fbpx

Quelle position pour tenir sa guitare électrique & acoustique ?

Position de la main et du corps avec une guitare

Bien tenir sa guitare ou sa guitare basse, c’est éviter de vous contorsionner le dos ou de prendre de mauvaises habitudes qui peuvent ralentir votre évolution à la guitare. Une tenue appropriée de l’instrument et une bonne posture sont essentielles en musique pour devenir le nouveau Jimi Hendrix. En effet, une position incorrecte des mains, des bras et du corps peut carrément vous empêcher d’exécuter plusieurs mouvements, accords ou phrasés. De plus, sachez qu’une mauvaise posture (ou position) à la guitare peut aussi déclencher des dommages ligamentaires et articulaires graves, particulièrement si vous faites de la guitare pendant de longues séances et fréquemment.

Une petite fille joue de la guitare acoustique en position assise dans l'herbe.

Comment se positionner et tenir sa guitare convenablement?

Lorsque vous jouez de la guitare, vous pouvez adopter différentes positions. Ce peut être assis ou debout, selon le type de guitare que vous possédez (guitare classique, acoustique ou électrique), vos préférences, le style de musique que vous jouez, l’espace où vous vous exercez à votre instrument, etc.

Il faut également préciser que chacune de ces postures a ses contraintes et ses avantages. Par exemple, la position assise assure une meilleure stabilité de l’instrument et est plus confortable pour jouer longtemps, mais vous n’aurez pas toute la liberté de mouvement que procure la position debout, et certaines personnes auront tout de même des douleurs dans les articulations des mains ou à l’épaule quelques jours plus tard.

Alors, une bonne posture devrait aller de soi, mais ne négligez pas cet aspect si vous débutez à la guitare : choisissez dès le départ une bonne position dans laquelle vous êtes à l’aise et conservez-la, même si vous ne jouez de la guitare qu’une dizaine de minutes sur le pouce quotidiennement.

Dans le cas contraire, vous risquez de garder longtemps votre mauvaise posture, puis des douleurs apparaîtront, rendant l’apprentissage de la guitare beaucoup plus difficile. Et si cela se produisait, l’instrument pourrait vous répugner en peu de temps, alors qu’une bonne posture peut vous faire évoluer plus rapidement.

Voyons alors les positions les plus communes pour tenir sa guitare.

Jouer de la guitare – les positions assises

La meilleure position à adopter lorsque l’on débute pour apprendre la guitare est sans hésiter la position assise. Pourquoi ? Tout d’abord parce que l’on est beaucoup plus concentré lorsqu’on est assis pour tenir sa guitare. On n’est pas perturbé par d’autres fonctionnalités mécaniques, et celle-ci permet un bon accès à l’ensemble du manche de la guitare, même aux notes les plus aiguës.

De plus, avant de pouvoir passer à la position debout, il faut inévitablement commencer par bien maitriser l’instrument, et celui-ci a tendance à être instable dans la position dite « rock ‘n’roll ». De toute façon, à moins que vous soyez un sportif d’envergure olympique, votre dos, vos deux mains et vos épaules se fatigueront bien vite, par la position debout.

Comment se placer par rapport au corps de sa guitare classique ou électrique ?

D’abord, trouvez une chaise confortable, pas trop haute, solide et non rembourrée de préférence.

1) En posture « moderne » :

C’est la position privilégiée par la plupart des guitaristes et certainement la plus utilisée chez les débutants, car grâce à celle-ci, la guitare ne se balade pas d’un côté et de l’autre. Elle permet une stabilité convenable de l’instrument, est commode et vous permettra de jouer longtemps de la guitare sans vous épuiser ou vous blesser au dos.

Pour ce faire, placez la guitare sur votre jambe droite, en ayant les cuisses horizontales; faites en sorte que le manche de votre instrument soit parallèle au sol. Votre bras droit doit prendre appui sur le corps de la guitare, afin que l’instrument ne glisse pas continuellement et que vos mains, vos épaules et vos bras n’effectuent aucun effort physique pour la maintenir immobile sur votre jambe.

Erreurs à ne pas faire :

  • la guitare ne doit pas être parallèle à votre corps, mais plutôt à 45 degrés par rapport à la poitrine : cela permet de tenir le coude et le bras gauche du corps légèrement à l’écart et, par conséquent, d’avoir une plus grande liberté de mouvement.
  • votre coude ne doit donc pas être trop prêt de votre poitrine, sinon vous aurez de la difficulté à maintenir la caisse de la guitare sur votre cuisse.
  • la tête de la guitare ne doit pas être inclinée vers le bas, car cela est très pénible pour le poignet gauche et vous aurez de la difficulté à exécuter certains mouvements. Le manche de l’instrument doit être en position horizontale, peut-être même légèrement penché vers le haut.
  • les deux pieds ne doivent pas être placés d’une autre façon que posés bien à plat et légèrement écartés (le pied ne doit surtout pas être appuyé sur le talon ou sur le bout des orteils).
  • les deux cuisses ne doivent pas être collées, autrement vous aurez du mal à tenir convenablement la guitare. Vos cuisses doivent être légèrement écartées, comme si vous étiez ordinairement et confortablement assis.

2) En posture « classique » :

C’est la position la plus appréciée pour la guitare classique, celle-ci offrant une meilleure stabilité et aisance pour jouer cet instrument, en particulier de la main gauche.

Le seul fait de placer la guitare sur la jambe gauche libère complètement le bras gauche et lui permet de plus amples mouvements, le bras droit et son épaule ne seront pas tirés vers l’arrière, le poignet gauche se cassera moins pour atteindre certains écartements et vous pourrez mieux constituer les doigtés qui sont habituellement difficiles à réaliser sur une guitare classique (cela est dû au manche un peu plus large que celui d’une guitare acoustique ou électrique).

C’est pourquoi cette position est également très appréciée à la guitare électrique. Elle permet notamment d’atteindre les notes les plus aiguës dans le bas du manche beaucoup plus facilement.

Pour ce faire, vous devez poser la guitare sur votre jambe gauche, l’appuyer sur votre poitrine et faire en sorte que le manche soit incliné vers le haut à 45°, que la touche soit bien accessible et que votre pied gauche soit surélevé (ou le pied droit, selon vos préférences) sur un repose-pied ou n’importe quel autre objet 10 à 15 cm de haut.

La guitare doit être positionnée avec la partie inférieure des éclisses (le bord de la guitare) en contact avec les deux cuisses.

Cependant, il faut savoir que malgré que la posture classique soit très répandue, elle est très irrégulière : en cas de pratique continue et avec le repose-pied, certaines personnes peuvent subir des maux lombaires.

Une fille joue de la guitare acoustique de la main gauche dans la position assise classique

Erreurs à ne pas faire :

  • la guitare ne doit pas être parallèle à votre corps, mais bien à 45 degrés inclinés vers le haut, par rapport à la poitrine : cela permet d’avoir un accès entier au manche de la guitare.
  • les deux cuisses ne doivent pas être collées, autrement vous aurez du mal à maintenir la guitare entre vos deux cuisses. Vos cuisses doivent être légèrement écartées, comme si vous étiez ordinairement et confortablement assis.
  • la technique de guitare classique nécessite que vous teniez l’instrument sur la jambe gauche, NON PAS LA DROITE! Cette posture rapproche le milieu de la guitare classique de votre poitrine; cela permet une plus grande liberté de mouvement de la main gauche.
  • la posture classique requiert obligatoirement un repose-pied ou quelques choses pour maintenir votre pied à une dizaine de centimètres du sol. Autrement, vous aurez du mal à jouer longtemps dans cette position.
  • la guitare ne doit pas être éloignée de votre corps. Pour permettre une meilleure stabilité de l’instrument et une plus grande liberté de mouvement de la main gauche, la guitare doit être appuyée contre la poitrine.

Jouer de la guitare – la position debout

Cette posture est sans contredit la préférée des guitaristes de scène, celle-ci permettant de se déplacer, courir, sauter, bref de bouger en toute liberté. Le guitariste de AC/DC Angus Young pourrait donner des cours particuliers pour faire sa célèbre “Duck Walk”.

Bien entendu, pour jouer de la guitare debout, une sangle est nécessaire et, puisque les guitares ne sont pas conçues pour rebondir, assurez-vous qu’elle soit convenablement fixée à l’instrument!

Tout comme la position assise, le manche de la guitare doit être incliné à 45 degrés par rapport au corps sur le plan vertical. Le milieu de la guitare doit prendre appui au niveau de la ceinture et, donc, celle-ci ne doit pas être trop haute ou trop basse.

Ne vous courbez pas le dos, le cou et les épaules. Étirez-vous avant, pendant et après vos répétitions, mais sans exagération.

Quelle que soit la position choisie, elle doit être confortable et vous permettre de jouer, de manière décontractée, la musique qui vous plaît. La position ne doit pas entraîner de maux musculaires. Si vous jouez un accord barré par exemple, les seules contractions musculaires doivent être celles exercées par les doigts.

Erreurs à ne pas faire :

  • évitez les positions qui consistent à jouer plus bas que la ceinture. Bien qu’une position basse soit à la mode chez les guitaristes de musique rock actuelle, vous aurez plus de difficultés à jouer de la guitare de cette façon, surtout de la main gauche, car, par la force des choses, vous devrez « casser » votre poignet pour atteindre toutes les cordes du manche. Cela peut conduire, avec le temps, à des douleurs musculaires à l’avant-bras, au dos ou à la nuque. De plus, vous serez limité dans l’aisance et la fluidité de vos déplacements sur le manche de votre guitare.
  • évitez d’utiliser une courroie inconfortable et de mauvaise qualité. Choisissez plutôt une courroie de qualité et bien rembourrée – particulièrement aux niveaux des épaules – qui vous assura confort et une meilleure stabilité de l’instrument.

Vos doigts sont trop courts ? Jouez de la guitare avec les pieds!

DH king

” La guitare c’est vraiment pas facile parce que j’ai les doigts trop courts. ” … A cet remarque, Mark Goffeney tressauterais ! Une excuse qui n’est absolument pas recevable pour ce guitariste américain qui a la particularité de jouer de son instrument… avec ses pieds !

tmg-facebook_share

Jouer de la guitare avec les pieds, vraiment ?

Les mains et les pieds sont construits selon les mêmes principes. Si les uns se voient moins amovibles et renforcés pour soutenir le poids du corps, les autres sont plus fins et flexibles pour permettre une plus large étendue d’actions. Une explication évidente sur le fait que l’on utilise naturellement ses mains plutôt que ses pieds pour jouer de la guitare. Pourtant, rien ne dit qu’avec le bon entrainement, le contraire peut être tout aussi efficace ! Comme Mark Goffeney, nombreux sont les artistes utilisant leurs pieds pour jouer d’un instrument, peindre, ou réaliser tout autre travail qui au premier abord, nécessitent la minutie que peuvent offrir les mains. S’il transparaît une chose de cette pratique, c’est que la maitrise d’un instrument dépend surtout de la volonté et de la pratique acharnée.

Jouer de la guitare comme un pied ? Pourquoi pas !

Pourquoi ne pas essayer ? Posez votre guitare au sol, caler là pour qu’elle ne dérape pas, enlevez vos chaussettes et réalisez vos premier déliateurs ! On imagine que la tenue du médiator est un peu plus cocasse et que l’inclinaison de ce dernier connote d’une grande maitrise de la coordination hallux – secundus (oui c’est bel et bien comme celà que l’on nomme le gros orteil et son voisin).

Ne désespérerez pas de si tôt si la tâche semble un tantinet trop ardue, après tout c’est pas comme s’il y avait aussi des accords barrés à jouer, si ? 🙂

Pour vous motivez, on vous laisse avec Mark Goffeney, qui en plus, a une superbe voix !

Best Of MyMusicTeacher : 5 Femmes guitaristes influentes !

nancy wilson

Parce que la pratique du chant et de la guitare n’est pas uniquement réservée aux garçons et au profil classique du “chanteur/guitariste tombeur de ces dames”, cette semaine nous vous proposons un best of des 5 femmes guitaristes les plus influentes de notre temps ! Rock’n’Roll au possible et chanteuse pour certaines, ces dernières ont une maitrise de la 6 cordes à faire pâlir les maîtres du genre.

Il y a évidemment bien plus de femmes guitaristes que les 5 que nous avons sélectionnées ci-dessous. Cette liste n’est donc pas exhaustive et en aucun cas un classement. Elle pourrait se compléter avec des artistes plus contemporaines ayant réalisées plusieurs albums solos, comme Ana PopovicGretchen Menn ou Orianthi Panagaris, qui feront l’objet d’un futur best-of !

La guitariste femme Gretchen Menn joue un solo avec sa guitare pendant un concert.

Lita Ford

Lita Ford est l’archétype même de la rockeuse hyper badass. Autrefois guitariste de Joan Jett dans le groupe Runaways, elle entama une carrière solo détonante pour y développer un genre pop-metal électrifié bien à elle. Elle sort en 1988 son album éponyme : Lita. Chargé de riffs prompts à l’headbang, elle parvient même à signer un duo avec le légendaire Ozzy Osbourne. Aujourd’hui, à l’âge de 57 ans, Lita poursuit la tournée américaine de son dernière album retour : ” The Bitch is back “.

Jennifer Batten

Ce nom ne vous évoque peut-être rien, mais il s’agit pourtant d’une des femmes guitaristes les plus doué et reconnue de son temps ! De par sa maitrise du shredd et sa chevelure platine, Jennifer a été la guitariste de tournée officielle de Michael Jackson dans les années 1990. C’est encore aujourd’hui une des seules guitariste féminine a avoir rejoins le cercle très fermé des “guitar heroes”.

Poison Ivy

Figure mythique du groupe de rockabilly aux tendances garage punk des années 80, Poison Ivy fut la co-fondatrice de The Cramps. De part son jeu rapide et acidulé (amplifié par l’utilisation excessive du fuzz), les Cramps se sont forgés une image de classique de la culture punk dans les années 90. Jouant sur sa fameuse demi-caisse Gretsch modèle Chet Atkins, Poison Ivy avait pris pour habitude de jouer avec des cordes à tirants élevés (11-049), décuplant la force de son jeu déjà très marqué.

Ruyter Suys

Guitariste principal du groupe de rock américain originaire d’Atlanta : Nashvill Pussies depuis 1996, Ruyter Suys a été bercé par le son des plus grands. Avec comme influence, Frank Zappa, Jimmy Page, David Bowie ou encore des groupes tel que Slayer ou Metallica, le répertoire de Ruyter est assez large. Ce qui marque surtout le jeu de Ruyter Suys, c’est sa concentration. Cette dernière se lâche sur scène d’une manière où elle semble ne faire qu’un avec la musique, oubliant tout ce qui se passe autour.

Nancy Wilson

Guitariste acoustique du groupe Heart et sœur de la chanteuse Ann Wilson, Nancy a su qu’elle devait consacrer sa vie au rock’n’roll en assistant à une prestation des Beatles dans sa jeunesse. Virtuose de la guitare Folk, son jeu à tendance blues n’a d’égale que sa fougue. Adepte du chorus, elle a notamment réalisé le riff de Barracuda, véritable hymne du ” air guitar “.

Par chance, le monde de la guitare a encore en réserve un très grand nombre de guitaristes féminines de grand talent, notamment avec la jeune génération sur Youtube ! Et du côté des femmes bassistes, ça donne quoi ?  Là aussi il n’y a pas que des hommes qui sont des kings !

Les mouvements signatures des icônes du Rock’n’Roll !

Les mouvements signatures, ces acrobaties de légende.

Avec ses guitares saturées, les effets de lumière et les riffs hyper salé, il faut dire que le Rock’n’roll est un style qui envoie pas mal d’énergie sur scène. Offrant une tribune à de nombreux musiciens, grand nombre d’entre eux sont devenues de véritables bêtes de scène, électrisant les foules lors de l’exercice de ce qui est resté ancré dans le temps, comme étant le mouvement signature.

Les mouvements signatures, véritable exclamation scénique

Faire passer les émotions par la gestuelle, c’est le propre du guitariste voulant accentuer la puissance émotionnelle de ses riffs par des mouvements mémorables. On peut citer par exemple Chuck Berry, qui fut un des pionniers avec l’exécution de son fameux duck walk.
chuckberry_duckwalkTrès classe, et repris par beaucoup d’autres, comme Angus Young le guitariste d’AC/DC.

D’autres groupes se sont fait connaître grâce à ce signature move, c’est le cas des ZZ Top, qui ont construit leur image avec le mouvement du synchronised Guitar Spin.

zz_top_guitar_spinEncore plus spectaculaire, on pensera au virtuose Yngwe Malmseen et son fameux guitar flip en plein solo !

malmsteen_guitar_flip

Les rock moves vous intéressent ? Apprenez en un peu plus sur le sujet en regardant le tout premier podcast de MyMusicTeacher dédié aux guitaristes de rock !

Et vous, avez vous votre propre rock move ? 🙂

Free Guitar App, les grands pièges à éviter

free appslogo

Google Store, Apple Store, et autres plateformes de téléchargement d’application sont une véritable jungle pour l’internaute novice. Le premier réflexe d’un utilisateur de smartphone va être de d’abord télécharger ses applications de réseaux sociaux préféré puis une ribambelle d’outils gratuit, les fameuses ” free apps “, pensant faire l’affaire du siècle en transformant leur téléphone en couteau suisse.

Comment est-ce possible que cette application à plus de 5 millions de téléchargements soit gratuite ?!

Qu’une application mobile rencontre un grand succès n’est pas une chose étrange en soi, mais croire que la société qui l’a publié n’en tire pas profit d’une certaine manière est plutôt naïf. Outre les applications ” lite “, version édulcorée d’une appli payante survivant grâce à la pub et créée spécialement pour promouvoir sa grande sœur, le vrai danger des applications gratuites, ce sont les autorisations qu’elles vous demandent en ce qui concerne vos données personnelles.

Entre nous, qui a déjà lu les conditions générales d’utilisations d’Apple, Google ou Microsoft ? Ces trois-là parmi tant d’autres peuvent se targuer de tout savoir de votre vie, car possédant toutes vos données personnelles. Nous en sommes quelque part conscients, mais quel est le lien avec les applications gratuites ? Dans le cas d’une application de gestion de messagerie par exemple, les pré-requis sont souvent un accès aux mots de passe et aux divers comptes de messageries (outlook, gmail, etc). Cela parait normal pour synchroniser le contenu vers votre mobile… Cependant, qu’est-ce qu’une application gratuite à gagner là-dessus? En ayant accès à votre messagerie, vos données personnelles (contenus des mails, pièces jointes, etc) sont vulnérables, car lisible par la société et ses partenaires, ce qui vous rend cible de campagnes marketing ciblés.

Le cas des Free Guitar App

Pour ce qui est de la guitare bien sûr beaucoup moins de danger, et cela ne sert à rien de tomber dans la paranoïa dès lors qu’une autorisation d’accès au microphone est demandé par l’application. L’accès au GPS quant à lui est tout de suite plus suspect, bien qu’essentiel pour les applications désirant vous indiquer les musiciens les plus proches de vous.

5 phrases typiques de guitariste

douchebag guitariste

Il faut l’avouer, nous autres guitaristes, nous souffrons de la clichinite aigüe. Combien de personnes vous voyaient déjà porter les cheveux longs et pantalons en cuir à l’annonce de votre reconversion musicale dans la guitare électrique ? Il faut dire que la guitare, figure de proue du mouvement rock’n’roll a donné naissance à une véritable industrie du cool. Dans ce dédale de clichés et autres gimmicks qu’on leur attribue, il faut quand même avouer, qu’il existe une part de vrai.

Faisons un petit tour des 5 phrases typiques de guitariste

1- Oukilé mon médiator ?

C’est certainement LA phrase que tout guitariste a prononcé une fois dans sa vie. Ces maudits médiators dont nous avons si besoin ont la fâcheuse tendance à disparaitre dès lors que l’on a le dos tourné. Officiellement, nous les perdons simplement par inattention. En réalité, tous les guitaristes savent qu’un médiator utilisé trop fréquemment génère une distorsion dans l’espace-temps le téléportant dans la dimension du grand manitou de la corde pincée.

médiators perdu

2- Ces cordes ? Elles sont presque neuves, ça fait 5 mois.

C’est le quotidien de beaucoup de guitaristes, à force de jouer, on en oublie la couleur d’origine de nos cordes. Oxydation, vous dites ? Jamais entendu parler ! Si un guitariste vous dit que ses cordes usagées sont presque neuves, il vous cache en réalité que ce sont celles qui avaient été montées sur sa guitare à son achat. ” Tant que ça sonne… N’est-ce pas ? ”

vielles cordes guitare

3- Hum, t’as pas un jack ?

On dit que le contenu de la housse d’un guitariste est-ce qui le rapproche le plus de Mac Gyver. On y trouve de tout, et pourtant lorsque le moment de jouer sur scène se présentera, elle manquera d’un accessoire obligatoire : le jack. Certains guitaristes aiment tester de nouveaux câbles… Principalement pour cacher l’antiquité qu’ils utilisent habituellement et qui fait des bruits de scratch à chaque mouvement.

cable jack

4- Transporter mon ampli à lampes ? Jamais !

S’il existe quelque chose de plus précieux pour un guitariste que sa guitare, c’est son ampli à lampes ! Égratigner l’accastillage de sa guitare et il vous dira après une intense colère qu’après tout, sa guitare est une relique et que l’ère du temps et le poids des âges lui donnent un son nouvellement unique. Par contre, demandez-lui de trimballer son superbe ampli toutes lampes achetées d’occasion à un vieux bluesman, et là, c’est la fin. La fragilité à un prix !

amplificateur à lampes

5- Les gars, vous m’entendez ?

Si les potards de son ampli pouvaient aller jusqu’à 11, ils y planteraient certainement leur tente. Puis de toute façon, si une guitare ne couvre pas le chant, c’est du R’n’B.

ampli à 11

Et plus encore…

Oh, des phrases de guitaristes, il en existe énormément d’autres, mais on va arrêter de tirer sur l’ambulance de notre côté. Si vous vous reconnaissez, n’hésitez pas à commenter, et à nous faire parvenir votre phrase typique de guitariste!

Les médiators de RIki le Plectrier sur le banc d’essai de MyMusicTeacher

cover riki

Il y a un mois, nous vous parlions de Riki Le Plectrier, cet artisan français qui s’est lancé dans l’élaboration de médiators au style unique pour la guitare. Nous avions même réalisé son interview dans cet article. La semaine dernière, nous avons eu la surprise de découvrir dans notre boite aux lettres un petit colis made in Riki; il était alors évident pour nous qu’il était temps de dévoiler leur potentiel à la communauté.

Le banc d’essai de MyMusicTeacher

Nouveau concept, il s’agira d’une série de vidéos où nous testerons pour vous diverses guitares ou accessoires en tous genre ! Nous sommes ouverts aux suggestions et vous invitons à laisser dans les commentaires les produits sur lesquels vous aimeriez que notre équipe se penche !
L’épisode 1 : les médiators de Riki Le Plectrier

L’épisode 1 : Les médiators de Riki Le Plectrier

Avec les échantillons que nous avons eus sous la main, il aurait été délirant de passer à côté d’un test ! Dans le premier épisode du banc d’essai de MyMusicTeacher, nous avons testé simultanément 6 modèles de médiators made in Riki. Allant des polymères comme le polycarbonate, le delrin ou encore l’ultem, jusqu’aux métaux comme le titane et le laiton en passant par des bois exotiques, nous y testons l’impact des matériaux sur la sonorité de la guitare folk !

Sans plus attendre, la vidéo est disponible

 

 

Les spécificités de la guitare folk par rapport aux autres !

Les spécificités de la guitare folk par rapport aux autres !

Si vous êtes déjà arrivé jusque là, c’est que vous savez à peu près à quoi ressemble une guitare sèche, dite classique, et une guitare électrique. Vous savez aussi peut être qu’il existe des guitares dites folk, et que grossièrement, c’est un mix des deux citées plus haut. Dans cet article, nous allons essayer de déconstruire la guitare Folk pour mieux la définir. (Oh, et pour les petits futés, vous avez déjà entendu parler de la guitare à résonateur ? … Non ? .. Bon bah vous savez quoi faire).

La guitare folk, une amie pas comme les autres

Si on en fait une pure analyse comparative, il suffit de prendre une guitare classique, et dire que la caisse d’une guitare folk est plus grosse. Que son manche est plus long (de 2 cases), fin et arrondis et que ses cordes sont en métal (bronze et alliages principalement). Là, on se rapproche déjà mieux d’une définition purement physique. La guitare folk peut être acoustique, ou électro-acoustique. C’est à dire qu’elle disposerait d’un micro électromagnétique à l’intérieur de sa caisse, rendant possible l’amplification.

Mais on joue quoi avec une guitare folk ?

La réponse peut paraitre bête.. mais a le mérite d’exister : du folk. Ce style particulier dérivé des folklores et traditions propres à chaque culture. Se rapprochant de la country chez les américains et peut grandement varier ! On peut garder en tête des groupes comme Mumford and Sons qui en fait un usage plutôt typique que je vous invite à aller écouter ! Le pop rock et le jeu en accord en général aussi s’y prête bien.

La guitare électrique sans fil, une réalité abordable ?

guitare sans fil

Il y a quelques semaines, nous vous parlions des câbles jack. De 5 à 30 mètres, de 10 à 100 euros, il existe suffisamment de gamme pour contenter tout le monde. Mais que faire si vous n’aimez simple pas les fils ? Si vous êtes une pile électrique en concert, et aimez courir, sautez, escalader la scène en plein concert ? Dans ce cas, c’est peut-être pour une solution sans-fil que vous devriez vous pencher. Que faut-il prendre en considération avant de sauter le pas vers ce genre de solution ?

sans fil

Qui dit sans fil, dit fréquences

Et c’est bien là que va se creuser l’écart entre les systèmes sans-fil bas de gamme à 80 euros, et ceux à plus de 5000 euros. Faire fi du sacro-saint câble jack ; c’est livrer le son de son instrument à la merci du rognage, tronquage et autre découpage du signal. Une réalité particulièrement flagrante avec les systèmes d’entrée de gamme. La question de la fiabilité du lien est; elle aussi, à prendre en compte : les normes sans-fils utilisés par la plupart des systèmes actuel sont le VHF (Très hautes fréquences : 30 à 300 MHz) et le UHF (Ultra hautes fréquences 300 MHz à 3 GHz). Les appareils en UHF sont souvent plus chers, du fait que les composants utilisés requièrent une tolérance plus élevée, ce n’est pas pour autant une meilleure technologie que le VHF. Tout dépend des circonstances d’utilisation, et surtout, du nombre de systèmes sans fil déjà présent. Les interférences sont un des points les plus dommageables pour les systèmes sans fils. Elles peuvent littéralement ruiner votre prestation.

Quels prix, quels marques ?

Un bon système sans-fil se place dans la gamme de prix 300 – 500 euros. En dessous, vous risquez d’avoir de mauvaises surprises au niveau de la fiabilité du lien ou d’étouffement du signal. Les marques hi-fi ou spécialisées dans la captation/diffusion du son, proposent du matériel de qualité. On peut citer des marques comme AKG, Senheiser, Shure ou encore Line 6. N’hésitez pas à tester ce type de matériel en magasin pour être sûr que la modification apportée à votre son ne vous handicape pas.

Si malgré tout vous préférer les bons vieux câbles Jack, alors n’hésitez pas à lire notre article sur le sujet pour en découvrir tous les secrets.

Le Fat Finger, l’accessoire qui améliore le sustain de la guitare

Fender FatFinger

Pas la peine de s’appeler Joe Satriani et de dépenser toutes ses économies dans une Ibanez JS2450 et un rack d’effet incompréhensible pour jouir d’un long sustain avec sa guitare. Aspen Pitman s’est penché sur le problème et a décidé d’inventer un petit objet pour palier au manque de sustain de certaines guitares. Ce dernier a inventé le ” Fathead “, une sorte de barrette métallique qui se place sous les mécaniques. Un système peu pratique, car nécessitant une installation délicate, qui a vite été repensé par son créateur. L’idée était de façonner un objet qui se collerait au manche de la guitare afin de lui ajouter du poids. Ce surplus de poids va permettre à l’énergie produite par la vibration des cordes de rester dans ces dernières plutôt que de se dissiper dans le manche.

Fender_FatFinger

Le Fat Finger, une pince magique ?

La solution d’Aspen Pitman va prendre la forme d’une pince métallique a serrer sur la tête de la guitare. Une pose sans risque grâce aux renforts en tissu et une pastille de caoutchouc autour de la vis de serrage. L’idée n’est pas de détruire le vernis de votre guitare, mais bien d’y ajouter quelques grammes. Pour avoir testé le Fat Finger sur une guitare de type Les Paul, le résultat est plutôt surprenant ! Le son gagne en rondeur et en richesse harmonique. Les notes durent effectivement plus longtemps ! Un petit accessoire qui coûte tout de même une bonne cinquantaine d’euros. Pour les plus sceptiques, si vous possédez un capodastre à pince, je vous invite à simuler un Fat Finger en l’utilisant pour pincer la tête de votre guitare (façon De Palmas). Même si le capodastre n’apportera pas le même poids que le Fat Finger, le résultat est tout de même notable et peu donner une idée de l’ampleur des changements qui seraient alors possibles.

De Palmas Pour les amateurs de long sustain, je vous invite à découvrir un tout autre type d’accessoire qui pourrait vous plaire : l’archet électronique. Disponible à ce lien.