous parlons souvenirs !

La guitare bas de gamme, l’expérience ultime

Comme exprimé plus tôt, elle est souvent peu onéreuse, son prix se situant dans la fourchette de 50€ à 150€ dans un pack tout compris. C’est l’exacte réplique d’un modèle légendaire, une belle stratocaster noire et blanche de marque exotique. Vous le saviez d’entrée, elle n’est pas composée des bois les plus select de la planète. Elle sent un peu le plastique et a tendance à sonner étouffé et métallique..; mais ça ce n’est pas important. Ce qui l’est en revanche, c’est que c’est votre première guitare éléctrique ! Finalement vous pouvez mettre les mains sur l’instrument de vos idoles ! Une sensation géniale, emplie de maladresse, on ne sait pas comment la tenir, ni comment la faire sonner juste… on ne pense pas à l’accorder (puis on se rend vite compte que cela va être notre apanage quotidien tant les mécaniques ne tiennent pas la tension des cordes). Quel bonheur, mais quel bonheur ! Très vite on se lance dans les premiers cours, smoke on the water, come as you are, on y est ! Quelques années plus tard, elle est au placard, revendue, ou même offerte à un ami néophyte, il est tant de passer à autre chose, quelque chose qui nous donnera la sensation de mieux jouer : la guitare d’entrée de gamme !

bas de gamme

La guitare d’entrée de gamme, un antique symbole

Quand on s’y connait un peu plus à la guitare, on se rend compte qu’une gratte qui tient les réglages et qui sonne un minimum, c’est quand même mieux. C’est alors que le jeune guitariste s’attaque à la guitare d’entrée de gamme ! Un passage qui pour la plupart d’entre nous a été réalisé d’office, car c’est souvent la guitare que nous conseille le vendeur du magasin de musique du coin de la rue chez qui nous passions de longues heures à baver devant la vitrine les semaines précédant le glorieux achat. Entre 150€ et 250€, on a l’impression d’avoir du solide ! Une belle pièce, qui certes n’est pas comparable aux sacro-saintes Gibson et Fender, mais qui a son charme. Elle a quelque chose de différent qui la rend encore plus valable à vos yeux : c’est la votre ! Votre laboratoire personnel d’où sortiront vos créations les plus intimes, vos joies, vos galères, vos peurs même, mais surtout votre son. Vous apprendrez à progresser dessus, peut être changerez-vous des pièces par ci par là. Un jour vous passerez à autre chose, c’est sûr, mais jamais vous ne l’oublierez.

La construction du mythe

Les guitaristes les plus célèbres ont su se construire une véritable image par rapport à leur guitare, mais peu d’entre eux reviennent régulièrement à leurs origines. Si le sujet vous intéresse, je vous invite à lire cet article : La guitare fait-elle le guitariste ?. Il existe cependant des cas où des guitaristes ne se séparent jamais vraiment de leur première guitare; on peut citer Billie Joe Armstrong, le guitariste-chanteur du groupe de pop-punk Green Day. Ce dernier reprend régulièrement sur scène sa guitare des premiers jours, la légendaire ” Blue “, une Fernandes stratocaster offerte par sa mère pour son 11ème anniversaire.

Billie Joe Armstrong et sa première guitare " Blue " lors de la cérémonie d'induction de Green Day au Rock'n'Roll Hall of Fame 2015
Billie Joe Armstrong et sa première guitare ” Blue ” lors de la cérémonie d’induction de Green Day au Rock’n’Roll Hall of Fame 2015

Pour ma part, après avoir changé les cordes et passé un coup de chiffon, j’ai repris ma vielle Cort d’il y a 8 ans pour jouer en répétition avec mon groupe; peut être par nostalgie ou comme un hommage à mes débuts; j’y retrouve un plaisir nouveau, et m’étonnes de jours en jours des nouvelles sonorités qu’elle peut produire. En effet, si une guitare d’entrée de gamme ne sonne pas au top à vos début, l’essayer à nouveau avec l’expérience de votre apprentissage en plus peut changer la donne !

La vielle pelle de Lindersay
La vielle pelle de Lindersay

Et vous, un souvenir particulier de votre première guitare ? N’hésitez pas à m’en parler dans les commentaires !

Les spécificités de la guitare folk par rapport aux autres !

Les spécificités de la guitare folk par rapport aux autres !

Si vous êtes déjà arrivé jusque là, c’est que vous savez à peu près à quoi ressemble une guitare sèche, dite classique, et une guitare électrique. Vous savez aussi peut être qu’il existe des guitares dites folk, et que grossièrement, c’est un mix des deux citées plus haut. Dans cet article, nous allons essayer de déconstruire la guitare Folk pour mieux la définir. (Oh, et pour les petits futés, vous avez déjà entendu parler de la guitare à résonateur ? … Non ? .. Bon bah vous savez quoi faire).

La guitare folk, une amie pas comme les autres

Si on en fait une pure analyse comparative, il suffit de prendre une guitare classique, et dire que la caisse d’une guitare folk est plus grosse. Que son manche est plus long (de 2 cases), fin et arrondis et que ses cordes sont en métal (bronze et alliages principalement). Là, on se rapproche déjà mieux d’une définition purement physique. La guitare folk peut être acoustique, ou électro-acoustique. C’est à dire qu’elle disposerait d’un micro électromagnétique à l’intérieur de sa caisse, rendant possible l’amplification.

Mais on joue quoi avec une guitare folk ?

La réponse peut paraitre bête.. mais a le mérite d’exister : du folk. Ce style particulier dérivé des folklores et traditions propres à chaque culture. Se rapprochant de la country chez les américains et peut grandement varier ! On peut garder en tête des groupes comme Mumford and Sons qui en fait un usage plutôt typique que je vous invite à aller écouter ! Le pop rock et le jeu en accord en général aussi s’y prête bien.

Est-il encore intéressant de télécharger un logiciel guitare ?

logiciel guitare

Apprendre la guitare dans les 90’s (les nineties à l’anglaise), c’était découvrir que les grimoires à partitions avaient du soucis à se faire. La démocratisation de l’informatique pour tous a amené son lot de nouveautés ! Les tablatures gratuites au format TxT sur des sites communautaires ont déjà grandement participées à l’avènement des futures tablatures interactives.

Le logiciel guitare par excellence

Il faudrait être un guitariste spéléologue resté coincé dans une grotte trop longtemps pour ne pas connaitre un logiciel comme Guitar Pro. Pionnier de la tablature interactive, ce logiciel utilise des instruments midi pour jouer en temps réel le son des partitions que l’on peut y écrire. Une interface claire et très précise qui permet même aux amateurs de solfège d’être contentés !

Le déclin des logiciels pour guitare

Autre choc informatique : la démocratisation cette fois d’internet. Un véritable séisme dans le monde des logiciels car ces derniers ont fini par tous trouver leur équivalent online ! Accessible quasiment partout, internet surf sur la voie du dématérialisé. Plus besoin de gaspiller 200 mo d’espace sur son disque (aussi dérisoire que peut être ce poids à l’heure actuelle), il suffit de se connecter à son compte Cloud ou sur des sites spécialisés pour avoir accès à toute sa bibliothèque de tablatures en ligne avec la possibilité de les éditer en deux temps trois mouvement sans regard sur le dispositif utilisé pour lire le site. L’heure de gloire des smartphones, tablettes et autre spatules connectées.

MyMusicTeacher et les partitions augmentées

Il est possible de trouver le même concept chez MyMusicTeacher avec les partitions à la demande. Ces dernières, interactives, utilisent le système de détection des notes du site pour corriger automatiquement le joueur du morceau ! Le futur est il déjà en marche ? C’est bien ce que l’on croit chez MTT!

La guitare électrique sans fil, une réalité abordable ?

guitare sans fil

Il y a quelques semaines, nous vous parlions des câbles jack. De 5 à 30 mètres, de 10 à 100 euros, il existe suffisamment de gamme pour contenter tout le monde. Mais que faire si vous n’aimez simple pas les fils ? Si vous êtes une pile électrique en concert, et aimez courir, sautez, escalader la scène en plein concert ? Dans ce cas, c’est peut-être pour une solution sans-fil que vous devriez vous pencher. Que faut-il prendre en considération avant de sauter le pas vers ce genre de solution ?

sans fil

Qui dit sans fil, dit fréquences

Et c’est bien là que va se creuser l’écart entre les systèmes sans-fil bas de gamme à 80 euros, et ceux à plus de 5000 euros. Faire fi du sacro-saint câble jack ; c’est livrer le son de son instrument à la merci du rognage, tronquage et autre découpage du signal. Une réalité particulièrement flagrante avec les systèmes d’entrée de gamme. La question de la fiabilité du lien est; elle aussi, à prendre en compte : les normes sans-fils utilisés par la plupart des systèmes actuel sont le VHF (Très hautes fréquences : 30 à 300 MHz) et le UHF (Ultra hautes fréquences 300 MHz à 3 GHz). Les appareils en UHF sont souvent plus chers, du fait que les composants utilisés requièrent une tolérance plus élevée, ce n’est pas pour autant une meilleure technologie que le VHF. Tout dépend des circonstances d’utilisation, et surtout, du nombre de systèmes sans fil déjà présent. Les interférences sont un des points les plus dommageables pour les systèmes sans fils. Elles peuvent littéralement ruiner votre prestation.

Quels prix, quels marques ?

Un bon système sans-fil se place dans la gamme de prix 300 – 500 euros. En dessous, vous risquez d’avoir de mauvaises surprises au niveau de la fiabilité du lien ou d’étouffement du signal. Les marques hi-fi ou spécialisées dans la captation/diffusion du son, proposent du matériel de qualité. On peut citer des marques comme AKG, Senheiser, Shure ou encore Line 6. N’hésitez pas à tester ce type de matériel en magasin pour être sûr que la modification apportée à votre son ne vous handicape pas.

Si malgré tout vous préférer les bons vieux câbles Jack, alors n’hésitez pas à lire notre article sur le sujet pour en découvrir tous les secrets.

Le Fat Finger, l’accessoire qui améliore le sustain de la guitare

Fender FatFinger

Pas la peine de s’appeler Joe Satriani et de dépenser toutes ses économies dans une Ibanez JS2450 et un rack d’effet incompréhensible pour jouir d’un long sustain avec sa guitare. Aspen Pitman s’est penché sur le problème et a décidé d’inventer un petit objet pour palier au manque de sustain de certaines guitares. Ce dernier a inventé le ” Fathead “, une sorte de barrette métallique qui se place sous les mécaniques. Un système peu pratique, car nécessitant une installation délicate, qui a vite été repensé par son créateur. L’idée était de façonner un objet qui se collerait au manche de la guitare afin de lui ajouter du poids. Ce surplus de poids va permettre à l’énergie produite par la vibration des cordes de rester dans ces dernières plutôt que de se dissiper dans le manche.

Fender_FatFinger

Le Fat Finger, une pince magique ?

La solution d’Aspen Pitman va prendre la forme d’une pince métallique a serrer sur la tête de la guitare. Une pose sans risque grâce aux renforts en tissu et une pastille de caoutchouc autour de la vis de serrage. L’idée n’est pas de détruire le vernis de votre guitare, mais bien d’y ajouter quelques grammes. Pour avoir testé le Fat Finger sur une guitare de type Les Paul, le résultat est plutôt surprenant ! Le son gagne en rondeur et en richesse harmonique. Les notes durent effectivement plus longtemps ! Un petit accessoire qui coûte tout de même une bonne cinquantaine d’euros. Pour les plus sceptiques, si vous possédez un capodastre à pince, je vous invite à simuler un Fat Finger en l’utilisant pour pincer la tête de votre guitare (façon De Palmas). Même si le capodastre n’apportera pas le même poids que le Fat Finger, le résultat est tout de même notable et peu donner une idée de l’ampleur des changements qui seraient alors possibles.

De Palmas Pour les amateurs de long sustain, je vous invite à découvrir un tout autre type d’accessoire qui pourrait vous plaire : l’archet électronique. Disponible à ce lien.