fbpx
Pourquoi la guitare est accordée en EADGBE ? (mi la ré sol si mi standard)

Pourquoi la guitare est accordée en EADGBE ? (mi la ré sol si mi standard)

4.7
(3)

Vous êtes-vous déjà demandé pourquoi l’accordage “standard” d’une guitare est Mi La Ré Sol Si Mi ? Donc accordée en EADGBE quand vous jouez les cordes à vide ? Pourquoi pas dans l’ordre classique comme sur un piano, mais plutôt avec des écarts de tons ? Je vais vous en raconter l’histoire dans cet article dédié à l’accordage standard de la guitare et pourquoi il existe. Car il y a bien plusieurs raisons pour avoir choisi cette accordage (et pourtant il étaient nombreux !) plutôt qu’un autre (le tuning open C par exemple, popularisé par John Fahey, ou le drop D, très utilisé dans les morceaux de blues). Attention, il vaut mieux s’y connaître un peu en théorie musicale !

L’accordage standard a évolué pour fournir un bon compromis entre le simple doigté pour de nombreux accords et la possibilité de jouer des gammes communes avec un mouvement minimal de la main gauche. La séparation de la première (e) et de la deuxième (b) corde ainsi que la séparation entre la troisième (g) quatrième (d) quatrième (La) cinquième (La) et sixième (Mi) cordes par un intervalle de cinq demi-tons (une quatrième parfaite) permet de jouer les notes de la gamme chromatique avec chacun des quatre doigts de la main gauche contrôlant l’un des quatre premiers frettes (index sur frette 1 petit doigt sur case 4 etc). Il offre également une symétrie et une intelligibilité par rapport aux motifs de doigtés.

L’apparition de “l’accordage standard” : La raison d’être accordée en EADGBE avec ses cordes de guitare électrique et acoustique

L’histoire de ce pan de la guitare est intéressante, surtout parce que la plupart des gens qui utilisent des instruments à cordes comme le violon, le violoncelle et la mandoline depuis 1000 ans ont convenu qu’ils sont mieux accordés en quintes. (Pour les esprits curieux, un accord au cinquième signifie que l’intervalle entre chaque corde à vide est une quinte parfaite.)

Les guitares, cependant, sont généralement accordées en une série de quartes parfaites ascendantes et une seule tierce majeure. Pour être exact, de grave à aigu, l’accordage standard d’une guitare est lorsqu’elle est accordée en EADGBE – trois intervalles d’un quart (mi grave à la, la à ré et ré à sol), suivi d’un tiers majeur (sol à si) et d’un quart supplémentaire (si à mi aigu).

La raison ? C’est à la fois musicalement pratique et physiquement confortable, une conclusion à laquelle les joueurs sont arrivés il y a quelques centaines d’années. L’objectif était de créer un accordage qui faciliterait la transition entre les accords simples du doigté et le jeu de gammes communes, minimisant ainsi les mouvements de la main gauche (sur le manche). Il y a une séparation entre la 1ère corde (E = Mi), la 2ème (A = La), la 3ème (D = Ré) et la 4ème par un intervalle de 5 demi-tons. Cela nous donne une quatrième parfaite. Même chose entre la 5ème (B = si) et la 6ème (E = Mi). Ce système permet de jouer les notes de la gamme chromatique avec chacun des quatre doigts de la main gauche contrôlant l’une des quatre premières frettes (index sur frette 1 petit doigt sur frette 4 etc). Il offre également une symétrie et une intelligibilité par rapport aux motifs de doigtés.

tête de manche d'une guitare acoustique accordée en EADGBE (accordage standard)

Un accordage EADGBE sur sa guitare électrique ou acoustique : de l’histoire aussi ancienne que les cours de guitare

La guitare s’éloignait des instruments à quatre cordes de type guitare qui dominaient depuis le début de la Renaissance. La battente, une guitare à cinq cordes qui est apparue pour la première fois en Italie dans les années 1500 a été accordée ADGBE, tout comme les cinq premières cordes de la guitare moderne à six cordes.

L’accord des troisième et deuxième cordes (sol et si) sur un intervalle majeur-troisième rendait le doigté plus facile que de continuer une série de quintes parfaites, ce qui aurait donné une deuxième corde accordée en do et une première corde accordée en fa. En abaissant ce qui aurait été un fa ouvert d’un demi-pas vers un mi ouvert, l’intervalle du premier au deuxième corde (si) aurait donné une quatrième corde parfaite.

guitare acoustique accordée en EADGBE qui est l'accordage standard des guitares

Richard Lloyd, ancien guitariste du groupe Television (auteur de cette chanson devenu culte) et éminent professeur de musique, a dit un jour que si le violon et le violoncelle se prêtent bien à l’accord en quintes en raison de leur petite échelle, il n’en va pas nécessairement de même sur un instrument à plus grande échelle comme la guitare, qui fonctionne donc mieux accordée en EADGBE

Il dit, je cite :

“La guitare est un instrument à plus grande échelle que l’on joue assis sur ses genoux, écrit Lloyd. “Même si le violoncelle est un instrument plus grand que le violon, il est joué avec le manche à la verticale, ce qui permet à la main d’avoir un peu plus de facilité à atteindre les notes. Avec la guitare assise sur les genoux et le manche en diagonale par rapport au joueur, la flexion du poignet commence à rendre plus difficile l’écartement des doigts. Notre prochain meilleur choix pour accorder un instrument à cordes multiples de plus grande taille sera donc d’accorder en quartes, qui sont un peu plus proches l’une de l’autre. Sur une guitare, on peut raisonnablement s’attendre à ce qu’une personne ayant une main de taille normale sonne la tierce majeure avec l’auriculaire tout en maintenant le tonique enfoncé avec l’index. Il est donc logique que la prochaine corde soit la quatrième.”

Lloyd a aussi astucieusement fait remarquer que si les guitares à six cordes étaient accordées en quartes parfaites, on se retrouverait avec un arrangement harmoniquement discordant d’EADGCF (grave à aigu). Vous pouvez voir le problème ici : E et F ne sont qu’à un demi-pas l’un de l’autre, ce qui impose un intervalle naturellement irritant d’une seconde mineure. “C’est un intervalle affreux”, a écrit Lloyd. “Et menace de dégrader tout le reste.”

Heureusement, comme l’accordage ADGBE pour les cinq cordes supérieures avait déjà été adopté au XVIe siècle – avant l’ajout d’une sixième corde inférieure accordée en mi – un tel accordage problématique a été évité. Ce mi grave continuait l’arrangement des quintes parfaites utilisées pour toutes les paires de cordes, à l’exception de l’intervalle majeur-troisième adopté pour les deuxième et troisième cordes, ce qui donne l’accord de guitare standard qui est encore en applciation aujourd’hui, et que l’on peut obtenir avec un accordeur.

Est-ce que vous avez aimé ?

Cliquez ici pour noter

Note moyenne 4.7 / 5. Nombre de votes 3

Laisser un commentaire