fbpx

Le rack d’effets guitare de Slash ! Le store du son des Guns’n’Roses

Slash rig

Slash, le guitariste au chapeau haut-de-forme légendaire et ancien soliste des Guns’n’Roses est un musicien de grand talent. Ce dernier a développé des sonorités à la fois vintages et extrêmement modernes tout au long de sa carrière. Qui ne se souvient pas de l’incroyable solo de Sweet Child O’Mine ? Difficile de l’écouter sans monter le volume pour profiter de chaque note jouée !

Versatile, Slash peut compter sur une collection multi effets guitare sous la forme de pédales ou de rack qui lui sont devenues caractéristiques au fil des années. Mais est-ce vrai qu’il joue sur des micros Seymour Duncan avec sa Les Paul standard ? Comment fait-il pour avoir une pareil distortion ? Est-ce qu’il utilise une pédale boss ? Nous allons essayer de vous faire découvrir le rack avec lequel il passe le plus clair de ses tournées !

Voici le rack de tournée utilisé en concert par le guitariste Slash avec les Guns'n'roses, composé d'une collection d'effets

La base du rack d’effets guitare de Slash : le Looper/Router

Présent sur son rack standard, Slash utilise un looper (ou router) Axess Electronics RXI. Pièce maitresse, ce dispositif lui permet de créer des boucles d’effets dans lesquelles insérer ses différentes modulations. Son principal avantage est de pouvoir bypasser une pédale d’effet qui n’a pas de ” True bypass ” (qui crée du souffle même quand désactivé). Plusieurs boucles parallèles permettent de switcher sans bruits d’une configuration à une autre. Enfin le router permet d’isoler les effets guitare numériques qui convertissent le signal (et donc le détériorent) même désactivé.

Les effets guitare de modulation (comme le flanger)

Deux racks en stock à l’usage similaire mais utilisé selon la situation : le  Line 6 MOD Pro Studio Modeler pour les effets du types chorus, phaser, flanger et vibrato et le Line 6 ECHO Pro Studio Modeler pour le Delay. Des composants High-end aux réglages extrêmement sensibles et connus uniquement du guitariste et de ses roadies. Slash couple parfois les effets Line 6 d’un boitier Yamaha 1500 digital delay pour varier les boucles.

Les outils d’enveloppe

Sur son rack, Slash dispose du Peterson 490 Strobe Tuner et du Korg DTR-1000 Rack Tunner. Ces boitiers permettent de varier l’accordage de l’instrument et de créer des presets propre au detunning. Ainsi Slash peut instantanément passer en plein concert d’un accordage standard à un Full drop D. En outre, l’accordage de la guitare devient automatique et permet de garder la justesse de l’instrument intacte.

Le guitariste des Guns'n'roses Slash joue un solo sur sa guitare Gibson Les Paul pendant un concert

La protection du signal

En guide de Noise Reductor, Slash utilise le boitier Ebtech Hum Eliminator 8 qui permet d’isoler les fréquences parasites pour garder une pureté du signal au travers des différents étages de modulation du rack. Ce système est enfin couplé à un Power Conditionner de la marque Furman qui sert de ” disjoncteur ” protégeant l’ensemble du réseau électrique du rack. Un élément essentiel pour ne pas avoir à se soucier d’interférences d’ordres électroniques ou de soudaine variation de tension dans l’alimentation du Rack.

Des dynamiques toutes droites issues des amplificateurs

Le rack et les pédales d’expression sont ensuite branchés sur une tête d’ampli Marshall ADF100 Slash Signature pour le son saturé et sur une tête Marshall 2555 Silver Jubilee pour le son clair. Les enceintes étant des Marshall 1960 Custom équipées de Celestion Vintage 30.

En outre Slash a intégré un Shure ur4d Wireless à son système pour pouvoir transférer le signal sans fil.

Bien sûr, ici nous avons parlé du rack d’effets mais pas des multiples pédales utilisés par Slash, et notamment de sa fameuse Wah-Wah Cry Baby, une MXR Octave Fuzz Slash Signature de chez Dunlop pour l’un des solos du mythique “Paradise City”, la MXR Boost/Overdrive MC-402 ou encore la Boss DD-3 et DD-5 Digital Delay sur le morceau “Slither” d’un de ces autres groupes Velvet Revolver… Ce sera pour un prochain article !

Lumière sur les différentes catégories d’effets guitare !

Pedalboard

Aujourd’hui, nous allons parler effets guitare dans le sens large du terme. Nous allons survoler les grandes catégories d’effets puis parler des principaux effets que vous rencontrerez forcément dans votre vie de guitariste.

effets guitare

Les grandes catégories d’effets

Avec l’essor des processeurs multi-effets en pédale, rack ou intégré aux amplis, il est possible de coupler les effets pour créer une infinité de possibilités sonores pour votre guitare. Cependant, si nous isolons chacun de ses effets, il est possible de les regrouper dans quatre catégories.

Les effets dynamiques

Comme son nom l’indique, cette catégorie d’effets influe sur la dynamique sonore du signal. C’est le niveau relatif entre le volume minimal du signal et le volume maximal du bruit de fond provenant de l’appareillage utilisé pour la transmission (bruit du jack, interférences micro, etc…).
Vous en connaissez déjà l’effet le plus célèbre : la saturation. Provoquée par une amplification extrême du signal, elle permet d’obtenir un son plus ou moins agressif avec un sustain soutenu. Le réglage du gain et de l’égalisation permet de varier les types de saturations, ainsi, on peut produire du Chrunch, de l’Overdrive, de la Distorsion ou encore du Fuzz.

Un des effets les moins connu mais pourtant extrêmement utile aux guitaristes est : la Compression : elle permet de, comme son nom l’indique, compressé le signal pour réajuster en permanence son volume. Selon les réglages, elle amplifie les sons faibles et atténue les sons forts. On l’utilise pour obtenir un niveau de signal constant en son clair et pour augmenter le sustain en son saturer.

La compression va souvent de pair avec la réduction de bruit (Noise Reduction). C’est un effet quasi-indispensable au guitariste amateur de son saturé. Son objectif est de couper tout bruit dont le volume est inférieur à un certain seuil. On peut alors supprimer les bruits parasites présents lorsque l’on bloque les cordes.

Les effets de fréquence

Ce sont les effets qui jouent sur la fréquence du signal sonore. L’effet le plus représentatif de cette catégorie est sans contexte la Wah-wah ! Se pilotant au pied par le biais d’une pédale d’expression, elle fait varier la fréquence du signal pour une même note joué selon la pression exercé sur la pédale. Dans la même veine, la whammy permet quant à elle de faire varier la hauteur de la note jouée sur une ou plusieurs octaves.

Il est possible de retrouver ces effets sans avoir recours à une pédale d’expression, ce sont alors des auto-wah ou auto-whammy qui s’activent selon l’attaque des cordes.

Les effets temporels

Ces effets consistent en la reproduction du signal d’entrée avec un temps de retard donnée (exprimé en ms). Ce temps peut être plus ou moins court. Dans le cas du Delay, on peut par exemple contrôler le volume des répétitions, le nombre ainsi que le temps entre celles-ci. Pour un effet du type Réverbération au contraire, les petits retards sont si rapprochés qu’ils sont imperceptibles. Il va donc y avoir une simulation d’ambiance.

Les effets combinés

Cette catégorie met en exergue des effets issus d’une addition entre une modification du signal d’origine avec le même signal légèrement décalé. Il permet d’obtenir des sons peu communs. C’est le cas du Chorus pour la version soft ; et du phaser/flanger pour le plus altéré. C’est un effet simulant la rotation ou l’impression de jouer dans l’eau.

 

Nous avons ici choisi de ne pas parler en détail d’un ” effet ” pourtant primordial : l’Equalizer. Le bougre a le toupet d’avoir sa page dédié ! Plus d’informations dans cet article.

Et vous, fan d’un effet en particulier ?