Accueil » Bien configurer ses effets : La méthode des 4 câbles

Bien configurer ses effets : La méthode des 4 câbles

Effets de guitare - Pédale d'effets pour guitare
0
(0)

Pas facile de jouer de la guitare électrique lorsque l’on se perd dans la jungle du matériel. Amplis à lampes, modélisation, pédales analogiques, multi-effets de guitare , rack, etc. tout un tas de termes se mélangent et à mesure que le matos s’accumule, on en arrive à ne plus savoir quoi brancher entre son instrument et son ampli pour garder un son intact. C’est là qu’entre en scène la méthode des 4 câbles !

4 câbles, c’est tout ce qu’il faut pour marier un multi-effet à son ampli à lampe !

Effets de guitare - Connaître la méthode des 4 câbles
Effets de guitare – Connaître la méthode des 4 câbles

Le problème des multi-effets, c’est aussi leur plus gros avantage : la polyvalence. Ce type de pédale propose une vaste gamme de propriétés agissantes directement sur le signal de la guitare. Des effets d’enveloppe aux simulations de pré-amplis en passant par les filtres et modélisations. On vous propose un guide complet sur les effets sur cette page.

Le problème en effet (sans mauvais jeu de mots) c’est que la plupart des simulations de pré-amplis et modélisations (disto, overdrive) doivent se situer entre la guitare, l’étage de puissance de l’ampli guitare et les effets d’enveloppes (chorus, delay, flanger) après ce dernier. Si votre schéma de branchement se résume à : Guitare -> Pédale -> Ampli, vous allez très vite saisir le problème.

Bien configurer ses effets : La méthode des 4 câbles

Autre élément perturbateur : l’ampli lui-même ! L’étage de pré-amplification notamment dans un ampli à lampe est ce qui donne la couleur et la personnalité du son qui passe au travers. De nombreux guitaristes aimeraient profiter des capacités de leurs pédales multi-effet sans pour autant substituer la candeur du préampli de leur ampli à une simulation. Pour justement lier le meilleur de ces deux mondes, il existe une solution : la méthode des 4 câbles.

Fonctionnement et mise en place de la méthode des 4 câbles avec un pédalier multi-effet

Quelques prérequis pour réaliser cette configuration. Il vous faudra bien évidemment une guitare, un ampli (combo / tête + baffles) avec une boucle d’effet, un pédalier multi-effet et bien sûr : 4 câbles. La boucle d’effet (FX LOOP) est en proie de devenir un standard sur la plupart des matériels de milieu de gamme. Elle est caractérisée par les entrées/sorties : SEND – RETURN.

  • 1. Branchez votre guitare dans l’entrée Guitar In de votre pédalier multi-effets.
  • 2. Reliez la sortie de la boucle d’effet (SEND) de votre pédalier à l’entrée guitare de votre ampli.
  • 3. Reliez la sortie de la boucle d’effet (SEND) de votre ampli à l’entrée de la boucle d’effet (RETURN) de votre pédalier.
  • 4. Enfin, reliez la sortie habituelle (Mono Output) de votre pédalier à l’entrée de la boucle d’effet (RETURN) de votre ampli.

Fonctionnement et mise en place de la méthode des 4 câbles avec deux ensembles de pédales

Pour cette configuration, les pré-requis sont différents. La guitare et l’ampli avec boucle d’effet restent inchangés. Les quatre câbles aussi. Cependant, on y distinguera ici deux groupes de pédales branchés en série. La série 1 : les pédales de modélisation (overdrive/disto, etc.) et la série 2 : les pédales d’enveloppe (Chorus, Delay, Reverb).

  • 1. Branchez votre guitare dans l’entrée (la première pédale) de la SERIE 1.
  • 2. Reliez la sortie de la SERIE 1 (la dernière pédale) à l’entrée guitare de votre ampli.
  • 3. Reliez la sortie de la boucle d’effet (SEND) de votre ampli à l’entrée de la SERIE 2 (la première pédale).
  • 4. Enfin, reliez la sortie de la SERIE 2 (la dernière pédale) à l’entrée de la boucle d’effet (RETURN) de votre ampli.

Les branchements entre pédales des différents groupes sont en séries.

Des résultats étonnants, mais une installation fastidieuse

La méthode des 4 câbles est connue pour fournir les meilleurs résultats en matière de traitement du signal. Elle ne va cependant pas sans son lot d’inconvénients. Il est facile de confondre les ports SEND & RETURN de la boucle d’effet (FX Loop). Aussi, vérifiez toujours par deux fois votre câblage avant de vous lancer dans les balances sonores.

Selon le matériel dont vous disposez, il faudra peut-être ajouter des pédales ” temporisatrices ” entre deux effets pouvant entrer en conflit. On pense notamment aux NoiseGates et Compresseurs.

Intéressons-nous maintenant à l’histoire des effets de guitare.

L’histoire des pédales d’effets de guitare

Effets de guitare - Un pédalier multi-effet
Effets de guitare – Un pédalier multi-effet

La musique sous sa forme amplifiée incita dans les années 60 plusieurs musiciens à rendre plus agréables leurs sonorités grâce aux divers effets de guitare. Il s’agit des effets de modulation, de saturation, de réverbération, de filtre, etc.

C’est en 1947 que tout démarre avec la création du transistor, mais aussi des circuits électroniques miniaturisés. Cette technologie sera ensuite adoptée dès les années 60 dans l’industrie musicale.

Cependant, dans les années 80, l’arrivée du numérique révolutionnera à nouveau le monde musical. Les anciens effets qui n’utilisaient que des circuits analogiques furent équipés de capacités étendues, mais aussi de nouvelles fonctionnalités. 

Toutefois, la sonorité des effets numériques se révèle être plus froide, et cela n’est pas du goût de tous les musiciens. Les fabricants vont donc reproduire ce grain analogique chaud dont disposaient les pédales vintages, mais en conservant toujours la technologie numérique afin d’optimiser le contrôle au niveau des paramètres. 

La technologie de modélisation a récemment effectué une apparition énorme en repoussant les diverses performances au niveau des processeurs. Tout en imitant parfaitement le comportement et le son des amplis à lampes, les effets guitare modernes disposent d’une qualité sonore irréprochable et exceptionnelle. C’est d’ailleurs l’une des raisons pour lesquelles il est indispensable de connaître le mode de fonctionnement d’un effet guitare.

Le fonctionnement d’un effet guitare

Connectée entre l’amplificateur et l’instrument, la pédale d’effet se représente par un boîtier qui contient un circuit qui à son tour généra un effet (égalisation, saturation, profondeur, modulation, etc.). Tout en jouant, vous pouvez donc appliquer cet effet à la sonorité de votre guitare.

Les pédales contiennent de façon générale un interrupteur qui consiste à activer ou désactiver l’effet. L’état de son fonctionnement se signale par une diode. De plus, différents paramètres permettent de contrôler les variations et l’intensité de l’effet. Les pédales s’alimentent soit par un adaptateur secteur, soit par pile.

Les pédales d’effets guitare visent à modifier la sonorité originelle de la guitare. Il existe certains effets qui sont déjà intégrés sur les amplis guitare comme la reverb et l’overdrive.

Mais, il faut savoir que l’univers des effets pour guitare est immense. Il est donc essentiel d’effectuer un petit voyage dans un monde fait de pédales, de boutons, de câbles, etc.

Effets de guitare : Les principales familles d’effets

Il existe principalement quatre grandes familles d’effets :

  • Les effets du gain : compression, saturation, volume, boost ;
  • Les effets de fréquences : octaver, filtre d’enveloppe, égalisation, harmonisation/pitch shift ;
  • Effets de modulation : vibrato/tremolo, phase, flange/chorus ;
  • Les effets du temps : réverbération, délai

Différents effets de guitare

Les effets de guitare se classent par plusieurs catégories qui déterminent leurs spécificités, mais aussi leurs différents domaines d’application.

Effets de guitare : effets de saturation

Ces effets se classent en trois catégories. Ici, on fait un classement du plus prononcé au moins prononcé.

  • L’effet Fuzz

L’objectif de l’effet fuzz est de fournir un son de bourdonnements, de sifflements et plein de parasites. Les réglages de l’effet fuzz doivent s’effectuer avec un grand nombre de précisions. Dans le cas contraire, le guitariste sera inaudible.

La légende de la guitare Jimi Hendrix est une grande référence en ce qui concerne cet effet. Cependant, afin d’obtenir une sonorité comme celui du  grand maestro, il est conseillé d’associer le fuzz à l’effet overdrive. Cela aura tendance à adoucir et arrondir un tant soit peu le son criard et strident du fuzz. L’astuce est de brancher l’effet fuzz dans l’effet overdrive, ne faites pas l’inverse.

Bien configurer ses effets : La méthode des 4 câbles
  • L’effet Distorsion

L’effet distorsion est une sorte de ‘‘super overdrive’’. En effet, il permet d’avoir une sonorité plus « sale », mais aussi un peu plus de gain que l’overdrive.

  • L’effet Overdrive

Cet effet se trouve sur plusieurs amplificateurs de guitare. L’overdrive permet de conduire le signal vers une légère saturation. Il s’utilise le plus souvent dans le grunge ou le blues par exemple. Il s’agit d’un « compromis » se trouvant entre la distorsion et le son clair.

Effets de filtre

Il existe trois effets en ce qui concerne le filtre.

  • L’équaliseur

Il s’agit d’un effet assez méconnu des guitaristes. Cet effet est souvent sous-estimé par les musiciens, alors que via son large éventail de réglages, il peut permettre de raffiner le signal afin d’obtenir véritablement la sonorité recherchée. En effet, il s’agit d’un complément important aux divers réglages de treble, bass et mid d’un amplificateur. Etant très précis, il représente un bon compagnon qu’il ne faut surtout pas négliger encore moins dénigrer.

L’astuce de réglage d’un équaliseur : pour démarrer, mettez les divers réglages sur zéro. Ensuite, descendez ou montez chaque réglage afin d’atteindre le niveau parfait ou optimal.

  • Pédale wah-wah

Cet effet permet de bouger le filtre sur une plage entière de fréquence, et ce, grâce à la crémaillère incorporée. Ce n’est donc pas un travail de “allumer/éteindre” tel que cela se trouve sur la plupart des pédales d’effets de guitare. Cet effet pour guitare est assez prisé par les guitaristes de divers styles musicaux. Kirk Hammett ou encore Jimi Hendrix ont le pied agile en ce qui concerne l’utilisation de cet effet.

Les effets de guitare temporels

Effets de guitare - La pédale d’effet de flanger
Effets de guitare – La pédale d’effet de flanger

Il existe deux effets temporels : pédale de delay et pédale de reverb. L’action sur ces différents effets de type temporel se situe en fait sur le temps. Ces effets provoquent des retardements au niveau du signal. L’action de ces effets ne se trouve donc pas sur la fréquence du son de la guitare.

  • Pédale de delay

Cette pédale est construite à base du principe de « chambre d’écho ». Elle renvoie d’une manière ou d’une autre le son qui provient de l’amplificateur afin de le faire tourner de manière répétitive (en boucle). Cela se répète donc comme un écho. Il est possible de régler simultanément la fréquence et le nombre de répétitions tel qu’on le désire.

Il s’agit d’un effet qui offre de la fluidité au jeu de l’instrumentiste, que cela soit en arpège ou en solo. C’est ainsi que cet effet devint l’un des plus indispensables dans la caisse (qui comporte les outils) du guitariste.

  • Pédale de Reverb

Cet effet se trouve la majorité du temps par défaut au niveau de l’amplificateur du guitariste. Cela ne se constate pas tout le temps. Alors, pour corriger ce souci, ou pour ajouter une réverb à celle de l’ampli, il existe la reverb sous la forme de pédale.

Les effets de modulation

Il existe des effets qui sont assez discrets dans le monde des effets de guitare. Les effets de modulation sont connus pour être plutôt extravertis. Ces effets modifient même parfois le son de manière à rendre méconnu le son de la guitare. Par ailleurs, on dénombre plusieurs effets dans cette catégorie. Ici, nous citerons juste les plus populaires.

  • Pédale chorus

Cette pédale a pour but principal de donner l’impression qu’il s’agit d’un effet de chœur quand bien même c’est un seul guitariste qui se trouve au jeu. Cela donne donc l’impression d’entendre plus d’un guitariste jouer simultanément. La pédale d’effet boss est en quelque sorte le grand-père de l’effet chorus.

A part cette pédale, il y a également la pédale d’effet de flanger et la pédale d’effet d’harmonier. Elles ont presque le même but qui consiste à ajouter le même signal au signal d’origine.

Par ailleurs, on retrouve aussi une dernière catégorie d’effets guitare. Il s’agit des effets de guitare dynamique. C’est la catégorie la plus complexe des effets. Elle comprend : la pédale d’effet de compression, la pédale d’effet noise gate, la pédale d’effet de limiteur, la pédale d’effet d’Enhancer, etc.

Que peut-on retenir

Le dernier point qu’il est bon de garder à l’esprit est le temps d’installation. Une fois la méthode des 4 câbles mise en œuvre, nous vous conseillons de créer des patchs (ou presets) propres à ce réglage. Dans le futur, si vous devez vous installer rapidement et que vous n’avez pas le temps d’effectuer tous les branchements, une deuxième série de patchs réglés sur un branchement plus conventionnel peut vous sauver la vie. Régler ses effets à l’avance, c’est la clé pour avoir une guitare qui sonne bien en toute circonstance. Enfin, si vous possédez un bon pédalier multi-effet, peut-être que l’idéal serait de vous tourner vers un Ampli FRFR ? 🙂

Avez-vous aimé ?

Cliquez ici pour noter

Note moyenne 0 / 5. Nombre de votes 0

Votez pour la première fois

Bien configurer ses effets : La méthode des 4 câbles

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *