fbpx
Peut-on vraiment être nul à la guitare ? Comment y remédier ?

Peut-on vraiment être nul à la guitare ? Comment y remédier ?

Quel guitariste débutant n’a, ne serait-ce, jamais pensé un jour les mots ” Je suis nul(le) à la guitare ” ? Ce moment incontournable est assez récurrent des premiers moments de la pratique d’un instrument de musique. Se trouver nul à la guitare se traduit par une baisse de motivation qui peut aller jusqu’à l’abandon de l’instrument. Mais peut-on vraiment être nul à la guitare ?

Les raisons : pourquoi se trouver nul à la guitare ?

Même après plus de 10 ans d’expérience à la guitare, il peut vous arriver de vous trouver nul à la guitare.C’est par exemple mon cas, peu de temps après avoir regardé une vidéo de Steve improvisant. Pour se rassurer, on peut se dire que la technique ne fait pas tout, et l’émotion est plus importante. De fil en aiguille, on tombe sur une vidéo de Jimi Hendrix, ou Carlos Santana. Et là, à nouveau … On se sent plutôt mauvais.

Ce qu’il est difficile à comprendre, mais pourtant crucial, c’est que la guitare n’est pas une compétition. Il y aura toujours des joueurs plus rapides, plus rythmé, et cetera.. En 2016, il existe même un proverbe sur internet qui dit que n’importe quelle performance peut être surpassé par un enfant quelque part dans le monde. C’est le cas par exemple du sud-coréen Sungha Jung jouant California dans cette vidéo :

Incroyable n’est-ce pas ? Pourtant, la guitare, ce n’est pas forcément exécuter parfaitement un morceau de A à Z, shredder comme Yngwie Malmsteen ou avoir le groove de John Frusciante. C’est à propos de soi même, sentir la musique et jouer en fonction.

Les solutions : pourquoi en réalité, vous n’êtes pas si nul que ça ! 🙂

En pratiquant un peu, n’oublier pas que vous avez toujours de l’avance par rapport à ceux qui ne pratiquent pas du tout ! Le savoir du guitariste ne consiste pas seulement à lire des tablatures ou accorder sa guitare. C’est aussi une oreille qui s’améliore au fil du temps, un sens du rythme qui se développe là où il n’y avait peut-être rien. Tout autant de mécanismes inconscients qui feront de vous des mélomanes sur la durée. Cela passe bien sûr par la pratique, la répétition continuelle de plan, gammes, et séquences mélodiques. Ce qui demande du temps et de se faire un peu mal au doigt.

Mais si, plutôt que de vous apitoyer, vous tentiez de persévérer, alors inconsciemment, votre jeu s’améliorera. Vous connaîtrez vos morceaux préférés sur le bout des doigts, et sans réfléchir, exécuterez des solos dantesques. Si Kirk Hammett maitrise si bien le solo de Master of Puppets, c’est parce qu’il l’a joué pendant plus de 30 ans !

Ne vous laissez pas intimider par vos héros, concentrez-vous sur votre propre parcours et n’essayez pas de griller les étapes. Vous y arriverez !

C’est une garantie qui vous est certifiée par le phénomène de mémoire musculaire. Vos muscles enregistrent inconsciemment les mouvements que vous produisez. L’habitude permet d’aiguiser ces mouvements, et le temps de réflexion nécessaire ne fera que diminuer. C’est comme cela que du jour au lendemain, vous aurez parfois l’impression qu’un morceau est devenu plus simple à jouer qu’auparavant.

En somme, courage ! Il n’y a aucune raison logique de se sentir nul(le), seulement du temps investi et de la pratique. Bon courage !

 

Est-ce que vous avez aimé ?

Cliquez ici pour noter

Note moyenne / 5. Nombre de votes

Personne n'a encore noté

Laisser un commentaire