fbpx
Un musicien végétarien peut-il faire un boeuf ?

Un musicien végétarien peut-il faire un boeuf ?

Mesdames et Messieurs, bienvenue ! Aujourd’hui, je vais tenter de résoudre l’impossible pour vous en répondant à cette magnifique question “Est-ce qu’un musicien végétarien peut-il faire un boeuf ?”. Mais avant cela, définissons ensemble ce qu’est réellement un végétarien et un boeuf !

Qu’est ce qu’un végétarien ?

Ce mot répandu à toutes les sauces peut-être confondu avec un de ses confrère encore plus balaise, le vegan ! Je pense qu’il est important de faire un petit rappel au niveau du lexique.

  • L’omnivore : si vous mangez de tout, vous êtes omnivore !
  • Le végétarien : cet être aussi respectueux de l’environnement que de la vie animale se nourrit de tout, sauf de ce qui fût un jour en mesure d’éprouver amour et compassion. Dans son assiette ? Des oeufs, de la verdure, des fruits, des légumes mais pas de viande et de poisson !
  • Le vegan : considéré comme la version encore plus poussée du végétarien, ce dernier ne se nourrit ni viande ni de poisson. De plus, il ne déguste pas les produits issus des animaux. Le lait ? Les oeufs ? Ils sont exclus de son menu.
  • L’ovipare : il ne mange pas d’oeufs, mais il en pond. (Oui, cela n’a presque rien à voir mais je me devais de corriger cette idée reçue)
vegan_guitare
“Un boeuf, un guitariste, du chou kale et des baies de goji. Deux sont des aliments du végétarien, lesquels ?”

 

Qu’est ce qu’un boeuf ?

Selon votre régime alimentaire, vous aimerez le boeuf de différentes façons, en sauce pour les carnivores et avec beaucoup d’amour pour les végétariens et vegans. Néanmoins, si êtes musiciens et que vous dégustez des morceaux de musique à la petite cuillère, vous aimerez le boeuf différemment !

Sachez qu’un “boeuf” est un moment musical totalement improvisé. Prenez plusieurs musiciens végétariens ou non, mettez les dans une pièce, ajoutez de la bière et c’est parti pour un formidable smoothie musical !

Attend ! C’est une Jam Session ça !

Oui presque, d’ailleurs “Jam” veut dire “Confiture”, autant vous dire que quand on est musicien, on aime parler bouffe ! C’est ainsi un mix de plusieurs musiciens vont improviser ensemble.

Quelle est la différence alors ? Frank, dis moi tout !

Alors je vous dis tout ! Si vous êtes un fanatique de Jazz, Reggae, Soul, Hip-Hop, la tradition veut qu’on nomme cela “faire un jam”. Par contre, si vous avez les cheveux longs, des news-rocks aux pieds et des tee-shirt de vos groupes favoris de rock et de metal, vous ferez plutôt “Un boeuf”, “Taper un boeuf” ou “boeuffer”.

Pour la musique Cubaine quant à elle, on dit faire … “une décharge”. Moins glamour mais tout aussi efficace pour faire une salsa endiablée !

“L’avis de Monsieur Boeuf : C’est vrai que je n’aime pas trop ça, au lieu de “taper un boeuf”, je préfererai qu’on “tape une confiture””

 

Quel est le but ?

Le but n’est pas de produire une soupe musicale (et bim) mais bien une musique cohérente et constructive. Tout a commencé dans un restaurant Français nommé “Le Boeuf sur le toit” où des musiciens reconnus comme Charles Trenet ou Léo Ferré on effectué un premier boeuf. à force d’effectuer cette petite routine d’improvisation et de “se faire une bouffe”, l’un deux a dit un jour “On va se faire un boeuf ?” en mémoire au nom du restaurant. L’expression est restée vu la caractéristique spécialement musicale de cette rencontre.

Il existe de nombreux moyens de composer des musiques :

  • écrire en étant seul à tête reposée.
  • en groupe, en échangeant des “riffs”.
  • avec des amis en faisant de l’improvisation grâce à des grilles.
  • ou avec un feeling parfait.

Ces deux derniers points sont en accords avec le boeuf ! Mais il n’est pas rare de voir un musicien débarquer avec un riff déja préparé pour que le reste puisse improviser dessus. Ensuite, libre à vous d’écouter la musique où de vous mettre d’accord avec les musiciens. Soit vous définissez une suite d’accords en précisant les mineurs, majeurs, la tonalité, le tempo et quelques gammes, soit vous laissez libre court à votre imagination tout en laissant le temps aux autres musiciens de rebondir sur votre phrasé. Le but étant de faire germer des mélodies sympathiques qui pourront êtres reprises dans des compositions futures et… de s’amuser, prendre du plaisir et régaler les oreilles de votre public !

Du coup, est-ce qu’un musicien végétarien peut-il se faire un boeuf ?

Là aussi, il faut faire attention aux propos. Malgré une réforme orthographique un peu violente mais sûrement nécessaire, il est certain que vous risquiez de dévisager votre ami défenseur de la cause animale s’il vous dit “Je vais me faire un boeuf, tu viens ?”. Mais vous vous doutez bien dans ce cas là qu’il s’autorise parfaitement à partager une bonne tranche de rigolade tout en effectuant une improvisation musicale à point avec vous ! Alors oui, le musicien végétarien, vegan ou piscivore peut très bien faire un boeuf avec vous !

Existe-t-il des projets musicaux spécialement végét’ ?

Oui ! Et pas qu’un peu. La musique a toujours été un art engagé. On a tendance à parler beaucoup d’amour dans la chanson française, de la rue dans le rap ou des guerres dans le metal. Et bien sachez que l’alimentation végétarienne, la défense de l’environnement et des animaux sont des sujets très présents ! Abordé avec sérieux ou humour, en voici quelques exemples :

 The Smiths – Meat Is Murder

The Smiths, groupe composé du mythique chanteur Morrissey, sort en 1985 l’album “Meat Is Murder” (la viande est un meurtre). Je vous invite à écouter les paroles pour en comprendre tout le sens. D’ailleurs, cet album est composé de deux autres musiques “The Headmaster Ritual” et “Barbarism Begins at Home” qui s’engagent contre les châtiments corporels. Des causes tout aussi proches et tout aussi justes. En voici un court extrait :

  • “And the flesh you so fancifully fry
    La chair que tu ferais frire avec fantaisie
    Is not succulent, tasty or kind
    N’est ni succulente, ni savoureuse ou quoi que ce soit
    A death for no reason
    Une mort sans raison
    And death for no reason is murder
    Et une mort sans raison est un meurtre !”
    (Paroles issues de lacoccinelle.net)

https://www.youtube.com/watch?v=xacRTqk5QFM

 Promoe – Long distance runner – Un rap sportif, un esprit sain dans un corps sain.

Vous pouvez voir Promoe courrir tout le long de ce clip. Artiste Norvégien engagé, voici une partie de ses paroles qui représente un modèle de vie saine et libre :

  • No alcohol, no weed
    No cigaretts, no És
    No milk, no cheese
    No eggs, no meat
  • Just medation and peace
    Red lentils, chick peas
    Good workout, good sleep
    Mo’ sunshine, light breeze…

The Vegan Black Metal chef – Cuisiner en hurlant

Voici un concept très étonnant. On a tendance à stigmatiser le metal comme une musique violente, poussant au crime et au satanisme ! Et bien sachez que dans cette musique obscure, la protection des faibles, les inégalités, le respect de l’environnement et des êtres vivants sont une priorité. Histoire de marquer le coup, voici le cuisinier végan black métalleux qui vous offre un magnifique tutoriel chanté depuis les tréfonds de sa cuisine. Au menu ? La réalisation d’un magnifique Pad Thai, tout droit issu de son livre des sortilèges sataniques végétariens. Armez vous de vos patates maléfiques et passez le tout dans votre four de l’enfer pour un repas délicieux, certifié sans viande ! Sachez d’ailleurs que le HellFest, le plus grand festival de metal de France est un des premier à proposer un stand vegan. Nous les métalleux, malgré nos barbes, nos habits noirs et nos (ex) cheveux longs, nous sommes des êtres bien sensibles à ces causes.

Et la liste est longue avec Spy Island, Norah Jones ou Foutains Of Wayne (merci à vegactu pour son classement). Certains textes vous dicteront comment vivre une vie plus saine, d’autres appuieront sur les avantages de mener ce type d’alimentation. En bref, la musique est là encore un vecteur d’engagement, de diffusion des idées et révélant des fois de belles prouesses artistiques (Tentez donc d’avoir un bon “flow” en rappant sur un sujet vegan, ce n’est pas chose facile et pourtant ! Promoe y arrive très bien)

Mais pourquoi devenir végétarien ?

C’est vrai, pourquoi devenir végétarien ? Bien loin d’un mouvement bobo-parisien-hypsero-hippie, sachez que toutes ces personnes qui vous harcèlent avec une soupe au poireau et des photos de chou kâle/quinoa sur Facebook ont des raisons de défendre cette belle cause ! En voici quelques unes :

  • Vous évitez que des animaux souffrent pour finir dans votre assiette. On pense bien entendu au terme répugnant qu’est “l’abattage”, mais trop peu aux conditions d’élevage qui sont inhumaine dans la majorité des cas.
  • Pour obtenir cette magnifique viande dont vous raffolez, vous avez dû alimenter… excusez-moi, nous avons dû gaver un animal à outrance avec des procédés presque industriels. Toute cette nourriture de base aurait très bien put être produite et nourrir de nombreuses personnes.
  • Parce que nous sommes 7 milliards sur la plus belle planète de l’univers et que nos élevages par cette action, assèchent, polluent nos eaux et appauvrissent les peuples.
  • Parce que le tofu c’est délicieux.

Et il y a des dizaines d’autres raisons, que ce soit pour la santé, l’environnement ou la cause animale ! Je pense bien que vos amis végétariens sauront encore mieux vous renseigner que moi à ce sujet 🙂 J’espère que tout cet article vous a permis de vous enrichir sur votre culture musicale, mais aussi sur le monde qui vous entoure. Comme quoi, grâce à la musique, nous pouvons aborder de nombreux sujets ! Je tiens aussi à préciser que je ne suis absolument pas végétarien, j’admire énormément cette qualité. D’ailleurs, il me trotte dans la tête que nous devons tous aller de l’avant et qu’ensemble dans cette voie comme dans de nombreuses autres, nous pourrons améliorer et rendre encore plus beau le monde de demain.

Bon… On se fait un boeuf ? 😉

 

 

 

Est-ce que vous avez aimé ?

Cliquez ici pour noter

Note moyenne / 5. Nombre de votes

Personne n'a encore noté

Laisser un commentaire